Un repère d'ordureries prétendues antiracistes


J'ai toujours récusé le mot islamophobe (et islamophobie) en raison de son ambiguité et de son inutilité.
Je suis anti-islam , je suis contre la musulmanophobie, contre la haine envers les musulmans. Je l'ai toujours écrit depuis 2002.
J'ai toujours expliqué pourquoi il n'y a en aucun cas à confondre le jugement porté sur des normes, et le jugement porté sur des personnes, sous prétexte qu'elles auraient ou seraient vues comme ayant une forme de rapport avec ces normes, ces ensembles de normes.
Quant aux croyances et convictions, il n'est même pas question de juger des personnes pour avoir telle ou telle opinion et la dire.

Me taxer d' "islamophobie" est donc un mensonge caractérisé,  une dénaturation de mes écrits extrèmement clairs sur la question depuis toujours, une insulte, une ordure, dont se rend coupable ce site qui se réclame du MRAP :

http://www.reperes-antiracistes.org/

Un ramassis d'ordures dites contre moi ...







Un jour la vérité apparait ...

Bien sur, ces faits historiques personnels ne sont pas une raison pour rejeter le féminisme et la cause des femmes, ni nombre des analyses de Beauvoir, mais par contre il faut revoir certaines idées issus de ses écrits à l'aune de cette réalité là ...

La pensée de Beauvoir peut se résumer, du point de vue de son impact sur la politique féministe, à dire que les femmes doivent entrer sur le marché du travail, la solution serait là.
Vision simpliste au possible, d'une femme qui n'avait pas envie d'enfant et menait une vie économiquement tranquille de fonctionnaire parisienne, ce qui la regarde, mais n'est pas le sentiment de la grande majorité des femmes.

 



Anti-fasciste, antiraciste, donc anti-islam



Hamed Abdel-Samad analyse l'antisémitisme islamique :










Anti-fasciste, antiraciste, donc anti-islam




Etre anti-islam, ce n’est pas être anti-musulmans, (au contraire).

Les personnes désignées ou qui se désignent comme "musulmanes", peuvent avoir chacune, une connaissance, une vision, une application, bref des rapports très différents les unes des autres avec l'"islam".

Elles ont pour la plupart des préceptes "moraux" qui sont à la fois "islamiques" et ....les mêmes que les nôtres ( honnêteté, charité, travail ...), ou forts peu éloignés de nos préceptes moraux "anciens" (et dépassés pour certains).

Elles aspirent pour la plupart comme nous simplement à vivre en paix, avec leurs proches, avec un minimum de confort matériel.

Bref "les musulman-e-s" sont nos "frères et soeurs humain-e-s".


Malheureusement ...

L’islam lui meme, et non pas simplement un “islamisme” qui est un fantome, qui n’a jamais eu d’existence distincte de celle de l’islam, l’islam dans ses fondements, à savoir :

- suivre le modele de Mahomet qui a mené guerre et razzia, assassinats politiques, massacre de prisonniers, etc
- le statut d’apartheid et de racket envers les non musulmans vaincus, dhimmis,
- l’ordre de tuer les polytheistes
- l’infériorité en droit des femmes,
- la croyance dans le fait que le jour du Mehdi, le messie, ne viendra qu’avec la mort du dernier juif,
- l’ordre de combattre pour convertir, soit par la parole et l’argent, soit si on n’y parvient pas ainsi, par les armes :

tout ceci, toute cette ideologie est une ideologie FASCISTE !

Les militants de cette cause, les barbus (et les voilées) sont des FASCISTES, FASCISTES car adeptes d’une ideologie pronant le meurtre de masse, le statut d’exploité pour ceux qui n’ont pas la meme foi …

Les benêts qui pensent que cette doctrine leur apporterait plus de justice, omettent de dire que pour les non musulmans, c’est l’exploitation - jusqu’à l’esclavage sexuel…
- et oublient qu’on n’a jamais vu une dictature apporter la prospérité aux plus faibles, car elles sont faites pour permettre des les exploiter justement…

L’ISLAM comme le nazisme se présente a la fois comme “social” et mystique,
sauf que depuis le début les “arabes” de Mahomet, les musulmans d’aujourd’hui, sont censés “réussir” non pas en créant de la richesse, mais par le “BUTIN”
… exactement comme les nazis et les fascistes étaient censés faire dominer leurs peuples en leur donnant un empire sur des peuples inférieurs.

LE FASCISME ISLAMIQUE - pas plus que les autres fascismes - NE PASSERA PAS.


Voir le "Manifeste du 31 juillet" http://precaution.ch/wp/?page_id=3
et l'arrêt de la Cour Européenne des droits de l'homme
http://cmiskp.echr.coe.int/tkp197/view.asp?action=html&documentId=702044&portal=
hbkm&source=externalbydocnumber&table=1132746FF1FE2A468ACCBCD1763D4D8149

Lettre ouverte de médecins d'unité de soins palliatifs

Lettre non publiée par la presse à ce jour.



Le 04/06/2018

En tant que médecins de soins palliatifs du département du Nord, nous tenons à exprimer notre désaccord à une éventuelle dépénalisation ou légalisation de l’euthanasie.

Nous regrettons que les problématiques concernant la fin de vie, dans le débat public, soient systématiquement réduites à la question de l’euthanasie, qui ne saurait être une réponse satisfaisante face à la souffrance et la vulnérabilité.

Notre métier nous fait côtoyer tous les jours des malades atteints de maladies graves et incurables. Il consiste à accompagner humainement le patient et ses proches, à soulager les souffrances, sans jamais avoir l’intention de donner la mort.

Dépénaliser ou légaliser l’euthanasie va à l’encontre de notre culture palliative.

Pour que l’accompagnement de fin de vie soit de qualité en France, il faut développer cette culture palliative et garantir un accès aux soins palliatifs pour tous ceux qui en ont besoin.



Signataires :

-     Equipe médicale de l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs et de l’Unité de Soins Palliatifs du Groupe Hospitalier de Loos‑
Haubourdin :
o    Docteur Alexis PETIT
o    Docteur Karin PARENT
o    Docteur Marie Agnès JULIENNE

-     Equipe médicale de l’Unité de Soins Palliatifs du Centre Oscar Lambret de Lille :
o    Docteur Stéphanie VILLET
o    Docteur Vincent GAMBLIN
o    Docteur Arlette DA SILVA

-     Médecin responsable de l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs du Groupe Hospitalier de Seclin-Carvin :
o    Docteur Lucie PRIEUR

-     Equipe médicale de l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs et de l’Unité de Soins Palliatifs du Groupement des Hôpitaux de l’Institut
Catholique de Lille :
o    Docteur Marie DANEL
o    Docteur Vincent CHIQUET
o    Docteur Claudine JAUB
o    Docteur Marc PHILIPPE JONCOUR
o    Docteur Alix OLAGNE

-     Equipe médicale de l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs et de l’Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Tourcoing :
o    Docteur Guillaume BOUQUET
o    Docteur Sophie CANNONE FLIPO
o    Docteur Delphine CAUCHIE

-     Equipe médicale de l’Unité de Soins Palliatifs de l’Hôpital Privé Le Bois de Lille :
o    Docteur Damien DASSAUD
o    Docteur Valentine MADELAINE

-     Médecins des Lits Identifiés de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Bailleul :
o    Docteur Martine MAHIEU
o    Docteur Camille BATAILLE

-     Equipe médicale de l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs et de l’Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Roubaix :
o    Docteur Katia HEBBAR-SAVEAN
o    Docteur Xavier HURET
o    Docteur Benoîte PAGES

-     Médecin responsable de l’Unité de Soins Palliatifs de la Polyclinique Vauban de Valenciennes :
o    Docteur Philippe THOMAZEAU

-     Médecin responsable de l’Unité de Soins Palliatifs Gérard MONCHAUX de la Polyclinique de Grande-Synthe :
o    Docteur François WUYDIN

-     Equipe médicale de l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs et de l’Unité de Soins Palliatifs de la maison médicale Jean XXIII :
o    Docteur Stanislas VELLIET
o    Docteur Margaux VERCAMBRE
o    Docteur Licia TOUZET

-     Médecin responsable de l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Cambrai :
o    Docteur Delphine MASSET

-     Médecin responsable des Lits Identifiés de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Lequesnoy :
o    Docteur Denis LEFEVBRE

-     Equipe médicale de l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs et de l’Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Valenciennes :
o    Docteur Philippe PEVET
o    Docteur Antoine LEMAIRE
o    Docteur Stéphane FORTIN
o    Docteur Morgane PLANCON
o    Docteur Marine MULOT

-     Equipe médicale de l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs et de l’Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai :
o    Docteur Jean-Marie POULAIN
o    Docteur Anne VANBESIEN
o    Docteur Barbara CARLIER

-     Médecin responsable de l’Unité de Soins Palliatifs de la SAS Clinique Saint Roch, Château de la Motte de Marchiennes et
médecin responsable médical de l’Unité de Soins Palliatifs de la SAS Clinique Saint Roch de Cambrai :
o    Docteur Joël CLICHE

-     Equipe médicale de l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs et des Lits Identifiés de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier
Intercommunal de Wasquehal :
o    Docteur Vincent DRUON
o    Docteur Lucie BONNEL

-     Médecin responsable de l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Denain :
o    Docteur Régis HANOT

-     Médecin responsable de l’Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier du Pays d’Avesnes :          Docteur Isabelle DESCAMPS


Amour - le film





IVG : Je me souviens ...







Je me souviens avoir entendu une célèbre gynéco militante du droit à l'avortement dire : " bien sur que avorter c'est tuer ".

Evidemment que c'est tuer , et tuer un être humain vivant, et que au sens commun de ce mot c'est un homicide, mais au sens juridique, il en va différemment, puisque la personnalité juridique ne commence qu'à la naissance.

Je trouve cette interview piégée stupide et malhonnête : faire du sensationnel en rendant des propos incompréhensibles par un découpage de phrases, c'est se servir d'une cause pour vendre du papier journalistique, c'est lamentable.

La seule voie adaptée est de faciliter les consultations entre patientes et praticien-nes qui ont la même vision sur l'avortement.
A l'heure d'internet, dire que ceci pose problème c'est se moquer du monde.

La question à se poser est plutôt de savoir si et pourquoi tant de médecin opposent la clause de conscience explicitement, ou ne veulent pas faire d'IVG, et pourquoi même des militantes féministes favorables à l'avortement ne veulent pas en faire.