Liberté


La liberté pour la dignité, 
la liberté pour assumer ses responsabilités, 
la liberté au prix du confort



" Ce n'est pas l'homme qui exige de Dieu sa liberté, mais Dieu qui exige de l'homme qu'il soit libre car cette liberté est le signe de la dignité de l'homme, créé à l'image de Dieu."

La liberté selon Dostoievsky, "L'idée russe" Nicolas Berdaiev.


Moïse dit au peuple: Souvenez-vous de ce jour, où vous êtes sortis d'Egypte, de la maison de servitude; car c'est par sa main puissante que l'Eternel vous en a fait sortir. On ne mangera point de pain levé.





Exode 13/3

1917- 2017- память Царственных Страстотерпцев



La Russie se souvient du crime, des crimes. 

Quand l'appât des richesses, l'oppression des plus vulnérables, et la rage meurtrière, sous prétexte de progrès et d'égalité, s'emparent d'un pays.
60 000 personnes en procession.
A travers la mémoire du crime contre le Tsar et sa famille, enfants compris, ce sont tous les morts de la dictature soviétique qui sont rappelés.


Крестный ход на Ганину Яму в память Святых Царственных страстотерпцев 17 июля 2017 года




 17 juil. 2017

Царский крестный ход на Ганину Яму в память Святых Царственных страстотерпцев. 17 июля 2017 года. Екатеринбург. Храм-на-Крови - Ганина Яма



Божественная литургия в память Царственных Страстотерпцев из Храма-на-Крови. 17.07.2017


17 июля 2017 года митрополит Екатеринбургский и Верхотурский Кирилл возглавил Божественную литургию в память святых царственных страстотерпцев в Храме-на-Крови города Екатеринбурга.
***
САЙТ ТЕЛЕКАНАЛА СОЮЗ: http://tv-soyuz.ru
Ответы на самые важные вопросы духовной жизни можно найти в разделе ВОПРОС-ОТВЕТ: http://tv-soyuz.ru/vopros-otvet
Все видео с проф. А.И. Осиповым: http://tv-soyuz.ru/persons/aleksey-il...
Все видео с о. Дмитрием Смирновым: http://tv-soyuz.ru/persons/dmitriy-sm...



Царский крестный ход от Храма-на-Крови до монастыря Святых Царственных Страстотерпцев


В ночь с 16 на 17 июля 2016 года в Екатеринбурге прошел традиционный Царский крестный ход от Храма-на-Крови до монастыря Святых Царственных Страстотерпцев



La Russie n'est pas assez forte pour lutter contre la barbarie islamique dans son propre pays ... 


Ce que pense Ramzan Kadyrov des gays en Tchétchénie








Russia: Gay prisons in Chechnya 'unconfirmed facts' - Chechen leader Kadyrov





Ajoutée le 19 avr. 2017
Chechen leader Ramzan Kadyrov alluded to recent media reports of arrests and killings of gay men in the Chechen republic, during a meeting with President Vladimir Putin in Moscow on Wednesday. The leader stated that the claims were "unconfirmed facts."

"So-called good people are writing that in our republic, it is even awkward to say, the people are being detained and killed" he stated.

He went on to make an example of a man named Tepsurkayev Hasu who was reported to have been killed while he was "alive and healthy at home."

In early April, the Russian newspaper Novaya Gazeta published a report of mass arrests of gay men in the Chechen Republic. The article claimed that around 100 people were detained while at least three people were killed. Novaya Gazeta later published material on special prisons for homosexuals, where they have been allegedly tortured.

SOT, Ramzan Kadyrov, Head of Chechen Republic (Russian): "I would like to inform you that those provocative articles that are written about the Chechen Republic, about the people, about those events that allegedly take place, about detentions."

SOT, President Vladimir Putin, President of Russia (Russian): [off camera] "Which ones?"

SOT, Ramzan Kadyrov, Head of Chechen Republic (Russian): "So-called good people are writing that in our republic, it is even awkward to say, the people are being detained and killed. They even gave one name – Tepsurkayev Hasu, he is our main person in ideology, the Sufi. They said that he was killed but he is at home. They insulted him first then accused authorities of killing him, and he is alive and healthy at home."

SOT, Ramzan Kadyrov, Head of Chechen Republic (Russian): "Such unconfirmed facts around the republic happen two or three times a year, and since the beginning of the year, this is the first situation of this kind. Generally, in terms of security, our republic is in good standing. We do not have street crime; we do not have serious terrorist threats. The republic, so to speak, is confidently moving forward."

SOT, Vladimir Putin, President of Russia (Russian): "But there was a demonstration [against the crime], there was an attack on the unit of the National Guard so not all the questions apparently have been solved, but, of course, all of them are being resolved. I see that they are resolved well and of course it should be done on the basis of economic and social development. The fact that you manage to comply with the decrees of the President of Russia from 2012 is very important."






In Ale Gasn - Dans toutes les rues - Potemkine

Der Filosof




In Ale Gasn - Revolutionary Yiddish Anthem

 

 Arbeitlose March





ТУВА. СВОБОДНЫЕ ЛЮДИ



Solidarité avec la famille Lesteven

Solidarité avec une famille française, dont une femme handicapée, persécutée par des musulmans militants

Sabbath Prayer (Fiddler On The Roof)

Contre la calomnie et le mythe des juifs riches, la réalité de l'époque d'avant Hitler :

 Bund: The Hope and The Past - yiddish film, 1987

 Contre la comparaison stupide et délirante entre juifs et "musulmans d'aujourd'hui" :

 Les musulmans ont envahi l'Egypte, la Perse, et Israel au VIIeme

les juifs étaient des tributs pacifiques en Arabie à l'époque de Mahomet : Mahomet et ses successeurs les ont éradiqués d'Arabie, rendue ainsi Judenrein, sur ordre de Mahomet

 Le projet génocidaire d'Hitler était possible car :

LES JUIFS N'AVAIENT AUCUNE TERRE OU SE REFUGIER

 LES JUIFS N'ONT JAMAIS ETE NOMBREUX

 Aucun génocide contre les musulmans n'est possible car :

 Les pays se réclamant de l'islam sont un tiers des nations de la terre,

Les populations musulmanes ou réputées telles representent 1.6 milliards de personne, le sixieme de l'Humanité.

 L'Europe est toujours honteuse de sa conduite envers les juifs, et préfère accuser les juifs vivants, tout en vouant un culte morbide aux évènements passés, et en en cachant la leçon essentielle :

 " Si quelqu'un te dit qu'il va te tuer : crois le !"

 Le coran et la sunna disent de tuer les juifs : c'est le pire écrit d'incitation au génocide actuellement enseigné.

 En ce jour ou les profiteurs du culte des morts juifs recommenceront leur sinistre et hypocrite comédie, en commémoration du 16 juillet 1942,

J'accuse la France, qui promeut l'enseignement de ces textes, de complicité dans la préparation d'un projet génocidaire antisémite,
et ... je m'inclue parmi les fautifs qui par leur vote ont involontairement contribué à cette politique de diffusion de la haine coranique.

 Les morts juifs sont utilisés pour tuer les juifs et préparer le massacre des juifs aujourd'hui, les morts juifs sont utilisés pour interdire la critique de la diffusion du pire écrit d'incitation au génocide actuellement enseigné.

 Il n'y a aucune interprétation cohérente des écrits sacrés de l'islam qui puisse s'opposer à leur sens GENOCIDAIRE.

 Les musulmans ( personnes qui se reconnaissent comme tels) qui ne sont pas antisémites sont en contradiction - et je pense, je suis convaincue, que beaucoup l'ignorent et seraient surpris de l'apprendre - avec les textes de "leur" religion.

Je pense aussi que des musulmans instruits cherchent une interprétation qui puisse s'opposer à l'antisémitisme,

mais je dis que tant qu'ils ne l'ont pas trouvée et tant qu'ils n'ont pas prouvée qu'elle serait convaincante pour les masses, il faut interdire la diffusion non critique des textes sacrés de l'islam. In Ale Gasn - Revolutionary Yiddish Anthem Yid,Du Partizaner

Astaroth

Astaroth démon puant de l'enfer

astaroth imagedémon Astaroth démon et Grand-duc immensément puissant de l'enfer. 

La puanteur qu'il dégage est proportionnelle à sa puissance! Il favorise les sectes et les idées fausses.

Il est le démon suprême de l'hypocrisie. Les démographes le citent comme étant le trésorier de l'enfer. Il aurait visité Faust, il n'est pas interdit de penser que le pacte avec le diable de ce personnage soit le fait du démon Astaroth.
Il se gausse de connaitre le passé et l'avenir, il commande 40 légions d'esprits belliqueux.




et antidote

La puanteur de la délation

Marceline Loridan-Ivens, née Rosenberg, déportée, victime de délation et toujours courageuse contre l'antisémitisme, dont l'antisémitisme du coran :
Marceline Loridan-Ivens : "L'antisémitisme... par Europe1fr



 La puanteur de la délation


DEpuis la multiplications des attentats islamiques en Occident, depuis que la terreur régnant depuis Mahomet, qui se nommait lui même selon certains récits transmis par la Tradition islamique le rieur sanglant, une nouvelle tentation est apparue, à laquelle un certain nombre cède.

LA tentation de faire tuer ceux que l on déteste non pas personnellement mais par le biais des fanatiques musulmans, par les assassins agissant au nom de la loi islamique qui punit de mort le blasphème contre Mahomet / muhammad  pbsl ( paix et benediction sur lui, pour reprendre la manière révérencieuse de le nommer) ,  et contre le coran, parole sacrée de dieu, est grande chez certaines personnalités animées par un fond de haine aiguë.

C est ainsi que depuis le 11 septembre 2001, les dénonciations se multiplient, y compris dans les médias soit disant honorables.

Il y quelques mois encore, une femme saoudienne née musulmane et apostate critique de l islam a vu son nom révèlé sur facebook  et selon elle à la demande de facebook. Voir ses vidéos ci dessous.
Puanteur de la délation.

part 1



2



3



4



5




Critiquer la loi islamique, loi religieuse et juridique à la fois, est nécessairement un blasphème selon les critères de cette loi puisque ses sources hiérarchiquement les plus élevées sont la parole de dieu  (en arabe dieu se dit Allah, autant pour les autres religions des arabophones que pour les musulmans, par contre le yechoua/ christ/ Jesus des evangilles n'est pas le Issa du coran), et la parole de muhammad.

Depuis toujours pour des raisons de sécurité, nOmbre de journalistes écrivent sous pseudonyme, dont Caroline Fourest, (qui me traine aujourd'hui en Justice comme l'a révélé Riposte laique après m'avoir trainée dans la boue avec des attaques contre ma personnalité publiquement, avec la coopération de Rudy Reichstadt, par un article toujours en ligne, où elle me reprochait ... d'avoir dénoncé l'ignominie morale de la dénonciation d'un juif), qui a elle même été victime d une de ces délations ignobles révélant son nom d état civil réel par le journal Minute en 2008 ou 2009,
- A l'époque, son adresse a même été affiché dans la rue, et elle s'en est plainte sur internet, à juste titre.-
avant de décider, pour mieux s en prendre à moi, de dire elle même ce nom dans une interview en 2013.

De même écrivent ou jouent sous pseudonyme nombre d auteurs, acteurs, militants, et aujourd'hui plus particulièrement des auteurs traitant de sujets géopolitiques et politicoreligieux, pour des raisons variées.


Certains d entres ces utilisateurs vivent constamment en utilisant ce pseudonyme dans la vie courante,, tels les acteurs, écrivains et certains auteurs professionnels, d autres n utilisent le pseudonyme que dans leurs écrits, tels les militantes féministes ou les militants trotskistes, que leurs camarades militants connaissent sous leur nom d état civil mais qui signent de pseudonymes.

AInsi, une militante féministe a longtemps signe ses articles d un pseudonyme faisant clairement allusion à la lutte, avant, après sa retraite professionnelle de la fonction publique, de signer de son nom d état civil, tout en .... citant dans ses articles ses propres articles écrits sous pseudonyme ... sans indiquer, même à posteriori, qu.elle était cette même personne.

Le fait de pratiquer cet outing, cette délation non pas dans le sens de dénonciation d un crime ou délit aux autorités mais dans le sens de révéler au PUBLIC, c est à dire y compris aux assassins exécuteurs de la charia, soit le nom permettant de retrouver les informations personnelles permettant d atteindre physiquement l auteur dénonce, ou directement ces informations, est au sens moral de ces termes, un crime et un assassinat ou une complicité d assassinat.

Pour les journalistes ou salariés comme caroline Fourest, Qui n ont pas et n ont jamais eu par nécessité et obligation, la contrainte de faire connaître au public leurs coordonnées, cette révélation est moins grave,  - d autant qu elle en particulier peut compter sur la mobilisation de 20 ou 30 cars de CRS comme ce fut le cas lors de ses déplacements pendant la Manif pour tous, d ou aussi probablement sa décision de dire son nom en 2013, alors qu elle a pense cette révélation utile pour m attaquer.

Mais dans tous les cas, et y compris contre elle, de la part des délateurs il s agit bel et bien d un crime au sens moral et bon juridique du terme, d une organisation prémédité de crime du genre crime parfait à la hitchcock, ou plus précisément à la Brasillac

 BRasillac dénonçait des noms de juifs dans la presse pendant la guerre, ou donnait des indications sur des lieux où existaient des groupes résistants ou antinazis, et le procureur après la guerre lui a à juste titre reproché d avoir publié ces informations alors qu il savait fort bien que la gestapo lisait ses textes.

De même aujourd'hui, les partisans les plus observants de l islam - et je ne veux pas dire par là que tous les musulmans s estimant parfaitement observants penseraient de même - se réfèrent à des textes dont le SENS CLAIR à les mêmes caracteristiques idéologiques centrales que le nazisme et énoncé Côme devoir le massacre des résistants à son impérialisme d une part et d autre part le genocide des juifs décrits comme peuple intrinsequement mauvais.

A cet égard, de la part des musulmans ayant un minimum de savoir au moins ( à là différences des musulmans athée de gauche plus identitaires et antiracistes que fervents craignant dieu et l enfer)  Caroline ne craint strictement rien puisqu elle ne cesse de répéter, jurerez ses grands dieux même , qu elle n attaque pas l islam, et d énoncer un acte d accusation de racisme de ceux qui critiquent l islam et pas seulement l islamisme, ce qui selon mon analyse des causes et effets, qui n est que mon opinion qu elle ne partage sans doute pas, a pour effet ( et je ne dis pas que ce serait volontairement son but) de contribuer au jihadistes judiciaire et à la tentative de détourner les lois antiracistes pour réprimer les critiques des textes sacrés de l islam comme l exige la loi islamique.

Selon la formule de sadri  khiari, un musulman apparemment de gauche antiraciste et partisan de tariq ramadan du moins autant que ces qualificatifs sont compatibles entre eux, Caroline fourest, à laquelle il a consacré un livre entier mis depuis lors gratuitement à la disposition des internautes en fichier pdf avec l autorisation de l éditeur, et intitulé Sainte Caroline contre Tarik Ramadan,  est en effet : " l avocate de l islam"

Étant ou pouvant être vue comme l avocate de l islam, elle est du point de vue de la loi islamique, un atout dans la réalisation du but et des objectifs de l islam, et il n y a pas lieu de la tuer, du moins jusqu à la réalisation de ce but, soit la victoire des partisans de la loi islamiques.

Donc il m apparaît plus qu évident à la suite de ces nombreuses déclarations concordantes rassurantes pour les partisans de la charia, Caroline fourest n' à rien à craindre des plus dangereux d entre eux, c est à dire des croyants pour lesquels des années de prison ou la mort ne sont rien en comparaison de la crainte de l enfer pour ne pas avoir exécuté les ennemis de dieu, tels les juifs.

Kobili Traoré s en ait pris à sa voisine juive Sarah Halimi en la traitant de satan, sheitan. Il s est déchaîné contre elle pendant cinquante minutes , lui causant vingt fractures avant de la jeter par la fenêtre. Une femme qui ne cesse de critiquer ceux qui critiquent l islam ne peut être vu par un fanatique de cette sorte comme un satan, Caroline ne court aucun risque d être traitée comme elle.

A l inverse, MArcelline Ivens a le grand courage, à plus de quatre vingt ans, en tant que juive et anti colonialiste, de parler des sources coraniques de l antisemitisme, face à une Anne Sinclair qui tente de dissimuler ce fait en limitant l antisemitisme à ce qui serait un autre chose que le vrai islam. Voir vidéo ci dessous.

Comme dit le survivant du bataclan JOe Buers " on est mort comme des lâches" . Aujourd'hui hui en Occident, on accepte même les alibis donnes par les. Délateurs, les dénonciateurs de juifs opposants à l islam, par lâcheté intellectuelle.

Dans cette situation, d'une majorité occidentale prête à tout céder pour avoir la tranquillité personnelle, pour satisfaire leur narcissisme et vaincre leur peur, un homme de 25 ans peut écrire publiquement qu'il a abandonné sa compagne au bataclan pour sauver sa propre peau, et recevoir le soutien des internautes.

Dans cette situation, les personnalités ayant des conduites verbalement violentes et ayant des conséquences risquant d'être mortelles peuvent apparaître comme des héros rassurants finalement.

Ainsi, CAroline Fourest a elle même d'ailleurs justement montré le danger de la signature et de la révélation de nom, citant Hirsi Ali, en 2005 .. puis elle a elle même publiquement ... révélé un nom, l'a réitéré en ... présentant de pseudo justification et en me reprochant, le tout aussi publiquement, et avec force attaques contre moi sur un plan non pas idéologique ou politique mais au niveau personnel ...de le lui avoir reproché : !!!
Un seul mot vient à l'esprit dans une telle situation : fou !
Comment appeler la personnalité qui s'indigne de l'immoralité d'actes commis par d'autres, tout en vantant publiquement ce même acte commis par elle ? Une personne qui pratique la double échelle, certainement, mais à ce degré de cynisme, d'affichage, il s'agit de quelque chose de plus. L'affichage par tactique rhétorique, cynique, est une bonne tactique parce que plus un discours est hallucinant, illogique à l'évidence, justifiant un crime et prononcé avec la plus grande assurance, le plus bel aplomb, au nom des plus beaux principes universels, plus l'esprit humain, rationalisant, est enclin à croire qu'il s'est trompé, il y a en fait bel et bien un raison, et plus il oublie son impression première : il y a là un discours justifiant un crime, un discours au sens moral du terme : criminel.
Comment appeler un tel degré de dichotomie et de cynisme, et d'égoïsme, sinon un phénomène que les psychiâtres nomment clivage, dédoublement schizophrénique, et psychopathie. A Caroline ce qui est interdit, ce qu'elle se targue de dénoncer comme horreur lorsque les autres le commettent, est permis. Tel est ce qui apparait sous sa plume elle même au sujet de la délation.
Quelle peut être la logique sous jacente à cette conduite ? Ce qui suit n'est qu'une hypothèse, mais qui me parait cohérente avec ses écrits publics : il semblerait que dans son esprit - que je ne peux pas lire mais dont je vois les manifestations écrites PUBLIQUES, par exemple son insulte réitérée et justifiée publiquement contre Aymeric Caron :  Tout lui serait permis parce qu'elle est ... elle. Elle serait une héroïne qui agit pour le bien donc tout ce qui lui sert, servirait le bien. La fin justifierait tous les moyens.  Tous ceux qui peuvent gêner sa gloire ne mériteraient que la destruction, cette destruction serait une bonne action qui ajouterait à son héroïsme, une victoire qu'elle savourerait justement, la peur de ses "ennemis" l'amuserait, et lui procurerait une immense fierté. Voilà l'hypothèse qui me parait seule cohérente avec la violence incroyable de ces textes contre ceux qui ne font pas son apologie sans réserve ou écrivent des thèses contraires aux siennes.
Psychopathie : soit l'idolâtrie du soi quel que soit le mal fait aux autres, et même la jouissance du mal fait aux autres, dès lors que le psychopathe ne peut ignorer qu'il le cause.

A l'inverse, je trouverais un délateur compréhensible et sain d'esprit, s'il se repentait de sa délation, tout aussi publiquement qu'il l'a commise, et en demandait pardon, même tardivement, à sa victime, et proposait ce qu'il peut pour réparer.  Comme dit le Droit Canon à l'instar de la Halarha d'ailleurs ...


Bouquet pour Sandra Salomon :






Jaycee Dugard et ses enfants. Aimer ses enfants et petits enfants d'un père ravisseur et violeur.



" Jaycee Lee Dugard (née l 3 mai 1980, séquestrée par le couple, Phillip  et Nancy Garrido de 1991 à 2009. Deux enfants nées après le viol par Philip Garrido, l'ainée naît lorsque sa mère a 14 ans ; la seconde, à ses 17 ans. "


L'enfant né d'un viol apporte t il forcément du malheur à la jeune fille séquestrée par le violeur ? 
voit on forcément le visage du violeur dans celui de son enfant ?  


Réponse d'une femme enlevée à 11 ans, et séquestrée 18 ans par un couple, qui a eu deux filles de son bourreau, à 14 puis un autre à 17 ans, et réponse de sa propre mère, la grand mère maternelle des enfants ...

Peut-être un jour le père biologique demandera-t-il pardon à la mère des enfants, aux enfants. Peut-être jamais. 

Dédicace aux consommateurs de " GPA " : les enfants de Tchernobyl

Hommage à Simone Veil


Hommage à Simone Veil

Simone Veil est accusée d’avoir promu sa loi pour en tirer gloriole. Elle est accusée de ne pas avoir parlé de l’évolution de la législation sur l’avortement depuis sa loi, pour la même raison.

Cette accusation est d’une injustice insupportable.

Simone Veil n’a pas « légalisé l’avortement », elle a aboli – partiellement - la pénalisation des femmes et des médecins qui les assistent, ce qui n’est pas la même chose.

Simone Veil a été placé par Valérie Giscard d’Estaing comme par tous les partisans de l’avortement qui ne voulaient pas se salir les mains, devant «  le choix de Sophie », devant un choix entre deux morts ou plutôt entre plus ou moins de morts.

Les femmes avortent de toute façon, même quand elles savent qu’elles risquent la mort en le faisant. 

Pour le législateur qui doit statuer précisément sur la question de l’avortement, le choix n’est pas entre sauver les enfants et ne pas les sauver. Le choix est entre UN mort – l’enfant - ou DEUX morts – l’enfant et la mère qui meurt d’infection ou d’hémorragie.

UN mort ou DEUX morts et des orphelins de mères. Tel est le choix.

Simone Veil était devant ce choix. Bien d’autres étaient à l’époque devant ce choix mais les autres s’en moquaient, se défilaient.  Se défiler pour ne pas être celui qui accepte UN mort, c’est faire DEUX morts.

Dans les camps, Simone Veil avait repoussé ceux qui lors d’une marche des déportés, ne pouvant plus marcher seuls, s’accrochaient à sa mère, en leur disant : «  Vous ne l’entrainerez pas dans la mort ». 

Ces déportés qui s’accrochaient à sa mère allaient mourir de toute façon, mais ils allaient faire une morte de plus. Elle a dit non, elle a accéléré leur mort inéluctable. A 16 ans.

La législation qui pénalisait les femmes et les médecins, faisait des enfants morts, ceux qui allaient entrainer leur mère dans la mort. Simone Veil  a aboli cette loi.

 A l’évidence, ceux qui l’ont choisi comme Ministre pour traiter ce dossier savaient qu’elle ne pourrait pas supporter d’être celle qui laisse mourir DEUX personnes quand UNE seule était condamnée.

A l’évidence pour moi, son passé de déporté a été utilisé pour la forcer à être celle qui allait prendre la décision.

A mon avis, cyniquement.

Et ce choix s’est continué et a pesé sur elle toute sa vie, car la critique de l’évolution de la loi pouvait et peut ramener à la situation antérieure, c’est-à-dire à de plus nombreuses morts et des morts des plus cruelles.

Si Christine Boutin dit vrai, sur les regrets qu’avait Simone Veil de l’évolution de la législation contre son esprit initial, il me parait évident que Simone Veil a du souffrir de ce silence qui lui était imposé, à cause du risque de retour à la situation de la mort des femmes avortant.

Le signe qu’elle a pensé pouvoir donner, avec son mari Antoine Veil, de son souci des enfants, a été de manifester à la Manif pour tous, avec le drapeau montrant deux enfants avec leurs deux parents, en janvier 2013.

Le signe qu’elle a pensé pouvoir donner, sur sa vision de l’avortement comme un drame, a été de se laisser photographier en compagnie de Christine Boutin.

Ne pas laisser mourir affreusement les femmes pauvres, en revenant sur la dépénalisation, ou risquer de laisser se banaliser l’avortement : le dilemme dont elle a parlé lors de son discours à l’assemblée pour présenter sa loi n’a jamais pu être résolu.

Soit on « délégalise » l’avortement en réprimant les femmes, soit on « légalise ». Du moins, jusqu’à présent l’alternative pensable a été celle-là.  Je pense pour ma part qu’il pourrait exister d’autres réponses, d’autres solutions législatives.  Mais face à ce choix là, Simone Veil ne pouvait que tenir bon pour éviter le retour à la répression pénale des femmes.

Dans son livre : «  Et tu n’es pas revenu », Marceline Ivens, née Rosenberg, déportée à 16 ans, qui avait rencontré Simone Veil et sa mère dans les camps, raconte que Simone Veil a continué, toute sa vie, comme dans les camps, à « voler » les petites cuillers, (cuillers que l’on ne donnait pas aux déportés pour manger la soupe).

Les déportés ne sont jamais sortis des camps.

Placer une ancienne déportée devant le « choix de Sophie » était particulièrement lâche et répugnant. C’est ce qui a été fait à Simone Veil. Toute sa vie. 

Et toute sa vie, elle s’est laissée insulter, traiter de carriériste avide d’honneur, parce que le choix restait toujours le même : sauver la vie des femmes qui avortent de toute façon.





Псалмы Давидовы

Все Псалмы Давидовы. 
Хор братии Валаамского монастыря

Documents sur l'avortement




Voir ici plusieurs textes et vidéos de différentes époques, et comparer avec la présentation faite par le site MylittleIVG, ci dessous. L'évolution est évidente dans la manière d'envisager l'IVG.

http://elisseievna-blog.blogspot.fr/2012_09_01_archive.html


Transcription de l'interview de Joelle Brunerie-Kauffmann

Je pense que même les femmes elles-mêmes ne sont pas convaincues de cette liberté  qui leur est donnée, c’est quelque chose de très lourd à porter pour elles, malgré tout, cette liberté. Pouvoir décider je pense que c’est quelque chose de plus compliqué pour elles que ce que l’on avait pensé au départ. Quand on a obtenu la loi, on a eu l’impression que tout allait tomber, toutes les culpabilités, et c’est pas vrai, aujourd’hui les femmes elles-mêmes, sont encore très culpabilisées de ce qui leur arrive et de ce qu’elles vont nous demander, elles s’excusent toujours ,  c’est vrai que les choses n’évoluent pas, il y a certainement quelque chose de très psychanalytique, quelque chose de très profond je pense qui est de la vie des femmes et de la vie des gens qui reste encore très tabou.
Il faut absolument re-raconter ça.  J’ai un peu l’impression d’être l’ancienne combattante, quand je suis à l’hopital et que j’explique aux étudiants et que je raconte ce que c’était, il faut sans arrêt raconter ce que c’était. Quand ils regardent dans le bassin et ils disent « ho lala c’est dégoutant un œuf , un œuf de six semaines, mais je leur dis : moi j’ai travaillé à l’hopital Beaujon en 1967, elles se mettaient des sondes entre les femmes, elles avortaient de fœtus qui criaient dans les bassins, attends ! elles mourraient d’hémorragie dans les toilettes, si on les avaient laissées faire. Il faut dire tout ce qui touche au corps, je veux dire si on ne peut plus parler là, ni de la sueur, ni de choses qui sont sales, non ! Il faut parler de cela, il faut parler de ce que l’on a vu, i lfaut parler des caillots, il faut parler de la souffrance, il faut parler de la fièvre, il faut parler des hurlements, d’être médecin de garde, quand dans les années 60, on était appelés la nuit, on voyait des fœtus par terre ! je veux dire moi j’ai vu ça, je veux dire faut raconter ça, alors moi je raconte ça aux étudiants. Je leur dis attendez, c’est dégoutant un avortement là tout propre avec une petite canule septioque et un petit aspirateur tout propre là ? je dis, c’est pas du tout dégoutant ça, il faut se souvenir de ce que c’était, bien sur que c’est important. Alors on a l’air un peu d’anciens combattants, au bout d’un moment. Mais il faut le raconter, c’est que les femmes elles avortaient quoi qu’il arrive, on leur disait « vous risquer de mourrir » et ben tant pis, elles risquaient de mourir, elles ne voulaient pas de cet enfant là, et ça c’est une chose qu’il faut toujours, toujours rappeler, c’est les femmes qui ne veulent pas d’un enfant, elles l’ont pas.










" 220 000 avortements par an en France. Et si on arrêtait d'en faire un fromage ? "

Simone Veil : en finir avec les simplismes stériles

janvier 2013

Simone et Antoine Veil défilent à la Marche pour tous




PMA avec don de gamètes : Laissez-les naître !



Quelle belle histoire de sa naissance raconter à un « bébé Thalys » ? Sa vraie histoire. Les « bébés Thalys » sont les bébés conçus par don de gamètes par des femmes françaises qui se rendent pour ce faire en Belgique, par le train Thalys. La vraie histoire de ce bébé est qu’un homme et une femme l’ont tous deux désiré, ont tous deux voulu sa naissance, voulu aider l’autre à être parent. Geste d’amour… entre deux inconnus.
Dans une société où hommes et femmes ont, semble-t-il, quelque mal à s’aimer, quand un homme et une femme se témoignent une forme d’amour suffisant pour donner la vie, faut-il l’interdire ? Naître d’un amour, si ténu soit-il, c’est bien naître d’amour. Papa est loin, oui, la vie est complexe, les marins aussi sont – et étaient – souvent loin ou perdus…
Je plaide pour la légalisation du don de gamètes aux femmes par les hommes, dès lors que le père biologique peut être connu par l’enfant. Comme le permet la loi au Danemark.
Légalisation du don de gamètes et non «  PMA ».
La fécondation par insémination est un acte infirmier simple, et non pas à proprement parler un acte « médical ». Il n’y a pas de problème de stérilité. Il n’y a pas non plus de problème d’égalité. Toutes les femmes, hétéros ou homos, peuvent, à égalité, concevoir un enfant « naturellement » avec un homme… Le problème est juste celui-ci : faut-il refuser la vie venue de l’amour, sous prétexte que cet amour serait trop « peu », trop faible ? Si la réponse était oui, alors c’est toute PMA avec don de gamètes qu’il faudrait remettre en question…
Certains diront qu’il y a une différence : bien sûr, dans toute PMA avec don de gamètes, l’enfant est séparé d’avance du parent biologique « donneur », mais dans le cas d’un couple homme-femme, l’enfant aura l’avantage d’avoir à la fois un père et une mère. Un avantage essentiel, selon moi, féministe et militante contre la lesbophobie… mais les femmes seules ont aussi à cœur, à défaut de « père », de trouver pour l’enfant un proche qui pourra être référent masculin : oncle, « parrain  », etc.
Cela ne signifie pas que « faire un enfant toute seule » serait bon, normal. Mais je plaide pour les femmes hétéros qui ont vainement cherché un compagnon voulant être père, pour les femmes homos qui ont vainement cherché un homme pour une famille « co-parentale » et ne veulent plus attendre. Ce n’est pas délibérément qu’elles voulaient un enfant sans père.
J’estime pour ma part que la législation actuelle en France a une signification « patriarcale » inacceptable : on s’acharne à interdire à des femmes qui ne vivent pas avec un homme de devenir mères… Alors, comme pour l’IVG, je demande que l’on fasse confiance aux femmes.
Ces bébés, désirés, voulus, par leurs deux parents : laissez-les naître !

Hillel - הלל

 הלל



« Si je ne suis pas pour moi, qui le sera ? 

Et si je ne suis que pour moi, qui suis-je ? 

Et si pas maintenant, quand ? » 

Hillel, Maximes des Pères, 1, 14.








Le plus répugnant mensonge fait aux juges contre moi




Le plus répugnant mensonge fait aux juges contre moi

Je n’ai jamais parlé d’un procès qui me concernerait. Riposte laique a jugé bon de le faire à propos de l’attaque de Caroline Fourest et je le regrette. J’estime que la justice n’a pas à se rendre par la voie de la presse.

C’est pourquoi je n’ai ni nommé ni désigné autrement, personne dans l’article qui fait réagir Caroline Fourest. Le public n’a pas à savoir qui était en cause dans le procès auquel j’ai fait référence dans cet article. Par contre, le type de pratique qui s’y est déroulé mérite d’être connu.

En ce qui me concerne particulièrement, je tiens à revenir ici sur l’accusation portée devant des juges contre moi par :  «  Ceux qui tentent de me faire passer pour raciste à cause de cette opposition aux violations de la démocratie et des droits humains par le droit islamique … »

J’ai écrit à ce sujet :
« Ils se reconnaîtront. En particulier ceux qui osent tenir ce langage de pute devant la justice française, en ayant le cynisme de tromper les juges, qui ne sont pas spécialistes des questions islamiques, en se prétendant, eux ou leurs clients, spécialistes réels de l’islam et de l’anti-racisme ».

L’accusation lancée contre moi de racisme, d’être contre des minorités, est une pure calomnie, une accusation doublement ignoble, doublement honteuse, doublement sale et répugnante.




Premièrement, elle est ignoble parce que entièrement fausse. 

Elle est à l’opposé total de mes convictions. La haine des personnes m’insupporte. En être accusée est insupportable. Et ceux qui m’en accusent devant des juges le savent parfaitement. Ils savent parfaitement qu’ils déversent des insultes immondes. Ils s’en amusent d’ailleurs, sachant combien il est difficile de démonter cette accusation, qui n’est que pure calomnie, dans l’espace de temps limité d’un procès.

Je suis avec d’autres, «  la voix des sans-voix des pays musulmans », je ne suis pas « contre les musulmans » tout au contraire. Comme ces personnes « sans-voix », je suis pour que les personnes dites musulmanes s’émancipent des textes sacrés de l’islam. Je pense, comme nombre d’ex-musulmans ou d’athées de famille musulmane, que la seule issue pour cela est la coupure avec ces textes. Il y en a peut-être d’autres, mais pour l’instant aucune expérience concluante ne l’a montré, la référence à l’islam a toujours ramené un jour ou l’autre à l’application des lois du combat sur le chemin d’Allah.

Deuxièmement, elle est un mensonge cynique dit en toute connaissance de cause à des juges, une insulte à la justice.

Ceux qui m’accusent ainsi devant la justice, savent parfaitement qu’ils déversent des insultes immondes, plus que blessantes, et se moquent des juges. En déversant leurs tonneaux de m…. sur moi devant eux, c’est dans le même temps sur les juges qu’ils les déversent.




Marcelline Ivens

Marceline Loridan-Ivens : "L'antisémitisme revient, par vagues"
Marceline Loridan-Ivens : "L'antisémitisme... par Europe1fr Marcelline Ivens : L'islam est profondément antisémite. Anne Sinclair : L'islam radical ? Marcelline Ivens : Non, je ne suis pas d'accord, c'est ancien. Dans le coran. Moi même j'ai été une porteuse de valise. J'ai été arrêtée par un policier qui m'a dit " vous êtes juive ? Vous verrez dans 20, 30 ans, vous réfléchirez d'une autre manière "