Traité européen : contre la double haute trahison, manifestez le 4 février.

Tous unis pour la démocratie !

Le 13 décembre 2007, nos "représentants" non représentatifs, ont commis une double haute trahison :
- par le traité de Lisbonne, instituant l'Union Européenne comme une nouvelle personne juridique, avec une organisation oligarchique. LA DEMOCRATIE est RENVERSEE en EUROPE !
- par la résolution contre l'"extrémisme", la critique de l'islam est interdite de facto en Europe : en cela LA CHARIA EST INSTAUREE en EUROPE !

Attac appelle à manifester le 4 février contre la ratification du traité de Lisbonne.

http://www.tousaversaillesle4fevrier2008.fr/post/2007/12/18/first


L'attaque contre les droits humains a lieu tous azimuts, cette fois devant l'assemblée générale de l'ONU :

Published on International Humanist and Ethical Union (http://www.iheu.org)
Universality of Human Rights under attack at the UN
By admin
Created 3 Jan 2008 - 08:41
The Organisation of the Islamic Conference (OIC) representing the 56 Islamic States renewed its attack on the Universality of Human Rights [0] at the 6th Session of the Human Rights Council [0] that ended on 14 December.
On Human Rights Day, 10 December, Ambassador Masood Khan, speaking on behalf of the OIC, claimed that the 1990 Cairo Declaration of Human Rights in Islam
“.. is not an alternative, competing worldview on human rights. It complements the Universal Declaration as it addresses religious and cultural specificity of the Muslim countries”.
Not an alternative? Even a cursory reading of the Cairo Declaration shows just how widely its definition of human rights differs from those of the UDHR. No “complementary” document (the word implies adding to, not subtracting from) should restrict the rights enshrined in the Universal Declaration. Yet this is precisely what the Cairo Declaration does. Under Shari’ah law a woman has no personal autonomy. A women’s word or the word of a non-Muslim counts as half that of a Muslim man; and they are valued as half that of a Muslim man. No woman is considered an autonomous individual but needs a guardian: her father, husband, son or another male relative, and may not make autonomous decisions. Freedom of religion is limited to freedom to become and remain a Muslim. Apostasy and any actions or statements considered blasphemous are harshly punished, in some states by death.
Ann Elizabeth Meijer in her classic analysis “Islam and Human Rights” describes the declaration as not so much a statement of human rights as a statement of man’s responsibilities towards God. According to Meyer (p66):
“International law does not accept that fundamental human rights may be restricted – much less permanently curtailed – by reference to the requirements of any particular religion. International law does not provide any warrant for depriving Muslims of human rights by according primacy to Islamic criteria.”
In the same speech to the Human Rights Council, Ambassador Khan said that “The OIC was considering the establishment of an independent permanent body to promote human rights in accordance with the provisions of the Cairo Declaration”, and he referred to a decision taken by the May 2007 Islamic Conference of Foreign Ministers to work on an Islamic Charter of Human Rights, a convention of women’s rights in Islam and an Islamic Covenant against Racial Discrimination. Not an alternative?

Our attempted rebuttal

It was disappointing that no delegation was prepared to challenge the absurdity of Pakistan’s claim. IHEU [0] in collaboration with one other NGO [0] attempted to do so in the interactive dialogue the following day but our intervention was ruled “out of order” and our text stricken from the record.
Unwilling to let the matter rest, I joined David Littman of the World Union for Progressive Judaism in writing to Louise Arbour, the High Commissioner for Human Rights (see full text below) requesting a legal ruling as to whether the proposed charter based on The Cairo declaration would conflict with the Universal Declaration. (See below for the full text.)
The elimination of discrimination based on religion or belief

On 14 December at the Human Rights Council Pakistan, again speaking for the OIC, raised objections to the resolution on the Elimination of All Forms of Discrimination Based on Religion or Belief. Despite many weeks of work seeking a compromise with the European Union on this, the OIC had been unable to accept the right to change one’s religion. This objection was also raised by Egypt, Malaysia and many other Islamic states. The resolution also called for the renewal for a further three years of the mandate of the Special Rapporteur on Freedom of Religion or Belief. South Africa objected to the renewal because they found it “inconceivable that her mandate could be silent on monitoring the role that may be played by the media in inciting religious hatred”.
In the event none of the states objecting to the resolution actually voted against – thereby maintaining the myth of their support for universal human rights. What they did do was abstain, safe in the knowledge that under the rules of procedure an abstention is as good as a vote against since to be adopted any resolution requires a majority of member states to vote in favour.
Defamation of Religion

In September 2007 the European Union had attempted to introduce a resolution in the Human Rights Council on the elimination of discrimination based on religion or belief, but its introduction was deferred until December in an attempt by the sponsors to obtain the support of the OIC. Despite quite intensive negotiations, however, it became clear that no agreement would be possible. On December 14, the Pakistani delegate, again speaking for the OIC, said that differences remained on five important issues, inter alia: respect for all religions and beliefs, and respect for national laws and religious norms about the right to change one’s religion. “Hence, we dissociate ourselves from operative paragraph 9(a) because of its phrase ‘including the right to change one’s religion or belief’”. Yet this right is clearly enshrined in Article 18 of the UDHR to which all but one of the Islamic states is signatory.
In the event none of the states objecting to the resolution actually voted against it – thereby maintaining the myth of their support for universal human rights. What they did do however was abstain, safe in the knowledge that in order to be adopted any resolution requires a majority of member states to vote in favour, and their abstentions were therefore equivalent to votes against the resolution. Despite this opposition the resolution was carried by 29 votes to 0, with 18 abstentions.
Defamation of Religion

On 18 December 2007, the UN General Assembly adopted a resolution “Combating Defamation of Religions” by 108 votes to 51 with 25 abstentions. Similar resolutions have been adopted for the past seven years by the old Commission for Human Rights and by the new Council. This is the first time, however, that such a resolution had been passed by the General Assembly. The resolution expresses “deep concern about the negative stereotyping of religions and manifestations of intolerance and discrimination in matters of religion or belief”. But the only religion mentioned by name is Islam. The resolution also notes with deep concern, “the intensification of the campaign to defame religions and the ethnic and religious profiling of Muslim minorities in the aftermath of the tragic events of 11 September 2001”. It emphasises that whilst everyone has the right to freedom of expression, this should be exercised with responsibility – and may therefore be subject to limitations, inter alia “for respect for religions and beliefs”.
The Western delegations stood firm, however, in their opposition to this resolution. The Portuguese delegate, speaking for the EU, explained clearly why:
“The European Union does not see the concept of ‘defamation of religions’ as a valid one in a human rights discourse. From a human rights perspective, members of religious or belief communities should not be viewed as parts of homogenous entities. International human rights law protects primarily individuals in the exercise of their freedom of religion or belief, rather than the religions as such.”
Notwithstanding these objections, those opposing the resolution found themselves on the losing side of a two-to-one majority in favour. The implications of this resolution for freedom to criticise religious laws and practices are obvious. Armed with UN approval for their actions, states may now legislate against any show of disrespect for religion, however they may choose to define “disrespect”.
The Islamic states see human rights exclusively in Islamic terms, and by sheer weight of numbers this view is becoming dominant within the UN system. The implications for the universality of human rights are ominous.

Letter to Mrs. Louise Arbour, High Commissioner for Human Rights
20 December 2007
Your Excellency,
Primacy of the Universal Declaration of Human Rights

The message of OIC Secretary-General, Prof. Ekmeleddin Ihsanoglu, on the occasion of Human Rights Day has just come to our attention, and his statement is noteworthy. It reads, in part:
Respect of Human Rights through effective protection and promotion of equality, civil liberties and social justice is a milestone in the OIC Ten Year Plan of Action. In this regard the OIC General Secretariat is considering the establishment of [an] independent permanent body to promote Human Rights in the Member States in accordance with the provisions of the OIC Cairo Declaration on Human Rights in Islam and to elaborate an OIC Charter on Human Rights. The OIC is also committed to encourage its member States to reinforce their national laws and regulations in order to guaranty strict respect for Human Right[s].”
On Friday, 14 December, I handed to you the two statements we addressed to the Council on 11 December, one concerning Darfur, the other the primacy of the UDHR. We were however unable to complete the latter statement because of a procedural ruling by the President, Ambassador Toru Romulus da Costea, but it was officially circulated at the plenum with the Secretariat’s approval.
In this statement, we noted:
“We were surprised that Pakistan’s Ambassador Masood Khan, speaking yesterday morning on behalf of the OIC, claimed that the Cairo Declaration was “not an alternative competing worldview on human rights”, but failed to mention the shari’a law as “the only source of reference” (articles 24 and 25) in that same Declaration – the shari’a law where there is no equality between Muslim men and women, and between Muslims and non-Muslims.”
The Final Communiqué of the Third Extraordinary Session of the Islamic Summit held in Mecca on 7-8 December 2005 (…) provides a clear message regarding the UN system of human rights:
“The Conference called for considering the possibility of establishing an independent permanent body to promote human rights in Member States as well as the possibility in preparing an Islamic Charter on Human Rights in accordance with the provisions of the Cairo Declaration on Human Rights in Islam and interact with the United Nations and other relevant international bodies.”
We seriously question whether such a body would be “complementary” to the Human Rights Council or whether, given the wording of the Cairo Declaration, it will have shari’a law as its “only source of reference” and be seen as an alternative.
On 14 September 2000, in reply to a communication from the Association for World Education as to the “universality” of the Cairo Declaration of Human Rights in Islam (published in Volume II: Regional Instruments, OHCHR, 1997, pp. 477-84 of A Compilation of International Instruments), the legal advisor to the then HCHR replied:
“The Member States which have acceded to and ratified United Nations Human Rights Conventions remain bound, under all circumstances, by the provisions of those texts as well as the erge omnes obligations under customary international law.”
We are writing to you today to request an official ruling from your legal advisor as to whether the above official statement on Human Rights Day by the OIC Secretary General – in regard to the Cairo Declaration of Human Rights in Islam and a future “Islamic Charter” based on shari’a law – would clash with the UDHR and the Universal Instruments (in, A Compilation.. Volume I, 1993).
Please accept our season’s greetings, and our sincere appreciation for your multifarious efforts in holding to the highest standards of human rights and in guiding the international community along that straight and narrow path toward an appreciation of the universality of the UDHR.
Respectfully,
David G. Littman
WUPJ Representative to the UNO, Geneva
Roy W Brown
IHEU main representative, UN Geneva

Source URL:
http://www.iheu.org/node/2874
Copyright © 1952-2008 International Humanist and Ethical Union

L'ADN de l'Empire ressuscite : tant mieux !

· http://www.lefigaro.fr/debats/2007/12/14/01005-20071214ARTFIG00509-la-russie-na-pourtant-jamais-ete-aussi-democratique.php
·
· La Russie n’a pourtant jamais été aussi démocratique
.
Par Dominique Reynié, professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris.

Mieux vaut, comme la Chine, ne pas esquisser le moindre geste de démocratisation. Cela n’empêche pas de commercer avec l’Occident et cela vous épargne le désagrément des reproches en matière de libertés. On veut bien croire qu’à force de commercer la Chine finira par se libéraliser, mais on doute qu’à force de voter la Russie finira par se démocratiser. La principale critique que l’on peut adresser aujourd’hui à la Russie est d’imiter lourdement un état politique qu’elle n’a jamais connu et dont nous détenons l’étalon pur et parfait.

Pourtant, dans toute sa longue histoire, on ne voit pas à quel moment la Russie a été plus démocratique qu’aujourd’hui. Depuis toujours et jusqu’aux débuts des années 1990, les Russes n’ont balancé qu’entre le chaos et l’autoritarisme. À présent, de tout ce passé agité, émerge une période de mutation prometteuse, c’est l’ère Gorbatchev-Eltsine-Poutine.

Certains commentateurs laissent penser, voire affirment, que la situation s’est dégradée après Gorbatchev – celui que nous prenions pour un grand chef, mais qui n’aura été qu’un spectateur étonné – ou après Eltsine – cet autocrate brouillon que nous regardions comme un pochard sympathique. Depuis, Poutine serait responsable d’une dérive autoritaire. Fallait-il être naïf ou pressé d’avoir raison pour croire possible le triomphe soudain d’une société civile russe que Gorbatchev et Eltsine auraient libérée. Nous aurions été mieux inspirés de voir dans cette ébullition le démantèlement de l’État. Les Russes étaient livrés à eux-mêmes, pour le plus grand malheur des plus modestes d’entre eux pour lesquels il n’y avait qu’humiliation, misère et insécurité. Désagrégée, la puissance publique abandonnait le pays et ses immenses richesses à tous les clans mafieux auxquels elle était assujettie. Pour gouverner la Russie d’aujourd’hui, il faut certainement composer avec ces redoutables féodalités privées, mais elles sont nées de l’effondrement du communisme et elles ont prospéré sous l’œil du faible Gorbatchev.

Partout, l’ordre public est le premier devoir d’un État parce qu’il conditionne tout le reste. Sortie du communisme, la Russie s’engage dans cette œuvre fondamentale en choisissant un chemin proto-démocratique. Peut-on soupçonner l’existence de fraudes électorales en Russie ? Oui. Peut-on soutenir que le résultat du 2 décembre ne reflète pas la volonté des Russes ? Non. À la question de savoir si le «maître du Kremlin» – périphrase pour nous faire trembler – est populaire auprès de ses compatriotes, la réponse est oui, sans aucun doute. Qui prendra le risque d’affirmer qu’un autre parti, qu’une autre figure, aurait aujourd’hui les faveurs d’une population empêchée de faire prévaloir son choix véritable ?

Qu’est-ce donc qui nous déplaît tant dans ces résultats ? Ce ne peut être le niveau de la participation électorale : il est en forte hausse, de 56 % en 2003 à 62 % aujourd’hui. Avant le scrutin, les critiques assuraient que seul Russie unie, le parti de Poutine, accéderait à la Douma. Ce devait être la preuve du trucage. Mais ce sont finalement quatre formations qui ont su faire élire des représentants. Où donc est la cause de notre frustration ? Sont-ce les communistes, arrivés en deuxième position (11,6 %), qui ne sont pas assez nombreux ? Doit-on juger décevant le score des ultranationalistes de Jirinovski (8,2 %) ? Deux partis libéraux avaient les faveurs de l’Occident, l’un a obtenu 1 % des suffrages, l’autre 1,6 %.

Le point de vue des Occidentaux finit par devenir singulier : d’un côté, nous contestons la victoire du parti qui a pourtant rassemblé plus de 64 % des votes, tandis que, d’un autre côté, nous assurons que d’autres partis auraient dû triompher au motif qu’ils sont libéraux alors que, au total, les Russes ne leur accordent même pas 3 % de leurs suffrages !

Pour rendre compte de ces résultats, il ne suffit pas de souligner le fonctionnement autoritaire du régime ou le défaut de pluralisme dans les médias. Il faut se demander où en est la Russie.

Certes, les inégalités progressent, mais la pauvreté recule. Les Russes consomment plus et mieux que jamais. Le pays n’a pas été aussi stable depuis la chute du communisme. Il est redevenu une puissance internationale de premier plan et l’évolution de la question iranienne semble consacrer son triomphe sur la scène internationale. Indispensables au monde, puissants, plus riches et de nouveau en ordre, tels se voient les Russes avec Poutine. Ils lui attribuent une amélioration sensible de leurs conditions de vie et la restauration de la fierté nationale.

Les Russes en ont terminé avec le communisme, pas avec la demande d’État, ni avec le nationalisme ni avec l’ambition économique ou diplomatique, régionale ou planétaire. Comment pourraient-ils soutenir un processus, fût-il nommé démocratisation, qui produirait le démantèlement de leur puissance publique ? Ils veulent un pouvoir capable de contenir cette guerre civile oligarchique dont ils connaissent le prix. Si nous devons espérer que ce pays fera mieux demain, aujourd’hui il est inconséquent de vouloir l’isoler et présomptueux de le stigmatiser, de le prendre de si haut. Ah ! que de vertus politiques et morales nous attribuons-nous à nous-mêmes dans ces moments d’intransigeance ! Sommes-nous sûrs d’œuvrer ainsi utilement aux progrès de la démocratie dans ce pays ?

Repentance des barbaresques ?

http://michelgurfinkiel.com/articles/146-Geopolitique-Rappelons-nous-1803.html

En 1803, Les Etat-Unis consacraient 10 % de leur même budget fédéral à des rançons et autres largesses versées aux Etats dits « barbaresques » : le Maroc, l'Algérie, la Tunisie et la Libye. Ces quatre pays – un empire indépendant, le Maroc, et trois vice-royautés turques quasiment indépendantes – pratiquaient en effet la piraterie dans l'océan Atlantique et en Méditerranée : leurs felouques, légères, rapides, interceptaient les navires de commerce européens ou américains, s'emparaient de la cargaison et capturaient équipages ou passagers. Le sort des prisonniers était horrible : faute d'une rançon que les familles ou les organisations charitables ne pouvaient généralement pas payer, les femmes et les enfants étaient vendus à des fins d'exploitation sexuelle, et les hommes condamnés aux mines ou aux carrières, où la mortalité était de 50 % par an.

La liberté ou le désert

LA LIBERTÉ OU LE DÉSERT ...

Je fais partie des personnes critiquant l’islam. Pourquoi ? Parce que nous pensons que la progression des idées islamiques est une menace pour l’avenir de nos enfants, et pour la survie de la planête, car l’islam est une dictature qui a toujours massacré et maltraité les non-Musulmans (appelés « kouffars » en arabe), et qui a produit des désastres économiques et écologiques dans tous les pays où elle s’est étendu.

Nous pensons que « le racisme est la plus basse forme de bêtise humaine, mais que la peur de l’islam est une réaction de bon sens ».
Nous ne critiquons pas l’islam pour des raisons honteuses, nous ne voulons aucun mal aux « musulmans », nous critiquons l’islam parce que nous l’avons étudié de façon plus approfondie que ce que dit la grande presse ou la télévision.
On vous dit que la vision négative de l’islam serait due à l’ignorance : c’est faux, au contraire, mieux on connait l’islam, plus on voit que c’est une doctrine à la fois politique et religieuse, dangereuse et barbare.

L’islam, contrairement à ce que disent les grands médias, n’est pas une « religion pacifique » qui aurait été détournée par de méchants extrémistes, les « islamistes ».
Dès l’origine, l’islam est la doctrine d’un groupe de guerriers, dès l’origine le coran règlemente le combat militaire, le butin, le sort des esclaves prises de guerre. L’inventeur de l’islam, Mahomet et ses successeurs, sont des chefs de guerre utilisant, et se vantant d’utiliser, la terreur pour étendre leur empire.
Très tôt, les musulmans qui voulaient quitter l’islam, fuir ses combats, ont été condamnés à la peine de mort.

Certains nous reprochent de critiquer l’islam « plus que les autres religions », et insinuent que nous le ferions pour un sombre motif raciste : nous ne pouvons que les prier d’étudier l’islam. Ils verront que l’islam n’est pas, selon les musulmans érudits eux- mêmes, une « simple » religion, une spiritualité, mais bien une idéologie politique, un régime politique, et que cette idéologie s’oppose point par point aux principes d’égalité et de liberté de conscience (entre autres) du droit français et européen, mais est proche des régimes racistes, esclavagistes et fascistes de sinistre mémoire.

Alors pourquoi nos dirigeants ne nous alertent-ils pas sur l’islam ? La réponse est simple : parce qu’ils veulent ménager leurs rapports avec les pays producteurs de pétrole, parce qu’ils veulent continuer à leur acheter du pétrole, à leur vendre des usines nucléaire, des avions, des constructions, et aujourd’hui parce qu’ils craignent la réaction des personnes immigrées ou d’origine immigrée, originaires de pays musulmans.
Non seulement ils ne nous alertent pas, mais ils sont en train de mettre en place des législations dictatoriales qui interdiront toute critique de l’islam en Europe.

Autrement dit, nos dirigeants sont en train de vendre nos libertés contre du pétrole !
Avant la deuxième guerre mondiale, Churchill a dit « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déhonneur, vous aurez le déshonneur et la guerre ». Aujourd’hui, on peut le paraphraser en disant : « Vous avez voulu le pétrole au prix de la liberté, vous n’aurez ni le pétrole, ni la liberté ».

Nous savons tous que l’humanité va, ces prochaines années, devoir affronter le problème de l’épuisement du pétrole, et d’autres sources d’énergies (l’uranium etc), et trouver des solutions face à des bouleversements écologiques, économiques et démographiques.
Nous pouvons avoir des opinions très variées sur les solutions possibles, sur la justice ou non de nos échanges avec les pays producteurs de pétrole et d’autres matières premières, sur les mouvements de populations sur la planête. Mais il y a pour nous une évidence : les concessions à l’islam ne peuvent en aucun cas être une solution, pour personne, nulle part, elles ne peuvent qu’être une cause supplémentaire de désastres.

Dans l’histoire, l’islam, parce qu’il prône la haine envers les non-musulmans, parce qu’il interdit la liberté de conscience, parce qu’il met l’économie au service de la guerre sainte, n’a connu d’ « âge d’or » que dans les périodes où les musulmans vivaient sur le butin des pays nouvellements soumis à son règne. Ensuite, la stérilisation des esprits et la tyrannie ont produit la désertification des terres et l’effondrement économique et démographique. Si l’islam s’étend en Europe, tel sera l’avenir de l’Europe.

Certains à gauche nous reprochent de critiquer l’islam pour « diviser les prolétaires, occulter les méfaits du capitalisme ». Mais nous ne prônons pas, nous, la division entre musulmans et non musulmans, au contraire, si nous critiquons l’islam, c’est parce qu’il prône, lui, la lutte des musulmans contre les non musulmans. Si certains « divisent pour régner », ce sont tous ceux qui utilisent l’islam pour inciter les musulmans à la haine de l’ « Occident décadent » et au combat, ceux qui financent l’endoctrinement islamique des enfants dans le monde, et tous leurs complices.

Nous n’avons pas le choix : ce sera la liberté ou le désert. Pour l’avenir de nos enfants, de tous les enfants du monde, ceux du monde libre comme ceux des pays aujourd’hui musulmans, nous devons nous battre pour la liberté, contre l’islamisation, contre le désert.
Nous avons tous et toutes, les dirigeants que nous méritons ... si nos dirigeants actuels vendent nos libertés contre du pétrole, c’est parce qu’ils pensent que nous le voulons bien. Montrons leur qu’ils se trompent !

Mais un autre danger venant de la droite nous menace : l’ultra-libéralisme. Le politique doit être le cadre, étatique ou inter-étatique, le cadre contraignant, dans lequel est réfléchi et défendu l’intérêt général, à court et à long terme, du pays, de l’humanité en général. Sans quoi les sociétés tombent aux mains des mafias, et ces mafias feront certainement elles aussi de la terre un désert.

Le danger de la Constitution Européenne est extrême, car elle instaure une oligarchie, elle ouvre la voie par la « démocratie participative » à la dictature des groupes de pression, c’est à dire bien vite des mafias et des dictateurs tout court.
Les « alter-mondialistes » ont entièrement raison de dénoncer les pertes de souveraineté des Etats face aux intérêts privés, il est malheureux qu’ils négligent les risques « idéologiques » de l’islam.

Churchull disait « La démocratie est le pire des régimes à l’exception de tous les autres ». On peut encore le paraphraser en disant « la Nation est le pire des cadres de la démocratie, à l’exception de tous les autres » ... Car si nous avons tous en mémoire le lien qui mène de la « nation au nationalisme et du nationalisme au racisme », il faut aussi prendre en considération qu’aujourd’hui, on n’a pas trouvé d’autre cadre que les Etats-Nations, pour permettre un minimum de fonctionnement démocratique, et de définition démocratique de l’intérêt général.

Que les inconséquents de gauche, qui veulent donner le droit de vote à tout immigré musulman en France, se posent la question de leur avenir dans quelques années, si la charia était instaurée « démocratiquement »
Que les inconséquents de droite, les géniaux managers, qui ne jurent que par un PIB qui ignore la comptabilité matière et le long terme, et qui ne verraient pas d’un mauvais oeil finalement quelques concessions à la charia pour « tenir » le bas peuple, se posent la questions de la réalité de leurs profits, quand les sols morts ne pourront plus produire de nourriture faute de pétrole.

Nous avons quelques années pour produire les infrastructures et machines, qui nous permettraient de nous adapter à une économie sans énergies fossiles. Au lieu de cela pour l’instant, l’Europe, pour sauver ses « budgets » vend à des rentiers qui n’ont jamais su valoriser ces ressources, sous forme d’armes diverses, la corde pour la pendre, qui ne lui sera d’ailleurs sans doute même pas payée, et laisse venir des populations, qu’elle ne pourra d’ici peu plus nourrir par le produit de sa terre.
Jusqu’à présent, faute de défendre la liberté, nous ne préparons que la guerre et le désert.


Elisseievna
9/12/2007


Elisseievna
9/12/2007

Mondialisation : Taxer les transports à énergie non renouvelable



Le Belem

















Mon opinion :

Les Etats devraient taxer les importations de marchandises transportées par de l'énergie non renouvelable, afin de favoriser une rationalisation de l'économie mondiale.


Par ailleurs, des entreprises recommencent à utiliser les voiliers pour transporter des marchandises :

http://www.news.fr/actualite/societe/0,3800002050,39371193,00.htm?xtor=RSS-1
"Une compagnie maritime française va acheminer du vin sur des voiliers-cargos.

Faire naviguer la première flotte européenne de navires marchands à voile, Frédéric Albert et David Girard y croit dur comme fer depuis des années. Avec eux, deux marins d'expérience se lancent dans l'aventure pour fonder la CTMV : Philippe Videau, armateur et PDG de la compagnie des îles du Ponant et Michel Péry, capitaine du Belem, le dernier trois-mâts français."

"la construction du premier voilier devrait débuter en septembre. Il s'agit d'un ketch de 48 m de long, d'une capacité de transport de près de 90 000 bouteilles par voyage. Vitesse de croisière : 11 à 12 noeuds contre 20 à 30 noeuds pour un cargo classique. Un second cargo-voilier, lui aussi basé à Bordeaux, est déjà prévu. Investissement total : 11 millions d'euros.
Ce nouveau concept de transport durable a déjà séduit une association de 60 producteurs de vin du Languedoc-Roussillon. Des entreprises du secteur de l'aéronautique et du commerce équitable ont également adhéré à la démarche de la CTMV. Frédéric Albert espère voir partir son premier bateau pour Dublin en septembre 2008. "

"Remettre les voiles au goût du jour, c'est également l'idée de Pierre-Yves Glorennec. Ce professeur à l'INSA de Rennes pilote le projet Grand Largue. Objectif : équiper des chalutiers de voiles entièrement automatisées afin d'économiser 20 à 30 % de carburant. Les voiles n'ont pas vocation à remplacer le moteur, mais plutôt à apporter un complément propulsif. Des logiciels d'aide à la décision permettront aux pêcheurs de calculer l'itinéraire le plus économique en fonction du cap. Les premiers essais en mer sont prévus cet été. "

Тату (t.A.T.u.) - Нас не догонят

Тату (t.A.T.u.) - Нас не догонят
http://www.youtube.com/watch?v=8q3jAQkuyTo

Тату - Я сошла с ума
http://www.youtube.com/watch?v=F8r45rHA7GY&feature=related


Musique du film : Lilya for ever

Adin Steinaltz

http://www.radiorcj.info/

Qu'est-ce qu'un Juif ?
Lundi 29 octobre, le rav Adin Steinsaltz, talmudiste, enseignant, philosophe et mathématicien, donnait une conférence à l’Espace Rachi.
Adin Steinsaltz est l’auteur de 21 volumes du Talmud de Babylone traduit en français, comprenant la traduction littérale et assistée, commentaires et annexes.

La traduction était assurée par le rabbin Josy Eisenberg

" Le monde entier, tous les êtres humains sont les enfants de Dieu"
" Eux ils sont les fidèles, nous nous sommes les prêtres"
" Les juifs sont un peuple de prêtres, tous nous sommes prêtres, aussi bien les hommes, les femmes que les enfants, ils sont nés dans cette fonction "
" Est ce que c'est une fonction pour laquelle on reçoit des honneurs ou de l'argent ? Pas vraiment ..."
" Nous sommes responsables du monde "
" Dans toutes les religions, un prêtre est là pour servir les autres".
" Cest notre fonction, nous sommes là pour servir le monde"

" Es ist schwer zu sein a yid"
" C'est là la difficulté, c'est d'être un royaume de prêtres, un peuple saint".

Manif 8/12/2007 suite du 11/9/2007

Peut être que seuls des partis "d'extreme-droite" viendront à cette manifestation, mais alors ceux qui, de gauche, du centre, de droite ne seront pas venus, ne pourront s'en prendre qu'à eux même. SIOE appelle tout le monde, au nom de la défense des droits humains.

__________________________________________________________


8/12/2007 : Appel à tous les partis légaux français

Appel à la manifestation du 8 décembre 2007


L’association « SIOE –Europe » appelle à manifester le 8 décembre à Marseille sur les mots d’ordre suivants :

- Pas de charia ici !
- Oui à la démocratie, non à la théocratie !
- Stop à l’islamisation de l’Europe !
- Assez c’est assez !

Nous appelons tous les partis à appeler leurs adhérents à venir, en tant que personnes individuelles, à cette manifestation.

Nous pensons que la loi islamique progresse insidieusement ou ouvertement en Europe, alors qu’elle est contraire aux principes fondamentaux de nos constitutions, notamment du préambule de la Constitution française et de ses premiers articles.

La « liberté religieuse » ne peut être invoquée par les militants musulmans pour promouvoir leur droit ( qui va du culte au droit du commerce en passant par le droit de la famille et au droit des institutions politiques), prétendu d’origine divine, qui nie à la fois la démocratie et l’égalité entre hommes et femmes, entre musulmans et non musulmans, et ... la liberté religieuse des personnes d’autres confessions ou la liberté de quitter la religion musulmane.

Nous pensons que les clivages politiques qui opposent les adhérents des partis légaux en France, ne doivent pas être un obstacle au fait de manifester ensemble pour la préversation des principes fondamentaux de notre République.

Cette manifestation a lieu à Marseille, où un projet de construction d’une grande mosquée a été autorisé, car nous sommes opposés à cette construction, dans la mesure où nous estimons (comme le conseil des ex-musulmans d’Allemagne), que les mosquées sont une démonstration de force des musulmans militant pour l’instauration de l’ordre islamique en Europe. « Les mosqués sont nos casernes » a dit Recip Erdogan.

Notre manifestation n’est en aucun cas dirigée contre les musulmans : car de même que la lutte contre le nazisme n’était en rien une lutte raciste anti-allemande, et a certainement finalement sauvé la vie de nombreux allemands de la folie nazie, de même nous sommes convaincus, que nombre d’Arabes, d’Algériens, de Turques, de Kurdes etc ... vivant sous loi musulmane, contraints au silence, espèrent et comptent sur notre fermeté face aux militants musulmans en Europe, sur notre « intolérance » face aux « combat/lutte », au « jihad » pour instaurer ici une loi d’intolérance : la loi islamique.

Afin que la manifestation puisse avoir lieu en réunissant des personnes d’opinions politiques très diverses, sans donner lieu à des récupérations malhonnêtes, nous proposons que les seuls slogans affichés sur les pancartes ou banderolles soient ceux indiqués ci dessus, et qu’aucun signe d’appatenance à un parti ne soit porté. Il est évident que les personnalités des partis seront reconnues par les médias présent, mais nous leur demandons de maintenir un caractère individuel de leur présence, afin de permettre que la manifestation soit la plus large possible.

Nous vous informerons des lieux et heure de la manifestation dès que nous aurons obtenu l’autorisation de cette manifestation, qui sera toute à fait légale et tout à fait pacifique.


S.I.O.E. 29/10/2007

Chadort Djavann : nouveau livre

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3260,36-976488,0.html


Quant à savoir si les dogmes islamiques sont, dans une société moderne, "compatible(s) avec la démocratie : la réponse est non ! (...)"

la volonté des mollahs de se doter d'un arsenal nucléaire terrifie tout simplement l'auteure. En 2006, quand le président iranien Ahmadinejad organise de vastes manoeuvres militaires, "savez-vous comment s'appelaient ces grandes manoeuvres avec leurs missiles Shahab, Zelzal et Fateh ? Je vous le donne en mille : elles s'appelaient Grand Prophète 2... Mahomet lui-même, associé à des tirs de missiles (...). Vous imaginez l'armée française organiser des manoeuvres intitulées Jésus 2 ?"

" Les mosquées ne sont pas "de simples lieux de culte, ils sont une institutionnalisation de l'islam en France", menace-t-elle. Et cet "enracinement" lui apparaît porter en germe des conflits de pouvoir d'autant plus dangereux qu'il incite la majorité des musulmans, aujourd'hui non pratiquants, à rompre avec leurs habitudes et à se plier à un modèle dominant du musulman agenouillé et priant cinq fois par jour.

A MON CORPS DÉFENDANT, L'OCCIDENT de Chahdortt Djavann. Flammarion, 432 p., 19 €.

l'islam contre les droits des femmes

J'ai un collègue professeur d'allemand qui dit à qui veut l'entendre : je déteste la culture allemande, leur bouffe , leurs traditions. Je préfère mille fois l'italie et l'italien." Cela est accepté , c'est sa liberté de penser . Pour l'arabe et l'islam, émettre la moindre critique est assimilé à du racisme. Un responsable des langues me disait : "pour nous l'arabe et l'hébreu sont vraiment des langues "explosives". L'accusation d'antisémitisme ou de racisme est là , prête à être brandie au moindre problème. Pourquoi n'enseignez-vous pas le serbo-croate ?"

Ce qu'il disait est tout à fait juste quand on voit le mauvais procès qui est fait à la droite en France soupçonnée d'être raciste et antisémite. Si je lis les articles de la gauche "P..." , on s'aperçoit qu'il faudrait aimer les musulmans pour échapper à cette accusation de racisme Mais diantre ! les C... sont devenues chrétiennes.
Pourquoi devrions-nous aimer les musulmans ? Je n'aime pas plus les musulmans que je n'incite à la haine contre eux : ce sont leurs textes que je dénonce.

Si les textes sont méchants pour les non musulmans , je ne vais pas changer ces textes pour que les musulmans s'intègrent plus facilement. Je ne vais pas m'interdire de parler du génocide arménien...pour ne pas salir aux yeux de l'opinion l'image des Turcs. Certes les Turcs paraîtront peut-être moins aimables mais pense t-on à tous ces Arméniens qui ont payé le prix fort.

La gauche "p...iste" fait preuve d'une totale indulgence quand il s'agit des musulmans , et une sévérité extrême quand il s'agit des cathos traditionnels.
Les musulmans ont décidé de construire le maximum de mosquées . Pour la gauche c'est totalement normal, ce n'est que l'expression de la liberté de culte. Seulement ce n'est pas neutre. Dans l'esprit des pieux croyants islamiser le sol français, c'est rendre la France , insensiblement, terre d'islam. Et la voltairienne que je suis en est bouleversée.
Rechristianiser le pays semblerait à cette chère gauche , totalement absurde.

Ces féministes sont sans doute à fond pour le mariage homosexuel, pour la défense des droits des femmes , contre l'obscurantisme religieux etc..etc..
Mais alors ne pas connaître le contenu de l'islam qui est la négation même de ce que cette gauche laïque défend , c'est ahurissant.
Je comprends que le Père Samuel soit atterré par la naïveté et l'ignorance des Européens.

Et ce qui est ahurissant c'est que des musulmans malins ont trouvé dans cette gauche un appui : alors ils ont décidé de servir à ces ignorants ce qu'ils aiment - droits des femmes : l'islam a toujours respecté les femmes, le prophète les aimait et les respectait etc... etc.. - droits de l'homme : l'islam a vraiment compris le véritable sens des droits de l'homme ( musulman croyant.)

Quand ces musulmans éclairés, tellement aimés par nos féministes gauchistes vont faire des conférences dans leur propre pays , c'est un échec total, le bide. Et les musulmans de ces pays disent : "Mais ils sont fous ces Français ; ils ne s'aperçoivent donc pas que les musulmans qu'ils sanctifient .... ne connaissent rien sur le sujet.
Car l'islamologie cela ne s'invente pas. Ce n'est pas la religion musulmane pratiquée à la maison par le grand-père qui respectait sa femme et sa fille . C'est une science sur laquelle des Laoust , des Blachère ont passé des années : ce sont des textes de fiqh analysés, des traductions effectuées.
Franchement je me dis que si ces anciens "orientalistes" revenaient ils auraient une apoplexie.

Charles de Foucauld serait appelé par la police pour avoir parlé du danger que constituait l'islam ..en pays de tradition chrétienne si les musulmans se sentaient libres de pratiquer pleinement leur religion. Charles de Foucauld pensait à la conversion au christianisme.comme solution. Charles !! Il suffit de s'en tenir à une laïcité intransigeante. L'espace public doit rester neutre. LA RELIGION EST DU DOMAINE PRIVE.

Pour Libertyvox Anne Marie Delcambre

___________________________________________________________________

Ma réponse à Anne Marie Delcambre sur Libertyvox :


c'est grotesque, mais c'est ainsi.

La gauche est largement tombée dans la pensée magique, " à chacun selon ses besoins", chouchoutons et babysittons la population, ce que certains ( qui m'enervent mais qui n'ont pas entièrement tort, appellent la "maternisation" de la societe) :
bien sur que si Mme Delcambre, puisque les musulmans ont besoin que l'on dise que leurs textes sont autres, pour s'intégrer, c'est cela que vous devriez dire,
et si vous ne le dites pas, si vous persistez à dire des choses qui peuvent les heurter, leur faire de la peine, des choses qui peuvent amener des esprits faibles à quelque colère contre eux, ( et ne prétendez pas que ces esprits faibles devraient se faire un devoir de réfléchir aux descriptions des textes que vous faites avant de se laisser aller à des sentiments négatifs - ces esprits faibles là aussi il faut les materner, se mettre à leur portée),
alors c'est bien la preuve que vous n'auriez cure de pousser des esprits faibles - (qui vont faire des déductions haineuses de vos propos, quand bien meme vous mettriez explicitement en garde contre l'aberration de telles conclusions ) à de la haine : NON il ne faut pas trop dire que les turcs ont commis le génocide, que l'islam a des textes permettant des tueries de tribus entières, c'est vilain, cela ne tient pas compte de la faiblesse d'esprit des humains et de leur sensibilité.

Voilà le raisonnement débile que tient une partie de la gauche, et au nom duquel, elle va utiliser les lois antiracistes pour faire taire ceux qui disent la vérité, quand bien meme elle tuerait ainsi la démocratie. Car ce que les étourneaux gauches oublient dans l'affaire, c'est que la démocratie n'existe pas sans une exigence de vérité et de raison, qu'elle est le contraire du maternage de citoyens infantiles.
Le maternage de populations infantiles, à qui on ne dit que ce qu'elles "peuvent" entendre sans devenir stressées ou violentes, cela a un nom, cela s'appelle la dictature, que ce soit par une nomenklatura ou par un roi.

Je trouve essentiel le travail que vous faites ici de divulgation du savoir, et je tiens à le dire, un travail essentiel pour la DEMOCRATIE, essentiel pour les droits des femmes, et de tout le monde.
Je me contrefous que certaines personnes de gauche, qui ont la vision stupide et DANGEREUSE que je viens de décrire ci dessus, voient que j'écris ici, par rapport à vos écrits et quelques autres. Celles et ceux qui critiquent vos écrits en les déformant sont de mauvaise foi et je n'ai pas d'"amis" parmi les gens "de mauvaise foi". Je peux avoir pour amis des gens qui ont un avis opposé au mien, avec qui nous n'avons pas le temps surtout de débattre au fond des choses et de lire les mêmes livres pour étudier à fond, mais des gens de mauvaise foi, qui lancent des accusations fausses, ne sont pas "mes amis".
Ce que je veux dire en faisant cela, en écrivant ici, c'est qu'il est essentiel pour la démocratie, et les droits humains, de connaitre la vérité, de défendre le savoir, d'avoir une exigence élevée de rationalité, de reflexion, de maitrise de soi, et que le travail que vous faites de divulgation de la connaissance sur la doctrine de référence d'un milliard de personne, est essentiel, et que je vous approuve à 100% de le faire comme vous le faites, c'est à dire en parlant des textes, et en rappelant l'évidence qu'un texte n'est pas un être humain, pas une population.

___________________________________________________________

PS : lu sur Libertyvox :

"Daniel Pipes m'appelle la "Wafa Sultan" française. Cela me flatte car elle parle magnifiquement l'arabe sur la chaîne "Al-jazîra" et elle est très éloquente et véhémente.
... je ne trouve pas chez lui cette haine violente que je sens dans l'attitude de certains "islamo-résistants". Cela me gêne car ce que je fais dans mon livre c'est un constat. Ce n'est pas une introduction à une exécution de l'islam. "

" Que je sache personne ne peut ouvrir le cerveau de chaque croyant et savoir s'il interprète les textes dans le sens littéral ou s'il s'en éloigne, par humanisme. "

Anne-Marie Delcambre

La men ta ble



La men ta ble, comme disaient ces horribles Muppets

il est tout à fait lamentable que l'on puisse encore être soutenu lorsque l'on dit des obscénités avec gros rires gras à une femme

lamentable mais réel.

Voici le dialogue :





Lui : " Est ce que "Jeanne" a assez de couilles pour le publier





Moi : " est ce que vous avez déjà vous même donné une conférence publique sous votre véritable identité sur ce sujet ?"





Lui : "Vous trouvez ça courageux de dire des mensonges sous son vrai nom parce que la vérité est dangereuse? "





Moi : " Jeanne pense dur comme fer dire la vérité. Quand vous aurez pris les memes risques qu'elle, vous pourrez l'agressez sur ce plan là."





Lui : "Je l'attaque comme je veux et je vous emmerde. "





et quelques échanges du même genre plus loin :





Lui : " si vous continuez, vous aurez la fessée".

Le modérateur du lieu du dialogue : " Nous soutenons "Lui" à 100%" "Ecoutez Elie. ...Vous faites référence à la "fameuse" "fessée virtuelle" que FFL a dit que vous méritiez, après que vous ayez répondu à ses arguments par une agression... "

Ceci a lieu en 2007.





Que l'on ne vienne surtout pas me dire qu'il n'y a que l'islam qui poserait problème ...

Titre incroyable d'un site féministe

Sisyphe.org
"L’affaire Truchelut - "Tu n’es pas maître dans ta maison quand nous y sommes.""
par Micheline Carrier et Élaine Audet sur le site Sisyphe.org

Incroyable de voir sur un site féministe un titre, venant d'un refrain de contine, dont la compréhension peut apparaître si ambigüe.

De n'importe qui d'autre, on dirait tout de suite que tels propos sont xénophobes. Les auteurs ont mis ce titre à un article exprimant quelque chose de tout à fait légitime, à savoir : ne pas accepter des pratiques d'intolérance et de discrimination sous prétexte d'accomodement raisonnable, comme le dit l'expression québéquoise. Mais pourquoi ce titre ? Il est difficile de le dire sans entrer dans une analyse sauvage des auteures. Mais il semble que ce décalage est du à une "chape de plomb" qui pèse, pour interdire à la fois des propos inacceptables et des propos tout à fait légitimes mais dont le "tort" est de leur "ressembler" trop, non pas d'être identique, non, mais seulement "ressemblants", si on ignore, si on persiste à ignorer certains aspects de la réalité.
La réalité d'aujourd'hui, à mon avis, c'est que la barbarie vient de cultures étrangères et minoritaires et progresse "chez nous", par l'arrivée de minorités de minorités qui veulent pousser la majorité de ces minorités à s'attacher par "identité" à ces règles barbares, et pire, cette minorité de minorités veut les imposer aux autochtones et pousser la majorité de ces minorités à nous les imposer.
Mais voilà, dire cela, à des gens qui ne connaissent pas l'islam, et son contenu sexiste, haineux envers les "mécréants", théocratique, hégémonique, c'est dans leur esprit, tenir un discours qui "ressemble" à un propos de "rejet" xénophobe. Alors on évite. Mais on a quand même envie de l'exprimer. Quitte à utiliser un vieux refrain de contine.
Si c'est un refrain de contine qui le dit, c'est que cette réalité a existé, déjà, c'est une preuve cela, que les choses existent et qu'on a le droit de les dire.
Voilà à quelques procédés misérables, nous en sommes réduits, nous nous réduisons nous mêmes, tout cela par peur du qu'en dira-t-on, de l'effort intellectuel, par renonciation à l'exigence intellectuelle.
Car dire que certains ont décidé, par idéologie, de prétendre prendre le pouvoir "chez nous", cela n'a rien de raciste, cela ne doit en rien servir de prétexte à du racisme, c'est juste le constat que cela existe, et que nous devons lutter contre, nous avons le devoir de lutter contre sinon nous sommes coupables des injustices et barbaries que la prise de pouvoir "chez nous" de la "culture d'autres" qu'est l'islam , entraîne et entrainera.

Pourquoi je soutiens Fanny Truchelut

Moi qui, comme mes ainées dans le mouvement féministe, pense que « nos luttes changent la vie entière »,
Moi qui pense qu’il n’y a pas de démocratie sans égalité des sexes,
Moi qui suis, comme mes ainées, pour le droit à l’avortement, pour le droit à la contraception, pour le droit à l’accouchement sous X, ainsi que pour le droit de ne pas être forcée d’avorter comme en Chine ou en Inde,
Moi qui ai milité contre la conspiration des oreilles bouchées sur l’inceste et les diktats de la psychanalyse qui couvraient ces crimes,
Moi qui ai milité pour les droits et la visibilité des lesbiennes,
Moi qui ai milité contre les viols de guerre dans l’ex-Yougoslavie (que les victimes soient serbes, croates ou bosniaques...), jeûné contre le siège de Sarajevo ( avec les bosniaques, musulmans ou autres), milité contre les atrocités commises contre les femmes en Algérie et en Afghanistan,
Moi qui ai milité, au nom de l’égalité des sexes d’abord et avant tout, pour une loi contre les signes religieux sexistes, à l’école privée comme publique, dans les administrations comme dans les entreprises, et éventuellement dans tous les lieux publics,
Moi qui suis donc en ce sens une féministe radicale,
je soutiens entièrement la démarche de Mme Fanny Truchelut, au nom de la défense de l’égalité des sexes, qui est un des éléments principaux et essentiels du principe constitutionnel d’égalité de notre République.

Dans notre République, la liberté a pour borne la liberté d’autrui ( Déclaration de 1789 art 4).
Dans notre République, la religion n’excuse pas tout. La liberté de pratiquer un culte, n’autorise aucune personne à être cannibale ou à faire des sacrifices humains ou à militer pour la dictature d’un Führer ou d’un calife, parce que telle serait sa « religion ».

L’imposition du port du voile est une oppression des femmes, le port du voile est une agression pour les femmes qui tiennent à leur liberté, à l’égalité en droit et en dignité. Imposer sa vision aux femmes est un acte d’agression pour ne pas dire de terrorisme psychologique contre elles.
Ceci est vrai quelque soit la « religion » ou autre idéologie au nom de laquelle il est imposé.
La République ne doit pas tolérer que les femmes qui tiennent au respect de leur liberté, au respect du principe de l’égalité des sexes, soient réprimées au nom d’un prétendu droit à la liberté religieuse, qui incluerait le droit d’agresser les femmes. La liberté religieuse se borne, comme les autres libertés, aux pratiques qui ne nuisent pas aux libertés d’autrui.

Mme Truchelut, comme d’autres femmes menacées ou poursuivies pour avoir protesté contre le port du voile dans leur établissement, a eu le courage de défendre les femmes contre ceux qui militent pour leur oppression. La République devrait pour cela non seulement ne pas les poursuivre, mais au contraire les honorer et les célébrer, pour avoir « su reconnaître leur devoir et eu le courage de l’accomplir ».

Dans ce procès, les droits des femmes sont défendus par un avocat, M. Alexandre Varaut, catholique et défenseur de la messe tridentine, avec l’aide d’un homme de droite, lui aussi catholique, fils de Résistant qui vint au secours de juifs pendant la dernière guerre, Philippe de Villiers, et ce sont trois associations prétendues anti-racistes dont les avocats attaquent ignominieusement Mme Truchelut ainsi les féministes présentes au procès.
On dirait que c’est le monde à l’envers : si quelqu’un nous avait prédit cette situation il y a seulement deux ou trois ans, nous l’aurions pris pour un fumeur de champignons.

Pourtant finalement quoi d’étonnant ? Oui, « je me souviens »... les premiers Résistants ... il n’y avait pas de communistes parmi eux, eux ils respectaient le pacte germano-soviétique, eux ils insultaient mes grands parents, qui résistaient, avec qui ? Avec des hommes de droite, des « nationalistes », et même des royalistes, avec des chrétiens, qui n’oubliaient pas, eux, « mit brennender Sorge » la valeur de la personne humaine sous prétexte d’avenir radieux, avec des Allemands résistants, et avec des hommes de gauche aussi...

Oui, « je me souviens » encore : en 1947 le « procès Kravtchenko », procès mené par la revue communiste « les Lettres Françaises » contre cet ingénieur soviétique passé à l’Ouest, procès où ceux qui dénonçaient les horreurs arrivés en URSS, Viktor Kravtchenko, et son témoin Milena Buber-Neumann, opposante allemande au nazisme, déportée successivement dans les camps nazis et sibérien, furent ignominieusement insultés par les communistes français ...

Alors oui : tout recommence car c’est encore bien d’un totalitarisme en marche qu’il s’agit.

Le voile est à la fois la réalisation de l’oppression des femmes, et l’étendard de l’islam, non pas simplement en tant que foi, spiritualité, mais dans ses aspects politiques, indissolublement liés à la foi en raison de son caractère global, car l’islam est l’observance d’une loi divine (la charia/fiqh) régissant tous les aspects de la vie, jusqu’aux plus triviaux.
Parce qu’il montre en « live », « sur pieds » le corps de la femme enfermé, le voile est à la fois le résumé des inégalités affirmées par le droit islamique et la marque de sa mise en application effective, de la puissance et du règne de la charia « ici et maintenant » . « Inégalité » étant un euphémisme, pour parler d’un droit divin prônant la lapidation pour les adultères, l’enfermement à vie pour les « fornicatrices » (homosexuelles), la mort pour les non musulmans récalcitrants, et pour tous les juifs restants avant que le messie n’arrive !
Selon les juristes musulmans le port du voile et de la barbe ou autre tenue distinctive est une obligation car Mahomet a dit « Quiconque imite un peuple en fait partie », alors qu’au contraire de cette «assimiliation » dans les autres peuples et leurs lois, la présence de femmes voilées et d’hommes barbus marque la conquête territoriale de l’islam, qui « domine et n’est jamais dominé » (dixit Mahomet).

Le voile est un symbole de puissance fait pour être facilement compris des masses, selon le vieux procédé des totalitaires ( cf Serge Tchakhotine ).
C’est bien pourquoi Mme Fanny Truchelut, comme tant d’autres en France, n’a pas eu besoin de connaissances approfondies en religion ou géo-politique pour comprendre son sens menaçant envers elle en tant que femme, tout d’abord. A la différence cependant de bien d’autres, elle a eu le courage de tenir compte de ce qu’elle comprenait du sens de ce signe agressif et traumatisant. C’est pourquoi elle s’est opposée à son exhibition dans un lieu ( le salon commun d’un gite rural familial) fait pour la convivialité, la politesse, le respect des sentiments des autres hôtes.

Horia Demiati, auditrice financière diplômée Bac + 4, n’est pas, nous affirme un des avocats de la partie civile une femme opprimée. Certes non ! Elle a choisi le camp des oppresseurs, le camp des lapideurs, le camp du nettoyage ethnique des non musulmans ... le camp qui adore un homme, Mahomet, qui a dit « le Paradis est à l’ombre des épées ». Alors au nom de quoi nous reproche-t-on de combattre son idéologie politique aux côtés d’hommes qui préfèrent un Jésus, qui dit à ses défenseurs de ranger leurs épées « car celui qui a utilisé l’épée périra par l’épée », et « que celui qui n’a jamais péché » ... ?

L’analyse de l’islam faite par Philippe de Villiers est exacte, et je la partage, et je combattrai au côté de ceux qui comme lui ont compris que notre devoir est d’enrayer la marche de l’islam. Car s’il y a des musulmans qui souhaitent sincèrement un islam tolérant ( à mon sens impossible car illogique), l’islam est un mouvement qui fut, dès sa conception, tyrannique, hégémonique et rétrograde, et qui, dans notre siècle, en raison de son contenu intellectuel et des moyens techniques actuels, peut prendre les dimensions du pire des totalitarismes que l’humanité ait jamais connu.


Elisseievna.

Militante féministe radicale et anti-totalitaire.

Logique

" La raison pour laquelle les autorités européennes se montrent de plus en plus despotiques dans leurs manoeuvres de censure, c’est parce qu’elles veulent dissimuler qu’elles ne veulent plus ou ne peuvent plus assurer même la sécurité la plus élémentaire à leurs citoyens. " blog d' Insoumission

Oserais je ajouter que par contre, certains légers débordements antis.. sionistes, ou anti français ou anti-craie ou quelques statues brisées dans nos églises : c'est comme la pornographie : c'est un exutoire pour la violence des nouveaux apaches, une soupape vous dit-on ...

.... Deux ans après la chanson "Göttingen", voici ce que chantait Oum Khalsoum, sur toutes les radios du monde arabe :
"Etbah el sahyouni" (massacre le sioniste)
refrain : "Egorge, égorge, égorge et sois sans pitié,
Egorge, égorge, égorge, et lance leur tête
Dans le désert,Egorge, égorge, égorge
Tout ce que tu voudras,
Egorge tous les sionistes et tu vaincras"

Gottingen

Au moins où l'on - où les collabos de tout acabit - nous salit tellement ...


O faites que jamais ne revienne

Le temps du sang et de la haine

Car il y a des gens que j'aime,

A Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l'alarme,S'il fallait reprendre les armes,Mon cœur verserait une larmePour Göttingen, pour Göttingen.


"Idiots utiles du capitalisme"

Eric Zemmour http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-965798,0.html L'antiracisme fut le rideau de fumée qui occulta la soumission socialiste aux forces libérales. Les antiracistes ont avec la finance internationale un point commun essentiel : le refus des frontières. Avec les progressistes de tout poil, ils ont détruit les derniers obstacles à la toute-puissance du marché : famille traditionnelle, nation, Etat. Les premiers servent les intérêts de la seconde. Idiots utiles du capitalisme.

L'islam en résumé

L’islam en résumé.



Mahomet (570-632) était un commerçant arabe, marié à une femme plus âgée que lui, elle-même libre commerçante quand il la connut. Vers 40 ans, il cru avoir une « révélation » venant d’un Dieu unique « Allah ». Pendant 23 ans, il « révéla » par « versets », ce qu’il pensait être la « parole de Dieu », le coran. C’est ainsi que fut fondé l’islam. Mahomet réunit autour de lui des troupes de musulmans, à qui le coran promettait du « butin » s’ils combattaient pour que l’islam soit la religion du monde entier. Mahomet fit tuer des poêtes qui le critiquaient, il mena des batailles avec ses troupes, il ordonna le massacre de tribus qui s’opposaient à lui. A la fin de sa vie, ses troupes avaient conquis toute l’Arabie. Un siècle plus tard, l’empire musulman s’étendait jusqu’en Inde. Selon le coran, Mahomet est le modèle à suivre, l’homme parfait.

L’islam n’est pas seulement une religion, c’est un régime politique : à partir du coran et des paroles de Mahomet (« hadiths ») recueillies par ses compagnons, les juristes musulmans ont élaboré une législation complête ( droit de la famille, du commerce etc). Pour l’islam, la loi ne doit pas être votée par le peuple, la démocratie est à bannir : c’est la loi de dieu, « la charia », tirée du coran et des hadith qui doit s’appliquer.
Or cette loi prévoit :
- que les femmes doivent obéir aux hommes
- que les non musulmans doivent être soit convertis, soit tués, soit soumis aux musulmans : ils doivent payer un impôt spécial, être humiliés, etc..
- que quitter l’islam ou le critiquer ou critiquer Mahomet sont des crimes punis de mort.
- enfin, que les musulmans doivent lutter « par la langue, par les biens, par le corps » pour que « toute la religion soit à Allah », c’est à dire pour que l’islam s’impose à tous.

Voilà pourquoi nous nous alarmons, lorsque nous voyons que des militants musulmans tentent d’imposer partout des règles de l’islam. Pour nous, cette loi islamique est injuste, barbare. Il est du devoir de chaque citoyen et citoyenne, de s’opposer à la lutte des militants de l’islam, qui, même s’ils sont sincères et croient se battre pour une société idéale, nous mènent en fait à un régime dictatorial et barbare.

Notre critique de l’islam ne doit en aucun cas être comprise comme une critique « des musulmans ». Nous pensons que chaque être humain est libre de ses choix, et ne peut être tenu pour responsable que de ses propres actes. Nous estimons que l’islam est une doctrine dangereuse car elle incite les musulmans à des comportements dangereux, et pour les non musulmans et pour eux-mêmes, mais nous ne disons en aucun cas, que « tous les musulmans » suivraient ces prescriptions.

Nous nous opposons à tout ce qui est la propagation de cette doctrine et la mise en application de la charia. Nous voulons discréditer cette théorie parce qu’elle est contraire aux droits humains et a eu jusqu’à présent des effets destructeurs. Nous le voulons pour le bien de tous, y compris des personnes qui se disent aujourd’hui « musulmanes », et que nous voyons avant tout comme des êtres humains méritant mieux que de vivre sous un régime islamique.

Interdit de savoir, interdit de comprendre : l'obscurantisme !



L'ouvrage Dialogue sur les deux grands systèmes du monde demandé à Galilée par le Pape Urbain VIII vers 1620 et publié en 1632.





Phases de la lune dessinées par Galilée en 1616.












Les Lumières ont été un mouvement disant " Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise des Lumières.".

Depuis les démelés de Galilée avec l' Eglise, il était au moins entendu, qu'avant et pour "entendre" et comprendre, il fallait SAVOIR.

Or voici qu'il redevient interdit de SAVOIR, sous peine d'être soupçonné d'être raciste, sous peine d'être accusé de "dévier de la ligne", de "se rapprocher de ..." la droite, les cathos ou autres abominations sur terre, même si en l'occurence, tout ce que l'on répète c'est ce qui EST, écrit, dit, la réalité constatable quoi.
Mais pour les nouveaux inquisiteurs :
- Si la droite ou les cathos disent une réalité, la dire aussi c'est être récupéré et dévier de la ligne. - Et si on persiste, alors là, c'est bien la preuve que l'on est raciste.

La réponse devrait se résumer en un mot : MERDE. MERDE à tous ces ignorants crasses qui se croient permis de faire des procès d'intention à ceux qui s'informent.
Des ignorants crasses, qui sont infoutus de donner le moindre critère pertinent pour distinguer ce qu'ils affirment être deux théories différentes, mais qui se permettent cependant d'accuser ceux qui ne partagent leur avis sur la prétendu distinction de ces théories, de "racistes" ou d'"essentialistes".
Des ignorants crasses, qui sont incapables de rien connaître ni comprendre au droit musulman, pas plus qu'a NOTRE DROIT, mais qui se permettent d'affirmer qu'ils n'ont aucun doute sur leur contenu et que celui ci est "évident".

Leur seul argument "frappant" est leur arrogance, et leur agressivité, leur acharnement à diaboliser ceux qui ne partagent pas leurs vues. Diffamer, diffamer, il en restera toujours quelque chose. Accuser absurdement les uns de terrorisme, là où cette accusation n'apporte rien à la compréhension, accuser à répétition les autres de racisme, alors même qu'ils se battent pour défendre notre droit, notre refus des discriminations et des assassinats au nom de l'intolérance religieuse !
"Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise des Lumières."

"Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789 :
Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que leurs actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous."
L'islam est un droit issu de dieu proclamant, par des paroles CLAIRES et sacrées, l'EXACTE INVERSE, le REFUS, des "droits naturels, inaliénables et sacrés de l'Homme".
Il n'existe à ce jour aucune explication crédible que l'on pourrait nommer "islam modéré" et qui permettrait de résoudre l'opposition logique entre les paroles CLAIRES d'un dieu du coran et nos "droits naturels, inaliénables et sacrés".
Avoir le courage de se servir de son propre entendement : ... voilà tout le mal que nous voulons, autant à nos concitoyen-nes non-musulmans que musulmans : qu'ils apprennent le droit musulman et le juge en AYANT LE COURAGE DE COMPRENDRE CE QU'ILS LISENT !

Comme dit le COURAGEUX Père Samuel : " Il faut dire la vérité !" " La vérité est sainte, proclamez la !" " L'islam c'est la dictature !"

Bahrein : une militante féministe

http://www.memritv.org/clip/en/978.htm

Ghada Jamshir

" Ce sont des agressions sexuelles contre des petites filles "
" Est ce que la loi islamique utilise cela ?!"

" J'ai 100% raison dans ce que je fais. On m'accuse d'hérésie. Cela m'est égal. Est ce que les gens qui m'accusent sont dans mon coeur et savent si je prie ou pas ? Allah jugera si je vais en enfer ou au paradis."

La connaissance rend libre !



















Le crime, car à la fin c'est bien un crime, de nos élites et de gauche, et de la droite libérale "commerçante", est d'avoir voulu cacher "au peuple" cette connaissance de l'islam.


Qu'on ne s'étonne pas alors que les plus "mobilisés" aujourd'hui soient la droite "nationaliste" (raciste ou pas), et les catholiques "traditionnels", qui eux n'avaient pas de raison de cacher à leurs militants ou adeptes ces réalités.


A qui la faute ? ...


Je ne suis pas totalement inculte : JAMAIS je n'ai entendu de critique de l'islam avant que des Delcambre et autres ne tentent de rendre cette information "grand public".


SI j'avais été au FN, ... j'aurais entendu un Le Pen en parler : est ce que c'est normal ?!

Est ce que les autres hommes politiques et intellectuels de sa génération, la génération guerre d'Algérie, n'auraient pas du se poser des questions sur la "religion" des Algériens et des immigrés ?

Au lieu de cela ils ont SCIEMMENT, les uns à gauche par facilité politique, les autres à droite pour faire leur petit commerce de main d'oeuvre bon marché, ils ont SCIEMMENT enterré la question et diabolisé ceux qui la posaient, en disant à peine qu'ils "posaient les bonnes questions et donnaient les mauvaises réponses", mais sans jamais, eux-mêmes, creuser cette question ou seulement permettre d'en parler...


Alors maintenant, DANS L'URGENCE, on nous accuse d'avoir de "mauvaise fréquentations" ... est ce que celles qui ont CACHE LA VERITE valent mieux finalement ...!!!


Aujourd'hui il faut agir avec les gens qui ont compris, que ce soit initialement pour de bonnes ou de moins bonnes raisons ! Car il y a urgence !

Et il faut faire comprendre l'enjeu de la sauvegarde des droits de base de notre société au plus grand nombre, avec les recrues qui sont là.

Tenue décente exigée, mais même avec "les douze salopards", il faut crever maintenant l'abcès.


La connaissance de l'islam NE REND PAS RACISTE, elle NE REND PAS "ANTI-MUSULMANS", elle nous rend juste LIBRES, nous, que nous soyons de famille, d'origine catho, athée, ou .. musulmane, oui ou musulmane bien sûr, de choisir notre avenir.

Liberté religieuse : le point de vue d'un juriste catholique

Mon ami Denis Merlin, rencontré à l'occasion de discussions "animées" sur l'avortement et divers sujets sur un forum catholique, explique sa conception de la liberté religieuse, inspirée par le point de vue de l'Eglise catholique.

Je ne sais pas si ses propos peuvent être compris à l'heure où la conception de la liberté qui parait inspirer nos "intellectuels" se résume à : " d'abord je fais ce que je veux !"

http://denismerlin.blogspot.com/2007/10/affaire-truchelut-les-magistrats-et-la.html

http://denismerlin.blogspot.com/2007/10/affaire-truchelut-une-interprtation.html

http://denismerlin.blogspot.com/2007/10/libert-religieuse-affaire-truchelut.html

Chahdortt et les chats persans


Du voile comme un crime contre la beauté


















Des féminites se préoccupent d'appeler un chat un chat ...
en effet, Chahdortt Djavann aussi ...
présentation par Christine Tasin pour Riposte Laïque (extraits) :

"Comment peut-on être Français ?", de Chahdortt Djavann
C’est le titre d’un excellent livre, paru en 2006, de Chahdortt Djavann.
Voici quelques-unes de ses phrases, lourdes de sens : "Voiler les femmes, c’est diffuser la vision du monde islamiste" ; " le fascisme islamique est pire que le nazisme car il se revendique de Dieu , de la légitimité suprême" ; "Où sont ces intellectuels de salon complices de la barbarie islamique quand, en France, on force des fillettes à se murer dans une prison portative ?" ; "Le problème n’est pas seulement le fait que l’islam soit la religion d’État, le problème est que l’islam est l’État. Cette idéologie, pire que celle du communisme ou du nazisme, a des ambitions mondiales et veut implanter le drapeau de l’islam politique dans le monde" …
Dans "Comment peut-on être Français", qui présente de très nombreux éléments autobiographiques, ....
"Quoi ? […] Aucune police des moeurs ne décidait à votre place de ce qu’il vous était loisible de dire ou de faire ? […] Marcher tête nue sous la brume d’automne ou au premier soleil du printemps, prendre un verre à la terrasse d’un café … […] toutes ces attitudes, tous ces gestes qui paraissent naturels aux jeunes Parisiennes d’aujourd’hui sont impensables dans le pays dont je viens, le pays de la peur et de la honte. […] En Iran, les plaisirs et les joies sont toujours graves et sévères, et on n’y goûte qu’en risquant d’être puni par l’autorité. Ni les femmes ni les hommes n’ont la gaieté des Français. Ils n’ont point de liberté d’esprit."
Christine Tasin
http://christinetasin.over-blog.fr/

Constitution Européenne le retour : Etienne Chouard aussi

http://www.liberation.fr/actualite/politiques/286518.FR.php?rss=true

Etienne Chouard s'était fait connaître en 2005 grâce à son site internet qui décortiquait et dénonçait la Constitution européenne. Il revient aujourd’hui à la charge contre le nouveau traité européen de Lisbonne. Pour ce professeur d’économie, de droit et d’informatique d’un lycée du sud de la France, il s’agit sur le fond de la même Constitution, pourtant rejetée par les Français et les Hollandais. Et appelle à la combattre. Entretien.

Le nouveau traité européen a été adopté vendredi à Lisbonne. Ce texte ressemble-t-il à la Constitution rejetée en 2005 ?
Ce n’est pas une version édulcorée, c’est la même version et je la combats violemment.
On a retiré trois détails sans importance : le drapeau, l’hymne, la référence à la monnaie, le mot Constitution, comme si le fait de retirer l’étiquette retirait le danger. Et puis on nous impose par voie parlementaire ce qu’on vient de refuser par référendum. Pour moi, c’est un viol. Un viol politique, c’est une cause de guerre civile.

...sur le fond, tout ce qui est dangereux est là :

la confusion des pouvoirs dans les mains de l’exécutif, avec les «procédures législatives spéciales» ou les «actes non législatifs». Le Parlement ne les contrôle pas et ce sont des normes obligatoires qui s’appliquent à tout le monde. C’est incroyable.
Et cela peut concerner la concurrence, le marché intérieur, la circulation de capitaux, des choses très importantes, qui sont hors contrôle !

Deuxième point : la dépendance des juges européens vis-à-vis de l’exécutif pour leur carrière. Ils sont nommés pour six ans par les gouvernements, et renouvelables. Dans les démocraties, ça ne se fait pas comme ça. L’indépendance des magistrats est l’un des fondements de la démocratie.

Troisièmement : l’article 104 de Maastricht, c’est-à-dire l’interdiction pour les Etats de créer la monnaie. On est fou d’accepter ça. Les Etats l’ont accepté à Maastricht, c’est toujours là aujourd’hui. Maintenant, ils doivent s’endetter quand ils ont besoin d’argent et payer un intérêt aux banques. Mais on est fou ! C’est contraire à l’intérêt général. La souveraineté politique dépend de la souveraineté monétaire. Si vous l’abandonnée, vous avez tout perdu.

Autre point : la révision de la Constitution. Elle se fait sans les peuples.

Et enfin, dans cette Constitution, aucun organe n’est responsable de ses actes. A part la motion de censure, qui est théorique, parce qu’à la majorité des 2/3, il n’y a pas de mécanisme de responsabilité. Le Conseil des ministres, le Conseil européen, le Parlement ne peuvent être renversés ou dissous par personne. La Banque centrale n’a de compte à rendre à personne. Mais qui est responsable de ses actes là-dedans ?

__________________________________________________________


Mon commentaire : un système politique dans lequel un groupe restreint a le pouvoir sans comptes à rendre à personne, cela s'appelle une oligarchie, pour ne pas dire une dictature.

A-M Le Pourhiet, prof. de droit constitutionnel

Haute trahison
par Anne-Marie Le Pourhiet, professeur de droit public, auteur de Droit constitutionnel (Economica, 2007).

Article paru dans Marianne.

Le projet de « traité modificatif » (reform treaty) européen a été rendu public le vendredi 5 octobre. On comprend à sa lecture pourquoi ses rédacteurs ont renoncé aux expressions de « mini-traité » ou de « traité simplifié » puisqu'il ne comporte, avec ses douze protocoles et ses 25 déclarations diverses, pas moins de 256 pages et qu'en matière de complexité rédactionnelle on peut difficilement faire pire.

Dans la mesure où ce texte se borne en réalité à recopier sous une autre forme les trois quarts des dispositions du traité établissant une constitution pour l'Europe, il eût certainement été plus simple de reprendre le texte initial en en rayant seulement les dispositions symboliques abandonnées.

On comprend cependant que cette formule ait été écartée car elle aurait manifesté de façon trop criante que l'on se moquait ouvertement de la volonté des peuples français et néerlandais.

Les rédacteurs ont donc préféré concocter une formule compliquée qui modifie d'une part le traité sur l'Union européenne (traité UE) et d'autre part le traité instituant la communauté européenne (traité CE), lequel s'intitulera désormais « traité sur le fonctionnement de l'Union ».

La supercherie apparaît clairement avec la Charte des droits fondamentaux qui n'est plus incluse dans les traités mais apparaît dans l'article 6 du texte de la façon suivante : « L'Union reconnaît les droits, les libertés et les principes énoncés dans la Charte des droits fondamentaux du 7 décembre 2000, laquelle a la même valeur juridique que les traités » …

Un traité affirme donc qu'une charte qui lui reste extérieure a cependant la même valeur juridique que les traités qu'il modifie !
On n'a jamais vu de procédé juridique plus tordu, même dans les récentes révisions de la Constitution française qui ont pourtant révélé au plus haut niveau normatif l'invasion de notre pays par le « maldroit ».
Le protocole n°7 prévoyant cependant que la Charte ne permet ni à la Cour de justice européenne ni aux juridictions britanniques et polonaises d'écarter l'application d'actes nationaux de ces deux pays jugés incompatibles avec ladite charte, provoque un pincement de cœur.
Tout se passe comme si le « non » des Français avait servi à d'autres mais pas à eux, quelle humiliation !

Le « traité modificatif » modifie bien le traité constitutionnel rejeté en 2005 puisqu'il en enlève un certain nombre de dispositions explicites et dispense la Pologne et le Royaume-Uni du respect de certains engagements.
C'est donc une modification par simple soustraction en ce sens que l'on s'apprête à faire ratifier par le parlement français un traité partiel aux lieu et place du traité complet initial.

Une question fondamentale se pose dès lors : comment le président de la République peut-il décider seul, alors que le peuple français a juridiquement rejeté l'intégralité du traité, de faire cependant ratifier par voie parlementaire la majeure partie des dispositions qu'il contenait au motif que celles-ci « n'auraient pas fait l'objet de contestations » ?

Chacun a pu constater, durant la campagne référendaire, que toutes les dispositions étaient critiquées : les uns se focalisaient davantage sur la charte des droits fondamentaux et les politiques communautaires, les autres sur les transferts de compétence, le passage de l'unanimité à la majorité et le déficit démocratique, d'autres encore s'offusquaient des principes et symboles fédéraux.
On pouvait peut-être apercevoir que le « non » de gauche déplorait davantage la menace sur l'Etat-providence et le « non » de droite la perte de l'Etat régalien, mais il est certainement impossible et inconcevable de sonder le cerveau de chaque Français en prétendant y déceler des dispositions qu'il aurait rejetées et d'autres qu'il aurait approuvées.
La démarche du président de la République prétendant interpréter seul la volonté du peuple français est totalement arbitraire et confine à la dictature.
Lorsque l'on sait que la Constitution californienne prévoit qu'une norme adoptée par référendum ne peut être par la suite abrogée ou modifiée que par une autre décision populaire et que la Cour constitutionnelle italienne adopte le même principe, on ne peut qu'être bouleversé par le coup d'Etat ainsi perpétré en France.
Si le président a la conviction que les dispositions restant dans le traité modificatif ont fait l'objet d'une approbation implicite des Français, encore faut-il qu'il s'en assure en organisant un nouveau référendum tendant à obtenir leur accord explicite.

Comment qualifier et sanctionner, dès lors, un tel coup d'Etat ?
Le texte de la très populaire Constitution de 1793 n'y allait pas de main morte en disposant, dans son article 27 : « Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l'instant mis à mort par les hommes libres ».
La peine de mort étant désormais prohibée par la Constitution française il convient de s'y conformer et de se tourner plutôt vers l'article 35 du texte de 1793 qui affirmait solennellement : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, intégrée au préambule de l'actuelle Constitution, range aussi la résistance à l'oppression parmi les droits naturels et imprescriptibles de l'homme.
Notre texte constitutionnel affirme encore que le principe de la République est « gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple » et que son président est élu au suffrage universel direct pour veiller au respect de la Constitution, assurer le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et la continuité de l'Etat et garantir l'indépendance nationale.

Le terme qui vient à l'esprit pour désigner le mépris présidentiel de la volonté populaire est évidemment celui de haute trahison.
Malheureusement, une révision des dispositions sur la responsabilité pénale du chef de l'Etat, intervenue en février 2007, a substitué à l'antique et belle formule de haute trahison, l'expression affadie et banale de « manquement à ses devoirs manifestement incompatibles avec l'exercice de son mandat ».
Cela manque singulièrement d'allure et de force mais l'on s'en contentera cependant en proposant aux parlementaires, au lieu de commettre eux-mêmes une forfaiture en autorisant la ratification d'un traité rejeté par leurs mandants, de se constituer en Haute Cour pour sanctionner le coupable.

Sans insurrection ni destitution, nous n'aurons alors plus qu'à pleurer sur notre servitude volontaire en réalisant que nos élus représentent bien ce que nous sommes nous-mêmes devenus : des godillots.

Une enseignante refuse !

".... Elue Les Verts aux municipales de 2001 à Paris 13ème mais démissionnaire de ce parti pour ses prises de position contre la laïcité, faisant néanmoins toujours parti de "Ecologie et Laicité", ....
Ayant exercé en ZEP pendant 25 ans comme prof de lettres, je tiens à dire que nous les enseignants de terrain nous sommes sentis bien seuls lorsque M.Jospin ,en 1989, alors ministre de l’Education Nationale,n’a pas eu le courage, face aux 2 filles voilées , de rappeler les lois de la République ; l’on voit où cela nous a menés.
En ce qui me concerne , j’avais dès cette époque, prévenu mon chef d’établissement que je ne ferais pas plus cours devant un voile que devant une croix gammée !
Je me permets de vous envoyer un texte que j’ai écrit en réponse à ceux et celles qui pensent qu’il est "normal" de céder à celles et ceux qui ,sans relâche essaient d’affaiblir nos lois, que ce soit pour des problèmes de nourriture, que ce soit pour l’accompagnement scolaire par des mères voilées..."
Mireille Kukawka Paru dans "Riposte Laïque"

Anne Marie Delcambre et le Père Samuel

http://youtube.com/watch?v=P9jpNm3h9GM

http://youtube.com/watch?v=8kF5qIxsYCI


PLAIDOYER POUR LE PERE SAMUEL

Si vous parlez du génocide arménien, vous risquez d'inciter à la haine d'un peuple, par là même vous incitez à la haine de la religion de ce peuple, et partant vous donnez une mauvaise image et des Turcs et de l'islam. Vous empêchez donc l'intégration harmonieuse des Turcs de Belgique , en les stigmatisant. Mais faut-il refuser de parler du génocide arménien ? C'est tout le problème de la confrontation entre le droit qu'a chaque religion à être respectée... et la protection de la collectivité composée aussi de gens appartenant à d'autres religions et de gens sans religion. Ne pas dire la Vérité historique, ne pas dénoncer le danger que recèlent les textes religieux ou politiques, acheter la paix sociale par des mensonges c'est se préparer à un avenir EXPLOSIF. Pourquoi ? Parce que les choses longtemps tenues cachées explosent avec plus de force que celles qui sont venues normalement à la connaissance du public. Les laïcs considèrent que le Père Samuel mène un combat religieux. Il mène un combat religieux , c'est certain, mais ce combat sert également aux athées, aux laïcs, aux non croyants car il faut savoir que l'islam n'acceptera jamais l'athéisme, de même qu'il ne tolèrera les religions du livre (christianisme et judaïsme) qu'avec l'espoir que les adeptes, fatigués d'appartenir à des religions de seconde zone , se convertissent, à la fin. La patience est une vertu de cette religion. Dieu est avec les patients. Le père Samuel a vraiment peur pour l'Europe car si l'islam est passé à l'Ouest (comme aime à le dire Olivier Roy), ce n'est pas dans la nature de l'islam d'être une religion de minoritaires. Rien n'est prévu pour cela dans ses textes sacrés. Alors c'est logique que les musumans tentent de convertir les occidentaux non musulmans. Si tous les Européens avaient des connaissances sur l'arabe et sur l'islam, si tous avaient une solide culture religieuse, le père Samuel ne serait pas inquiet. Mais l'Europe est fragilisée, par sa démocratie, par le respect des droits de l'homme et elle se trouve face à un fascisme, face à un terrorisme qui ne disent pas leur nom car il s'agit en fait d'un fascisme, d'un terrorisme religieux. Et personne n'ose appeler cela fascisme, totalitarisme ou terrorisme parce que tout est couvert et recouvert par le manteau de la religion. C'est pour cela que le Procès du Père Samuel est si compliqué et si mal compris. - C'est le procès d'une laïque - représentant le Centre pour l'Egalité des Chances- / contre un prêtre catholique oriental accusé de "RACISME". Ce dernier est accusé d'inciter à la haine des arabo-musulmans. Cette laïque est de bonne foi . Elle considère qu'il faut à tout prix empêcher que ne s'instaure , dans l'espace laïc, une différence entre les religions. Il faut que chaque tradition religieuse et ses adeptes soient respectés, au nom de l'égalité , au nom des droits de l'homme, au nom de la démocratie. Seulement l'islam est une théocratie ! Ce sont les droits de Dieu qui sont importants. Pas les droits de l'Homme. Ce dernier n'a que des devoirs , et le non croyant n'est en aucune façon égal au croyant, de même que le musulman est au-dessus du non musulman. Ce que la représentante du centre pour l'égalité des chances se refuse à comprendre, c'est qu'il y a des différences entre religions qui sont inacceptables, au niveau du danger que présentent les textes de ces religions. Si un texte bouddhiste demande de méditer, une fleur dans le nez, face à un lac , cela ne présente AUCUN DANGER pour le reste de la société. En revanche si un texte religieux demande de supprimer tout juif qui se trouve dans les parages , cela présente un ENORME DANGER. Si une religion demande de tuer l'infidèle, l'athée, celui qui sème la corruption , (c'est-à-dire la pourriture) sur la terre, si une religion demande de lapider la femme adultère, si une religion demande la mise à mort des homosexuels, si une religion interdit l'apostasie sous peine de mort CELA PRESENTE UN IMMENSE DANGER pour une société qui a mis l'égalité, la liberté et le respect des droits de l'homme comme principes fondamentaux. Le combat du Père Samuel n'est pas un combat pour sa propre chapelle. Il accepte que dans les villes de Belgique des disciples de Krishna se promènent pieds nus, le crane rasé en chantant des cantiques ; il accepte que les chinois bouddhistes célèbrent la fête du Dragon; il comprend que des militants de la libre pensée critiquent férocement les religions. Seulement lui, un homme de religion n'accepte pas que des choses importantes soient tues et cachées , s'agissant d'une autre religion qu'il connait si bien , puisque sa famille a été massacrée , en Orient, au nom de cette religion. Car cette religion qu'il connaît trop bien , voici qu'en Occident elle a revêtu un costume occidental, celui de la démocratie et des droits de l'homme. Elle emploie le vocabulaire et les méthodes du christianisme, pour les chrétiens. Elle se fait laïque et en faveur de la défense des droits de l'homme, pour les laïcs. Elle se présente comme mystique, pleine de douceur et de tolérance. Elle a gommé son aspect combattif et se défend d'être violente. Le combat du Père Samuel, dans ses propos et dans ses livres, c'est de dénoncer ce visage angélique. Le combat du Père Samuel c'est de dire que cette religion qu'est l'islam, lorsqu'elle est en occident, cache toute une partie de ses textes. Les occidentaux l'ont d'ailleurs implicitement compris puisqu'ils ont appelé islamisme cet aspect qui leur paraît dangereux, décidant d'appeler islam, la partie "comestible" de cette religion. Le père Samuel n'est coupable que d'avoir voulu informer , prévenir, instruire : il a voulu dire qu'il fallait être prudent sinon c'est plusieurs jeunes femmes occidentales , ayant épousé des musulmans et les idées de ces musulmans, qui se feraient exploser en Irak ; ce seraient des jeunes gens qui seraient tentés par le jihadisme et qui mettraient des bombes dans les capitales occidentales. Ceci pour obéir aux ordres d'Allah et établir Son royaume sur la terre. Tout comme des idéologies totalitaires, pour établir le règne du Prolétariat, ont procédé parfois à d'horribles massacres. Ce que fait le Père Samuel c'est révéler ce que personne n'ose dire , de peur de blesser l'Autre, l'Etranger, le Minoritaire. Seulement il ne s'agit pas du respect des personnes. C'est de sécurité publique pour les sociétés non musulmanes dont il est question, en disant : ATTENTION. Tous les textes totalitaires qui appellent à l'exclusion des autres sont dangereux. C'est uniquement cela le combat du Père Samuel. Rien que cela. Et c'est pour cela qu'il serait condamné ? Anne-Marie Delcambre Plaidoyer qui aurait dû être prononcé devant le tribunal de Charleroi (Belgique), le vendredi 19 octobre 2007

Ayaan Hirsi Ali à la France, pays des Lumières

Il semblerait, Chère Ayaan Hirsi Ali, que la lumière nous vienne plutôt aujourd'hui du Benglasdesh, avec Taslima Nasreen, ou de Somalie, avec vous, il y a peu de monde autour de Fanny Truchelut, ou Louis Chagnon, de Robert Redecker ... vous êtes nos Diderot, nos Voltaire, nos Zola ...
Nos juges, dont le parquet dirigé par notre gouvernement , nos dirigeants, nos médias, nos "intellectuels", nos "militants", préfèrent cracher sur ces hommes et femmes courageux, les qualifier de raciste, de haineux, les condamner moralement, pénalement, financièrement, et le peuple a décidé de fermer les yeux, et de ne pleurer à la limite que sur des personnes, pardonnez moi "exotiques" comme vous.


http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0%402-3214,36-968808%4051-968927,0.html

LE MONDE 19.10.07

HIRSI ALI : "....la vérité, c'est qu'il est devenu impossible de parler librement de l'islam sur le continent européen. L'état d'esprit actuel de l'élite implique d'éviter tout débat par peur d'offenser les musulmans, et conduit à satisfaire les exigences des islamistes, même s'il s'agit de faire taire les gens comme moi.

La critique de l'islam est un tabou inscrit au coeur même de la religion.
Mais que les sociétés européennes, héritières des Lumières, s'imposent à elles-mêmes ce tabou, voilà qui est totalement nouveau. Et stupéfiant ! "

LE MONDE : La décision du gouvernement hollandais résonne-t-elle comme un avertissement pour tous ceux qui, en Europe, souhaitent débattre de l'islam ?

HIRSI ALI : Evidemment ! Mon cas fait passer la question de la liberté d'expression de la théorie à la pratique. Vous pouvez exprimer votre opinion, mais votre tête sera coupée. Si vous êtes musulman et que vous devenez un ex-musulman, si vous êtes une femme et que vous critiquez l'islam et son oppression, le prix à payer est la vie. Vivre dans une démocratie ne change rien à l'affaire. C'est un enjeu majeur pour nos pays, qu'aucun personnage politique d'envergure n'a encore osé prendre à bras-le-corps. Comme si ce n'était qu'un simple incident, alors que c'est rien de moins que la liberté d'expression qui se joue !

...C'est à la France d'être à l'origine du sursaut, d'ouvrir le débat. A la France de prendre la tête d'un mouvement visant à faire comprendre à tous les Européens que, ce qui se joue, c'est leur socle de valeurs et de principes les plus fondamentaux.
...Et parce qu'elle a hérité à la fois des Lumières et du système de la laïcité, qu'elle a une histoire et un rayonnement particuliers, la France a un rôle à jouer. C'est le pays de Voltaire ! Le pays de celui qui a dit : je ne suis pas d'accord avec vos idées, mais je suis prêt à mourir pour que vous puissiez les exprimer.

...ne soyons pas naïfs : si les islamistes parviennent à réduire au silence un individu, voire un pays, ils ne s'arrêteront pas là. Et ils passeront au suivant, puis au suivant, puis au suivant..."