Caroline Fourest court-elle le moindre risque, alors qu’elle défend systématiquement l’islam ?


Caroline Fourest court-elle le moindre risque, alors qu’elle défend systématiquement l’islam ?
Posted on 22 février 2012 by Martine Chapouton - Article du nº 239
Caroline Fourest se range dans le camp des défenseurs de l’islam et des persécuteurs des opposants de l’islam en interdisant de « se battre contre l’islam » et en taxant ceci de « racisme », c’est-à-dire de délictueux selon la loi française.
Elle dit :
« Quand il y a des gens qui se réunissent contre l’islamisation, on peut être sur que ce ne sont pas  des laïques, ce sont des racistes, ça n’est pas du tout la même chose de se battre contre l’intégrisme que de se battre contre l’islam et l’islamisation. »
Un défenseur de Tarik Ramadan, dont je ne partage pas le point de vue, entre autre sur l’accusation ridicule qu’il lui fait de se soucier de la « préservation de la suprématie blanche », fait pourtant le même constat que moi et que Riposte Laïque au sujet de Caroline : elle se fait l’avocate de l’islam tout en proférant des sottises énormes sur ce sujet.
« Sainte Caroline, avocate de l’islam … Caroline Fourest n’hésite pas à dénoncer ce qui lui parait être un dérapage de la défense de la laïcité à l’hostilité envers l’islam et les musulmans… Elle conteste de même l’idée que « l’islam serait la religion des « accueillis » qui n’auraient qu’à se faire discrets pour ne pas choquer ceux qui les « accueilleraient « … Elle prend position contre l’interdiction des minarets en Suisse. Elle prend ses distances avec… Finkielkraut qui voit dans les révoltes de 2005  le produit de l’ « islamisation des banlieues… Dans Tirs croisés et plus encore dans son livre contre Tarik Ramadan, Caroline Fourest s’aventure même à comparer positivement l’islam aux autres religions monothéistes … Dans la foulée, Fourest se fait théologienne… elle s’autorise à dire ce qu’est le  Vrai islam… Le prophète Mahomed n’a pas confondu État et religion nous annonce-t-elle, mais son message a été trahi et il convient de revenir à sa vérité… Fourest pousse le ridicule jusqu’à exiger des musulmans qu’ils procèdent à l’ « abrogation » de certains versets du Coran. Je dis bien « abrogation » comme s’il s’agissait d’abroger une loi pondue par le parlement français …. L’islam des  Lumières que Fourest semble tant priser est un islam privé, très privé, un islam privé … d’islam ! ». Sadri Khiari « Sainte Caroline contre Tarik Ramadan
Caroline n’a donc rien à craindre des exécuteurs d’opposants à l’islam puisqu’elle en est une des défenseuses les plus efficaces en France, en servant à faire croire qu’il serait facile « d’abroger » les versets du coran contraires à la loi française et jouant le rôle d’accusateur public en racisme  (quand ce n’est pas en folie, car elle est aussi psychiatre…) des opposants à l’islam.
Sa récente geignasserie sur son blog intitulée « 2012 j’achète une cotte de maille » est lamentable, et quand on sait la violence et la gravité extrême des attaques qu’elle commet elle, par exemple en accusant les uns et les autres comme dans la vidéo ci dessus, contre des opposants à l’islam, des opposants qui eux, ne sont aucunement à l’abri des exécuteurs de « blasphémateurs », cette complainte apparait réellement  odieuse.
Ce n’est pas la première fois qu’elle se plaint ainsi à outrance si l’on en croit ses anciens amis de « Les mots sont importants » :http://lmsi.net/Une-campagne-honteuse :
« Nous, sous-signées, ayant assisté au “ Café littéraire ” du 31 mars, qui accueillait Caroline Fourest et Fiammetta Venner pour échanger autour de leur livre Tirs croisés, tenons à réagir à la campagne odieuse que les deux auteures mènent sur leur site internet “ Prochoix ” contre l’institution qui les a invitées, sous prétexte que cette invitation a été l’occasion d’une mise en cause de leur travail par plusieurs personnes du public… L’Institut du Monde Arabe a déjà réagi, en publiant le 7 avril 2004 un communiqué qui démentait formellement les accusations extrêmement graves figurant dans les textes de Tewfik Allal, Jean-François Chalot et Fiammetta Venner. Dans ce communiqué de l’IMA, on peut lire notamment cette mise au point : “ Les débats du 31 mars ont pu déplaire aux auteurs de Tirs croisés car elles se sont trouvées face à un public au fait des débats sur l’islam et les islamismes et qui les a interrogées ou, pour certains, critiquées sur le fond de leur ouvrage. Si certains membres du public se sont exprimés avec fougue et ont exprimé leur irritation, l’IMA ne peut accepter que soit suggéré dans la presse que Mmes C. Fourest et F. Venner aient été physiquement prises à partie ou menacées. »
Caroline ne craint pas non plus le ridicule quand elle traite avec suffisance et condescendance, avec une hypocrisie qu’elle croit stupidement pouvoir dissimuler, les plus courageux de ce siècle et du précédents,  Soljénitsine et Ayaan Hirsi Ali, les présentant comme incapables de jugement éclairé et intelligent (qu’elle aurait elle par contre évidemment)  et plus ou moins dérangés :
« Les dissidents ne font pas dans la nuance. Ils résistent. Quitte à préférer la simplification à la soumission. Soljenitsyne refusait de faire la distinction entre utopie marxiste et totalitarisme communiste. Était-ce son rôle ? Il a servi un camp contre un autre. Pouvait-il en être autrement ? Fallait-il boycotter L’Archipel du goulag, ne pas entendre son cri sous prétexte de certains excès ? A l’inverse, fallait-il renoncer à souligner ces excès sous prétexte de l’union sacrée contre le totalitarisme ? Les mêmes questions se posent, aujourd’hui, à propos des dissidents de l’islamisme. Certains sont sortis de l’islam au risque d’être assassinés ou d’être stigmatisés comme traîtres. D’autres ont été forcées de se marier, de porter le voile, d’endurer les soupçons, les insultes, les calomnies. Elles ont résisté. Pour préférer la rébellion à la soumission, il faut un tempérament d’acier. Un acier que l’on ne tord pas facilement pour faire des alliages. Certains refusent la distinction entre islam et islamisme. Ils parlent même de nouveau fascisme à propos de l’idéologie au nom de laquelle on a voulu les soumettre de façon autoritaire, voire totalitaire. Comment leur demander de nuancer ?…Fatigués de devoir résister aux démocrates de tous bords en plus des fanatiques, certains finissent par trouver refuge aux États-Unis. Comme l’écrivain Salman Rushdie. Comme l’ancienne députée néerlandaise Ayaan Hirsi Ali, qui y travaille aujourd’hui. » « Les dissidents de l’islamisme » (Le Monde, 15 février 2008)
Ce texte a été écrit juste quelques jours après que Caroline se soit affichée avec Ayaan Hirsi Ali , lors d’un meeting en faveur de Ayaan Hirsi Ali le 10 février 2008.
Comme l’observe une de ses partisanes : « antiultralaics.canalblog.com/15 février 2008. Le meeting du 10 février de « soutien » à l’icône islamophobe Ayaan Hirsi Ali… On pouvait s’étonner de voir dimanche soir notre amie Caroline Fourest sur la tribune aux côtés d’Ayaan Hirsi Ali. Caroline Fourest, elle a su corriger l’ambiguïté de sa présence au meeting de dimanche soir. D’une part, elle a soigneusement éviter de s’afficher avec Ayaan Hirsi Ali dans les radios et les télés, contrairement à d’autres opportunistes. D’autre part, Caroline Fourest a bien précisé sa position dans une tribune du journal Le Monde, où elle remet l’église au centre du village : si Ayaan Hirsi Ali est excessive, c’est parce qu’elle a souffert physiquement non pas de l’islam, mais d’un obscurantisme et de traditions qui n’ont rien à voir. Merci Caroline, pour vos sages paroles de respect et de tolérance, qui condamnent sans aucune ambiguïté à la fois les propos inacceptables d’Ayaan Hirsi Ali contre l’islam qui ne font qu’attiser les islamistes et provoquer leurs réactions, et la récupération des souffrances de cette femme à des fins politiciennes et électoralistes par la clique de Sarkozy et celle de Riposte Laïque. » Christiane Duveau
Faut-il rappeler les injures de Madame Fourest, relayées par BHL, Sopo et Val, contre Geert Wilders, qui, contrairement à elle, est menacé de mort au quotidien, doit être protégé par une dizaine de gardes du corps, et ne dort jamais deux nuits de suite au même endroit ! Que dire des leçons données au professeur Redeker ou aux électeurs suisses ? Le premier n’aurait pas utilisé les bons mots, les seconds n’auraient pas bien voté. Quelle indécence !
Tout ceci est dans la lignée de l’attitude de quelqu’un dont Pascal Boniface dit : « Caroline Fourest porte des accusations très graves, qui effectivement vaudraient une vive condamnation. Il n’y a qu’un seul problème : ces accusations sont mensongères. Afin de répliquer aux accusations de faussaire que je porte contre elle, citations à l’appui, Caroline Fourest répond par le mensonge, l’amalgame et la calomnie. » « Au tribunal inquisitorial de Fourest, l’accusation vaut condamnation, les preuves sont inutiles puisque la cause qu’elle défend est juste. Je sais que ces attaques d’une rare perversité ne changeront pas son statut, elle sera toujours défendue par ses amis éditorialistes et patrons de presse, mais ceux qui connaissent la réalité de ses méthodes seront un peu plus convaincus de sa malhonnêteté intellectuelle et des libertés qu’elle prend avec la vérité. » Boniface lui consacre d’ailleurs un chapitre de son livre « Les intellectuels faussaires » intitulé « Caroline Fourest, serial menteuse ».  
Caroline Fourest parvient à avoir une pétition lancée pour la soutenir parce que des islamistes l’ont empêchée de parler à l’Université Libre de Bruxelles : que n’en a -t-elle pas demandée une pour soutenir Marine le Pen empêchée de la même façon de parler à l’Université de Dauphine ? Pourtant Madame Fourest ne craint rien d’autre que cette sorte de chahut, alors que Marine le Pen a déjà été agressée au  fusil de chasse, sans parler des menaces de mort ou viol en vidéo d’un « Cortex »…
Il y a une certaine obscénité dans la double échelle des pétitionnaires en faveur de Caroline, juste comme un oubli des fondamentaux de notre démocratie : le fait que les droits humains sont pour tout le monde, quelque soit les opinions, et en premier de ces droits, le droit à la liberté d’expression et et à la sureté pour tous, y compris ceux qui, contrairement à Caroline Fourest, ont le courage de critiquer l’islam, dont les musulmans sont les premières victimes !
Martine Chapouton

Aucun commentaire: