L'Allemagne oblige une chômeuse à travailler dans un sexshop

Selon le Monde diplomatique de septembre 2017 ...
L'Allemagne oblige une chômeuse à travailler dans un sexshop
Ou : pourquoi vos enfants doivent ils apprendre à avoir une activité sexuelle variée dès le plus jeune age, sous prétexte d'éducation sexuelle ? ...



La logique du règlementarisme de la prostitution va jusqu'au bout : 

L'Allemagne, pays des bordels légaux, et pays où les femmes doivent souvent cesser de travailler lorsqu'elles deviennent mères, va au bout de sa logique : la contrainte de travailler dans les sex shop.



" Le démantèlement de la protection sociale au milieu des années 2000 a converti les chômeurs en travailleurs pauvres. Ces réformes inspirent la refonte du code du travail que le gouvernement français cherche à imposer par ordonnances." 

" le Jobcenter du quartier berlinois de Pankow

 Il y a un mois, une mère isolée de 36 ans, éducatrice au chômage, a reçu un courrier du Jobcenter de Pankow l’invitant, sous peine de sanctions, à postuler pour un emploi d’agente commerciale dans un sex-shop. « J’en ai vu de toutes les couleurs avec mon Jobcenter, mais, là, c’est le pompon », a réagi l’intéressée sur Internet, avant d’annoncer son intention de porter plainte pour abus de pouvoir. "


Selon les Echos : 




" Jürgen Rudloff : Cet homme de 63 ans au bronzage parfait est propriétaire du Paradise, connu comme « le plus grand bordel allemand » avec 5 600 mètres carrés de « surface utilisable », comme il le décrit avec fierté.
Ancien cadre commercial dans le textile, il a investi 6 millions d'euros dans ce lupanar ouvert en 2008, six ans après la réforme du chancelier social-démocrate Gerhard Schröder faisant de la prostitution une activité totalement légale en Allemagne. L'idée du texte, à l'époque, est de protéger les prostituées en clarifiant leurs conditions de travail et en leur donnant un accès à l'assurance maladie.
« Depuis, il n'y a jamais eu autant d'investissements dans cette branche », se félicite Jürgen Rudloff dans ses locaux à Leinfelden-Echterdingen, ville proche de l'aéroport de Stuttgart. Selon des estimations du Statistiches Bundesamt, l'équivalent allemand de l'Insee, la prostitution totaliserait un chiffre d'affaires annuel proche de 15 milliards d'euros en Allemagne, devenue « le bordel de l'Europe » avec plus de 400 000 prostitué(e)s.

 " Même s'il est difficile d'obtenir des chiffres précis, les autorités estiment qu'il y a autour de 400 000 prostitué(e)s en activité en Allemagne. 
Environ 90 000 dans des établissements enregistrés comme le Paradise, pour un chiffre d'affaires de 5,5 milliards d'euros ; plus de 72 000 dans la rue ou dans des véhicules (2,7 milliards d'euros) ; 60 000 comme call-girls ou call-boys, qu'on trouve dans les petites annonces des journaux ou sur Internet (3,6 milliards d'euros) ; enfin 180 000 dans d'« autres » formes de prostitution - table dance, cinémas spécialisés, plates-formes téléphoniques (2,7 milliards d'euros)." 


Le "paradis" allemand contemporain : quand l'Europe adopte déjà la vision musulmane du paradis : un bordel, et vice-versa  .. l'Europe se suicide parce qu'elle aime ça ...



https://www.fkkparadise.fr/






L'Allemagne qui utilise 400 000 femmes "violées avec leur consentement" par jour n'hésite pas à faire venir des millions de musulmans pour travailler encore moins cher chez elle, et peu importe la conduite de ces musulmans envers les femmes, d'ailleurs, ils augmenteront aussi le chiffre d'affaires des bordels allemands, alors tout va bien ...

Comme les passes sont taxées, l'Etat est proxénète lui-même.

Aucun commentaire: