Manifeste d’une des Vraies Féministes en colère !



Manifeste d’une des Vraies Féministes en colère !

Je suis devenue féministe par devoir, par devoir de défendre les plus faibles, les victimes de violences, femmes, jeunes et petites filles.
Je suis devenue féministe en ayant une conviction morale : les êtres humains naissent égaux en valeur, en dignité.
Je suis devenue féministe en ayant une conviction intellectuelle : la liberté de pensée et de recherche est indispensable pour la défense des plus faibles.
Mon enthousiasme pour le mouvement féministe, vient de l’objectif constructif du mouvement : « Nos luttes changent la vie entière ».

Aujourd’hui je constate la mort du mouvement, devenu de fait relativiste et de plus en plus soumis, récupéré par, inféodé aux pires pouvoirs oppresseurs et profiteurs.

Les idéologies prônant ouvertement le pouvoir masculin et hétérosexuel sont toujours présentes et influentes. Mais les pseudos alliés des féministes ne sont pas en reste pour imposer leur pouvoir aux femmes.  
Traditionnalistes et pseudo-alliés des féministes imposent tous deux de plus en plus aux femmes des dogmes et … les prétendues révolutionnaires féministes se liguent avec ces pouvoirs pour réprimer tout questionnement, toute hérésie.

Dans leur attitude face au machisme, les mouvements féministes s’alignent de fait à la fois sur la perspective ultra-libérale qui propose comme solution à toutes les oppressions, la liberté de choisir et de consentir, la liberté individuelle, qui laisse le champ libre à la loi du marché, et sur la perspective ultra-gauchisante, qui sacralise l’homme non blanc, et laisse le champ libre aux plus riches et plus violents des pays pauvres.
Dans leur attitude face à l’islam, les mouvements féministes s’alignent de fait sur la perspective franc-maçonne, obsédée par sa guéguerre contre l’église catholique (et le christianisme) au point de préférer soutenir des revendications musulmanes pour la rabaisser.

Les questions sur nombre de sujets sont interdites sous prétexte de donner des armes à l’adversaire.
L’interdit de savoir, la répression des lanceurs d’alertes est de plus en plus sévère, le terrorisme intellectuel de plus en plus éhonté.

La médecine décidée pour les femmes ne doit pas être discutée : d’un côté les profits des pilules, IVG, PMA ne doivent pas être interrogés, de l’autre les « économies » de la disparition des gynécologues, de la démédicalisation de l’accouchement non plus ...
Le principe de précaution, le « primum non nocere » semblent évaporés, effacés par de prétendus libres choix individuels.

L’égalité et l’autonomie financières ne doivent être obtenues qu’en combattant sur le terrain économique avec les mêmes armes que les hommes, sans que la loi prenne en compte ni la différence physique des personnes, ni la volonté de vivre en couple et en famille.
Les idées queers sont utilisées pour faire oublier que les femmes ne sont pas en tout des hommes comme les autres, pour faire oublier que l’humanité n’est pas asexuée, et qu’une même loi appliquée à des corps différents peut générer des injustices. Or à quoi sert la loi sinon à revenir au Juste là où la loi de la force résultant des rapports de force physique entre autres risque de dominer exclusivement ? Le queer est utilisé pour légitimer l’égalité formelle, et masquer qu’elle n’est pas et ne génère pas une égalité matérielle, bien au contraire.
Une femme qui renonce à la maternité ou à vivre auprès du nourrisson, n’est pas une femme également impliquée dans le travail comme l’est un homme, c’est une femme privée de la jouissance de son corps, une femme mutilée, du moins pour celles qui apprécient de vivre ainsi leur corps et leur lien avec un bébé. Le consentement à ce renoncement n’en fait pas un épanouissement, mais un renoncement doublé de l’interdit de parole.

Selon une vision purement relativiste raciste, l’islam est réputé bon pour les populations des pays conquis par l’islam et est intouchable, les victimes des violences de ceux qui s’en réclament doivent se taire sous peine d’accusation de néo-nazisme. Il faudrait se taire sur les jugements de valeur à porter sur la loi islamique dans son ensemble, sous peine de risquer d’être accusé de représenter les musulmans et musulmanes comme une population intrinsèquement mauvaise : terrorisme intellectuel grossier reposant sur un pur amalgame sophiste entre deux objets de pensée de nature totalement différente (une loi, notion idéelle, et des personnes physiques, des êtres humains, êtres vivant matériels), terrorisme intellectuel pourtant pratiqué par de soit-disant intellectuelles féministes.

Le genre est le mot magique et incontournable, la catégorie majeure dont le féminisme est tout au plus une déclinaison, un adjectif subordonné, à qui l’on enjoint la modestie vu ses accointances douteuses avec un naturalisme essentialisant, tout indice de transphobie est criminalisée.

Le nœud logique qui soutient le terrorisme et la confusion intellectuelles actuels est le simplisme.
Un simplisme, un binarisme, consiste à faire croire qu’un critère unique pourrait servir à distinguer le juste et l’injuste, l’égal et l’inégal, alors que les situations de fait doivent être observées dans toutes leurs dimensions et aspects pour définir la loi qui permet une conduite juste, c’est-à-dire bénéfique à tous, répondant au mieux aux besoins ou souhaits des personnes. L’abolition des distinctions ne suffit pas à définir l’égalité et l’égalité ne suffit pas à définir la justice et le caractère bénéfique d’une loi. Elle peut au contraire masquer bien des abus de pouvoirs en masquant les distinctions selon le pouvoir intrinsèque de certains individus.
Un autre simplisme consiste à croire que l’option majeure serait le choix entre la libre volonté et la prise en considération de données : parler de corps et de matière serait tabou, il faudrait considérer qu’il n’y a ni savoir objectif possible, ni même réalité, que tout est culturel, fabriqué et subjectif, sous peine d’être accusé d’approuver les thèses des traditionnalistes prétendant détenir la vérité, toute la vérité, la seule vérité sur la nature et la culture toutes ensembles.
La doxa des pontes féministes actuels use de ce terrorisme intellectuel pour interdire de penser en dehors de ces simplismes. Autrement dit, elles nous nous font passer pour et parfois pire nous rendent imbéciles, et ridiculisent la cause féministe.

Tous ces interdits de pensée favorisent à l’évidence la loi des plus forts : les hommes voulant un cheptel sexuel disponible, les marchands de drogues et d’enfants, les esclavagistes en tous genres …

Un mouvement féministe qui fait leur jeu est un mouvement dévoyé, mort.

Je pense être une Vraie féministe, et donc je m’insurge et j’appelle toutes les Vraies Féministes à me rejoindre.


elisseievna

Mon blog sur le christianisme

Mon blog sur le christianisme

http://visions-et-misericorde.blogspot.com/




Le fiel de Caroline Fourest contre moi



Des partisans de Caroline s'amusent à me présenter à des gens qui ne me connaissent pas, comme une  fasciste mythomane antisémite et antimusulman se faisant passer pour juive.
Je doute qu'ils aient inventé ces énormités tous seuls.

Ce serait pratique pour Caroline, une facho qui n'est pas d'accord avec ses idées sur l'islam  : tout s'explique ...

Hé non, je suis militante féministe depuis le début des années 90 et j'ai toujours écris en ce sens, dans la presse papier.


http://www.liberation.fr/tribune/1997/12/31/inceste-et-crime-contre-l-humanite_223500


Inceste et crime contre l'humanité.
— 31 décembre 1997 à 14:45
  Inceste et crime contre l'humanité.
Carole Perelmutter demande l'imprescriptibilité de l'«inceste», qui présente, selon elle, de fortes similitudes avec le crime contre l'humanité (Libération du 18 décembre 1997). L'inceste présente de fortes similitudes avec le crime contre l'humanité, mais il n'en est pas un. L'imprescriptibilité a pour but de protéger l'humanité menacée de négation d'elle-même par des Etats qui se sont donné la destruction, la Shoah, pour loi. Elle n'a pas de sens en matière d'inceste, déjà condamné par toutes les lois humaines. Ce qui en aurait un, par contre, c'est un délai de prescription étendu à la vie entière de la victime.

Elisseievna ! Paris







Эй, ухнем

blanc

  rouge

Ектения - Хор С.А. Жарова

En dépit de tout ...






Beslan, souvenez vous










Constitution et hymne : heu ... si on changeait ?



Barrière du concept, continuité des sentiments








https://www.poulehouse.fr/



 Les poules protègent les abeilles et les salades, car elles mangent les frelons, les limaces ...

https://www.untoitpourlesabeilles.fr/blog/tag/poules-abeilles-frelon-asiatique/

http://www.maxisciences.com/poule/les-poules-une-arme-efficace-pour-lutter-contre-le-frelon-asiatique_art31260.html

voir les vidéos de Francis ITHURBURU




Constitution et sexe : ma réponse à Danielle Bousquet






Danielle Bousquet a retweeté Christophe Premat

Il ne s'agit pas de genre, mais d'égalité entre les femmes et les hommes.




En réponse à @dabousquet

Tout à fait d'accord. Le "genre" efface les femmes et interdit de penser l'oppression. 

"Il ne s'agit pas de genre, mais d'égalité entre les femmes et les hommes."





Constitution et race : ma réponse à Nicole Belloubet



AbonnéAbonné à @NBelloubet

L’espèce humaine est bien unique et indivisible... Supprimer le mot « race » est donc un symbole puissant mais aussi une évidence à laquelle le gouvernement ne peut que souscrire]Cette suppression du mot «race» à l’article 1er de notre constitution semble aujourd’hui s’imposer]
09:29 - 12 juil. 2018



En réponse à @NBelloubet

Cette suppression est tout à fait stupide. Confondre fait physique et jugement de valeur est une imbécilité, la promouvoir est tout à fait contreproductif.

Le racisme est un jugement de valeur négatif sur un fait physique : la différence génétique et généalogique.






Rien à dire ... sauf que pour ma part je suis anti-islam primaire


Je suis militante de la défense des droits humains, contre la torture, contre la peine de mort, contre l’emprisonnement pour délit d’opinion, et à ce titre, je suis anti-islam primaire, comme j’étais anti-communiste primaire, comme j’étais opposée aux tortures en Espagne et Amérique du Sud..  autant contre le jihad combattant et les peines cruelles du fiqh que contre le goulag.
Je suis russe – d’origine – ce qui me rendait d’autant plus anti-communiste que j’avais de peine pour la Russie et les Russes, de même que des personnes originaires de pays soumis à l’islam, sont d’autant plus anti-islam qu’elles ressentent douloureusement les conséquences de cette idéologie sur leur pays et sa population. La dénonciation de l’idéologie communiste n’a d’ailleurs jamais empêché de se réjouir des réalisations soviétiques incontestables, de même que la dénonciation de la doctrine islamique n’a jamais empêché de reconnaître les aspects positifs maintenus à travers les siècles dans les pays conquis par l’islam.
J'ai contre l'islam en tant que loi , qu'il s'agit d'une norme de conduite extrèmement délétère,  toxique, qui détruit et ses adeptes et toutes les personnes qui veulent vivre libres.  Religion de l'apocalypse et de la destruction, au service d'un dieu-ogre, propos sortis tout droit du néant du mal, de la figure du diable. Aucun être humain ne mérite de vivre sous son empire. 
Ceux qui connaissent cette loi, comprennent que même Mérah est une victime, et doublement : et de cette loi qui a régné sur son pays, et de la France, qui ne l'a pas protégé de ce " texte incitant à la haine ... ".


https://youtu.be/wgEX0mqE-a8 Fédération Musulmane de la Gironde

 Débat l'islam fàit peur? avec Renaud CAMUS, Treq OUBROU et Denis TILLINAC "L'islam une menace pour la France?" 3° colloque de là F.MG

Natacha Kampusch : was Mut und Hoffnung wirklich bedeuten



Natascha Kampusch – ihr Leben 10 Jahre nach der Flucht (ORF Exklusiv Interview)



ОЙСЯ ТЫ ОЙСЯ ТЫ МЕНЯ НЕ БОЙСЯ

The Animals

Nürnberg 2014 - Ode an die Freude

Bruce Murakami : Pardon et utilité




Bruce Murakami

un homme perd sa femme et sa fille, tuees par un jeune chauffard
depuis ils vont ensemble dans les écoles expliquer aux jeunes qu'il ne faut pas faire de course de vitesse de voiture 
Comme l'écrivait le professeur Raphael Draï à propos de la loi du talion vu par la réflexion talmudique :  " réparer pour se réparer "

Le site de l'association qu'il a constituée pour cet enseignement :
https://saveyourteendriver.com/


 


 voir le film (en version française) inspiré par cette affaire


  https://youtu.be/4ucnp_3yFqs






Livre juif : Le mythe de la loi du Talion de Raphaël Draï



Œil pour œil, dent pour dent . Cette sentence biblique résume une conception de la justice comme devant être à la fois impitoyable, ferme et équitable. Elle énonce le juste à travers un strict calcul égalitaire, une équation entre la sanction (la peine) et le préjudice (le crime commis).
Pourquoi qualifier cette loi du talion de mythe ? Parce qu’elle est rapportée depuis des millénaires à la culture juive. Le contresens est total à cet égard.
Le droit hébraïque a constamment récusé le principe du talion et toutes ses modalités. Le talion marque l’investissement paradoxal de la Loi et du Droit par un désir aveugle de vengeance, de réparer par un strict équilibre des peines les dommages subis.
En cela, Raphaël Draï montre comment cette loi est imprégnée de part en part par la pulsion de mort, et reconstitue, dans cet ouvrage devenu un classique, les principes fondamentaux de la Loi juive ainsi que ses évolutions en matière de droit pénal et de réparation juste du dommage causé à autrui.
Choix de Claude Layani