16 ans, violée, incendiaire, condamnée à vie

Dans la prison pour femmes d'Indiana

 partie 1




 partie 2 histoire d'une prisonnière depuis ses 16 ans, en  1975

 


A regarder au moment où sont révélées les violences commises par Jimmy Saville en Angleterre, et la façon dont étaient traitées les victimes qui parlaient à l'époque ...


3
 
 4
 

Il est clair que la même idéologie du droit des " Seigneurs" sur leurs proies soutient la libération de l'usage des drogues, qui leur permettent de mieux asservir des jeunes.


ZEn

1

Les effets du cannabis



Que l'Etat envisage seulement la légalisation d'un tel produit, est aussi ignoble que son statut actuel de PROXENETE, encaisseur d'impôts sur les prostitués !


1

Lesson on Islam and Women, with Wafa Sultan and Father Boutros

Je dédie ces vidéos à tous les insulteurs des antiislam pour qu'ils voient que nous aussi sommes plusieurs, de partout et en particulier de l'intérieur du monde conquis historiquement par les troupes de Mahomet et leurs successeurs. Le ridicule, l'immonde cupidité, l'immonde hypocrisie, la répugnante hargne et haine de ces lâches et veules insulteurs d'antiislam, qui préfèrent simplement : "tous sauf manquer de pétrole"  et dont le défoulement favori est de se défouler contre ceux qui n'acceptent pas que l'on tue, torture, viole ...

 1

 2 حوار مع الدكتورة وفاء سلطان...بث مشترك مع قناة اجهر

 

3

 Peut-on réformer l'islam


هل يمكن إصلاح الإسلام؟ مع حامد عبد الصمد وفاء سلطان والأخ رشيد


 

4

كلمة رائعة للدكتورة وفاء سلطان




4


5


Immonde attitude de Riposte laique


Riposte laïque : rupture


Immonde attitude de Riposte laique

  
Il existe pour moi une ligne rouge : la mise en danger d’autrui.


 Je peux laisser passer beaucoup de choses, je ne suis ni obsessionnelle ni maniaque, je suis pour la libre expression, le droit à l’erreur et au n’importe quoi … mais je suis sécuritaire, je suis intransigeante lorsque cette ligne là est franchie.

  
J’ai adressé de nombreux articles à Riposte laïque, qui en a publié beaucoup parmi eux, y compris des articles critiquant d’autres articles parus dans la revue.

  
Je n’ai jamais fait partie de la rédaction, mais initialement, j’étais dans la ligne de Riposte laique, soit dans la prolongation de la « Coordination laique et féministe » qui avait été tentée 2003-2004. Puis la revue a évolué politiquement et stylistiquement.

  
Jusqu’à présent, j’avais nettement ralenti mes envois d’articles par rapport à la période du procès de Fanny Truchelut, mais étant donné le courage des fondateurs de Riposte et les attaques dont ils font l’objet, j’avais préféré taire l’essentiel de mes griefs contre la revue.
  

Mais Riposte laique vient de prendre une décision immonde, inexcusable, une trahison.
  

J’avais demandé à la revue de prendre des mesures nécessaires à la sécurité de personnes. Elle ne l’a pas fait. Sans explication. J’ai dû insister et exiger ces mesures. Là leur réponse est venue. Immonde. Déni affiché du danger assorti de propos méprisant pour les personnes ainsi mises en danger, face aux tueurs de l’islam.

  
Nul n’a le droit de décider de prendre des risques face aux assassins fanatiques, sauf les personnes concernées par ces risques. Exposer qui que ce soit à ce risque relève de la trahison.

  
L’évolution politique  et stylistique de Riposte m’a fait beaucoup de tort, car bien sur l’on est assimilé à un média où nos articles sont publiés. De plus, des titres, des illustrations – dont certaines obscènes et sexistes -, des tags, des commentaires ont été collés à mes articles qui m’insupportaient, (allant jusqu’à modifier l’orthographie féministe que j’utilise, soit le contenu de mon texte), et le public pouvait penser que j’étais aussi l’auteur de ces présentations, ce qui était et est faux.
  

Je m’étais tue à ce sujet, comme au sujet de mon appréciation politique de la revue, par égard pour les fondateurs de Riposte, soumis à trop d’adversité déjà.
  
 Mais leur attitude actuelle me conduit à décider d’une rupture politique publique avec cette revue.

Je considère depuis plusieurs années maintenant, que le style et le contenu de nombreux articles a un effet politique catastrophique en ce qu’il décrédibilise totalement la lutte idéologique conte l’ideologie de l’islam.
  

Riposte laique joue aujourd’hui le même rôle de fait à propos de l’islam que le Front national concernant le patriotisme : le rôle de repoussoir rédhibitoire.

  
Je ne rentrerai pas vraiment dans le détail des composantes de cet effet repoussoir, car il n’est à mon sens que trop évident, sauf pour les adeptes de ce style d’action. L’emploi du mot « muzz » est une insulte insupportable, pour ne donner qu’un exemple.
  

La France est largement un pays catholique, et ne peut être attirée par une action qui est aussi dénuée d’esprit de charité envers des personnes, même si le fond des propos n’est pas raciste et n’incite pas au racisme.


Aucune personne un tant soit peu civile, décente, ne peut être encline à examiner les critiques de l’islam si elles lui sont présentées comme le fait aujourd’hui Riposte laïque. Riposte démolit ainsi au passage le travail de nombreux militants ( dont le mien) ou érudits, en le rendant inaccessible, car confondu avec son type de publication.



Elisseievna

20 juin 2019

Dans cette situation, le plus sympatique est Macron



Macron avec une femme qui pourrait être sa mère et Bolsonaro avec une femme qui pourrait être sa fille ...  dans cette situation, le plus sympatique set le premier. Age pris en compte elles sont toutes les deux aussi jolies.

Affaire Epstein : interview de Me Marie Grimaud

https://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/video/affaire-epstein-2-victimes-potentielles-en-france-et-des-complices-de-nationalite-francaise-selon-innocence-en-danger-1180170.html

Le millionnaire américain accusé d'agressions sexuelles, mort en prison ce week-end, avait un appartement à Paris. Marie Grimaud, avocate de l'association "Innocence en danger" demande sur RMC au procureur d'ouvrir une enquête.

Film Yiddisch Mamele

Mères porteuses, enfants handicapés, enfants abandonnés ...


Documentaire sur la situation en Ukraine :

https://www.abc.net.au/foreign/motherland/11432194?fbclid=IwAR130XcQ2JYS1jaymaADcwWY7odCWRqus1furxZw1HMB1kRC87XcA1LL6Z8&jwsource=cl

Motherland

Posted 
Updated 

With international surrogacy now banned in Thailand and India, a thriving industry has sprung up in Ukraine, attracting heterosexual couples from around the world, including Australia.
But how much do would-be parents really know about the business which delivers their baby?
In Motherland, Europe correspondent Samantha Hawley goes behind the slick surrogacy websites and glossy brochures to expose the industry’s dark underbelly.
In a 6-month investigation, Foreign Correspondent meets those caught up in Ukraine’s baby business and uncovers an industry with few rules and fewer scruples.
The new parent
It was a reckless decision to make, because we didn’t have all the facts,” says English woman ‘Kate’ who turned to surrogacy after an illness left her unable to have a child.
When the birth of her baby boy in Ukraine went badly, Kate couldn’t get him the urgent medical help he needed. She realised she was out of her depth. Now she worries about the long-term health effects on her baby.
The surrogate mother
They don’t treat you as a human being,” says one birth mother, who signed up as a surrogate to feed her family after the war with Russia left her homeless.
To earn a small fee, she endured forced terminations, caesareans and callous treatment at the hands of her agency. “Surrogate mothers…we’re just a flow of incubators,” she says.
The abandoned child
We tracked down a little girl living in a children’s home in south east Ukraine. She had been rejected by her American parents and was stateless and an orphan.
This is a common story, says Ukraine’s Children’s Ombudsman, who has reports of at least ten children left behind by the parents and agencies who ‘commissioned’ them.
This is an immoral business,” says the Ombudsman. “It does harm.
The businessman
And we put hard questions to the owner of one of Ukraine’s biggest surrogacy agencies, a man who was recently under house arrest facing charges of child trafficking and tax avoidance.
Join us for this gripping and gut-wrenching tale.
Motherland airs on ABC TV at 8pm AEST Tuesday 20th August and again on Friday 23rd August 1.30pm. It can also be seen on ABC NEWS channel on Wednesday 21st at 5:30am, Saturday 24th at 9.30pm & Sunday 25th at 5.30pm & anytime on ABC iview.

Intersexes et transgenres : principe


Médicalement il n'y a aucune raison d'opérer des intersexes. Il est donc médicalement NOCIF de le faire. L'identité BIOLOGIQUE des intersexes est ce qu'elle est. Ils doivent vivre avec de toute façon, c'est leur histoire, et les mutilations ne changent RIEN à cette situation, elles ne font que détruire médicalement des enfants, et même les violer dans leur intimité. Elles sont aussi scandaleuses que les "traitements" hormonaux et chirurgicaux des transgenres.

Intersexes et transgenres doivent simplement être SOCIALEMENT acceptés avec leur histoire, leur corps et leur personnalité propre.

Le problème des transgenres et celui des intersexes n'est pas identique, trop de transgenres masculins se vivant comme féminins réclament des droits contre les droits des femmes, mais il a un aspect commun, qui est bien le rejet des personnes dont l'identité sexuelle n'est pas claire et évidente, un rejet qu'il faut, lui refuser.

France Russie



avec les foutaises habituelles sur l'islam distingué de l'islam politique et blabla, à propos duquel la politique Russe actuelle est catastrophique et prépare des drames à plus long terme
construire des mosquées cathédrales est une sombre c..
le meme niveau de sombre c .. que l'"oubli" de Gorbatchev de demander à l'Allemagne et aux USA l'engagement écrit de ne pas faire entrer les ex états soviétiques dans l'OTAN
erreur "monumentale", au propre comme au figuré

une politique n'est pas "raisonnable" parce qu'elle a, grâce à la paix temporaire, les apparences d'une politique raisonnable, elle ne l'est que si elle assure solidement les bases d'une situation de paix, sans quoi elle n'est une erreur lourde, croire aux accommodements en renforçant l'implantation du territoire sacré islamique repose sur l'ignorance et les illusions

La Russie se fourvoie comme elle s'est fourvoyée en livrant son économies à des oligarques et à la désorganisation à la sortie de l'URSS

sachant par ailleurs que le probleme de l'islam en Russie est très complexe avec des risques de guerres que la Russie doit évidemment absolument éviter de prendre mais auquel elle doit se préparer
je ne dis nullement cela pour prôner des guerres qui en Russie seraient absolument atroces

les populations musulmanes ne sont pas des immigrés de pays lointaines mais les voisins tous proches depuis des siècles des slaves chrétiens, la perse aussi est voisine, il faut évidemment penser l'avenir entre eux en terme d'ententes aussi et si possibles plus qu'aux temps de l' URSS athée,
mais cela passera à mon avis par la déconsidération totale de l'islam et l'émancipation qui avait commencé à l'époque soviétique, et non par des propos d'une ignorance crasse sur l'islam-qui-ne-serait-pas-politique ...

Que l'on se souvienne au moins de l'assassinat du Père Sissoiev, juste pour avoir voulu évangéliser des musulmans !

Israel et le massacre d'Hébron

à la différence du Père Charcour, et d'autres palestiniens, cette femme souhaite un nouvel Hébron à l'échelle d'Israel avec la bénédiction d'Allah, l'Allah du coran, soit la représentation de la mort


https://www.memri.org/tv/92-year-old-palestinian-woman-right-return-demonstration-palestinians-should-massacre-jews-we?fbclid=IwAR3eFqmZDakGl-rw491aVEWXoEsq9bl2Me9CjniXOFyb5-5RIEczDpEkICk#.XVg-UO5aM5N.facebook

 

https://www.memri.org/tv/92-year-old-palestinian-woman-right-return-demonstration-palestinians-should-massacre-jews-we/transcript



May 13, 2011
Clip No. 
2929

92-Year-Old Palestinian Woman in a Right-of-Return Demonstration: Palestinians Should Massacre the Jews Like We Massacred Them in Hebron

Following are excerpts from an interview with Sara Jaber, a 92-year-old Palestinian who participated in a Right of Return demonstration on the Jordanian Israeli border. The interview was aired on Al-Aqsa TV on May 13, 2011: 
Interviewer: Please tell us who you are.
Sara Jaber: I am from Hebron. The Jaber family. 
Interviewer: What is your name?
Sara Jaber: Sara Muhammad 'Awwadh Jaber. 
Interviewer: How old are you?
Sara Jaber: I am 92. 
Interviewer: So you remember May 15, 1948, the day of the Nakba.
Sara Jaber: Why wouldn't I remember? May Allah support us. I hope we forget those days. Allah willing, you will bury [Israel], and massacre the Jews with your own hands. Allah willing, you will massacre them like we massacred them in Hebron. 
Interviewer: What does this day mean to you? You have lived 63 years since the Nakba. You have experienced the entire Nakba...
Sara Jaber: 92 years. That's 92. I lived through the British era, and I lived through the massacre of the Jews in Hebron. We, the people of Hebron, massacred the Jews. My father massacred them, and brought back some stuff...
p>Interviewer: Thank you very much. 

L'ignominie des Juifs de Cour II : article de Shmuel Trigano


Terrorisme : on sacrifie les victimes pour ne pas avoir à livrer bataille contre les bourreaux
Par Shmuel Trigano
Publié le 28/07/2016 à 12:09
Professeur émérite des Universités, Shmuel Trigano est un philosophe et sociologue, spécialiste de la tradition hébraïque et du judaïsme contemporain.


(...) 

La stratégie du déni
Je fais référence au cérémonial qui s'est mis en place pour «gérer» chaque attentat. L'effusion de compassion, qui en est la marque, est ambivalente: si elle accuse le coup de la réalité (reconnaissant qu'il y a des victimes), elle l'engloutit dans l'émotion, pour en annuler de facto le sens (en censurant la motivation que les agresseurs donnent à leur acte, à travers le rite du «pas-d'amalgame»). 

Or la réalité est brutale et ne fait pas dans la dentelle. Les actes terroristes sont commis explicitement au nom de l'islam et leurs perpétrateurs ne se recrutent pas au Moyen-Orient mais parmi les musulmans, en France même, dont ils sont natifs. C'est aussi dans ce milieu qu'ils trouvent abri et refuge. Avec le djihadisme mondial «franchisé», qui se développe aujourd'hui, le voisin qui vous dit «bonjour», le fonctionnaire qui vous reçoit, pourrait sans prévenir se transformer en djihadiste armé d'un couteau, d'une hache ou d'une voiture. 

(...)
 Cette explication n'est pas un commentaire de ma part. Elle découle de sources coraniques et elle est confirmée par l'imam Qaradawi, qui siège au Qatar, pays ami de la France, et qui est le chef du Conseil de la Fatwa pour l'Europe, le mentor sur la plan de la Charia des Frères Musulmans (et donc de leurs émules français). Dans ses décisions juridiques , il justifie le meurtre des non musulmans, et avant tout des Juifs, comme un moyen licite de défendre et illustrer l'islam. Il va même jusqu'à estimer que, si le «martyr» le juge nécessaire, le meurtre des non-musulmans pourrait s'accompagner, pour le succès de l'opération, de la mort de musulmans (ainsi expédiés illico presto au paradis). Sur ce dernier point, celà montre parfaitement que le fait que les attentats frappent aussi des musulmans ne diminue en rien le caractère et la justification exclusivement islamiques de ces actes. À ce propos, il est pitoyable de voir journalistes et experts se perdre en conjectures sur les motifs des massacres et entraîner avec eux un public sidéré et égaré, parce qu'ils se refusent à voir la réalité en face...

Cette réalité - vécue objectivement dans l'inconnaissance -, le Pouvoir, par sa faiblesse et ses idées fausses, ne veut ni ne peut la nommer. 

(...)

Le précédent de la lutte contre l'antisémitisme: 13 caractéristiques
Pour l'observateur attentif de la situation française , les éléments de ce tableau, ce «boulevard pour le crime», étaient déjà tous réunis depuis le début des années 2000, lorsque les agressions antisémites ont commencé à se multiplier pour conduire là où nous sommes présentement.

1) Entre la fin de 2000 et 2002 (quand Sarkozy devint ministre de l'intérieur, prenant la suite du socialiste Daniel Vaillant, en mai 2002) se produisirent plus de 500 agressions antisémites, sur lesquelles régna un black out total dans les médias, les pouvoirs publics et les institutions juives. La liste était pourtant très bien tenue . C'est ce black out, inexplicable alors, qui m'avait conduit à créer en 2001 l'Observatoire du monde juif dont la finalité visait à informer l'opinion publique et la classe politique, les médias, de ce qui se passait. C'est aussi ce qui avait conduit le commissaire Sammy Ghozlan à créer à la même époque le Bureau National de Vigilance Contre l'Antisémitisme. Cela gênait le judaïsme officiel que l'on parle d' «antisémitisme»... Nous en eûmes l'explication (à la fois de cette gène et surtout de ce black out) quelques années plus tard, de la bouche de Daniel Vaillant, ministre de l'intérieur alors, quand nous apprîmes que l'ordre (?) en était venu du gouvernement Jospin afin de «ne pas jeter de l'huile sur le feu». L'étonnement de constater que toute une société, réputée pluraliste et libre, y compris la communauté juive, acceptèrent alors de se soumettre à cet ordre est toujours entier. On ne croyait avoir vu celà qu'en Union Soviétique .
C'était une erreur politique gravissime, aux graves implications pour la France (et la «démocratie»):
(...)

L'ignominie des " Juifs de Cour " : affaire Benssoussan



Lire l'article de Sarah Cattan dans Tribune Juive du 8 juillet 2018,

" Georges Bensoussan : comment il fut chassé du Mémorial par Sarah Cattan "

Karen Mulder : la plus belle des top model écrabouillée ...



Lorsque Karen Mulder eu révélé les violences sexuelles dont elle a été l'objet, elle fut écrabouillée, internée, éloignée ...

ainsi disparu de la scène la plus belle des top model des dernières années





Etudes, débats, information sur la sexualité : d'un extrême à l'autre


Information = pouvoir
La tentation des hommes en tant que groupe d'interdire aux femmes l'accès à l'information, aux sensations sur leur propre corps pour en faire un simple outil de reproduction et de jouissance pour eux, a toujours été forte.
Dans certains pays ou à certaines époques, elle va jusqu'à l'excision, l'interdit d'études médicales ...
Sous la loi de 1921 en France, l'information sur la contraception était interdites, aux adultes des deux sexes.

Aujourd'hui, arrive un autre excès. L'obligation à ce qui est appelé éducation sexuelle et qui est en fait de l'agression sexuelle, de l'exhibitionnisme à l'encontre d'enfants.

Aucune autre description, qualification de ces actes de soit disant éducation ne peut être faite.

Il faut rompre le silence sur ou plutôt le déni total de ce que SONT ces pratiques, il faut faire cesser le terrorisme intellectuel qui consiste à qualifier de réactionnaires ou intégristes ceux et celles qui DISENT les sentiments et sensations réelles qu'éprouvent enfants et adolescents auxquels ces actes sont imposés.


Parents, médecins, chercheurs, contre les violences sexuelles sous couvert d'éducation sexuelle


Les antisémites  ( c'est un thème capital dans Mein Kampf et aussi dans les écrits des musulmans fanatiques ) accusent les juifs de comploter contre les non juifs en promouvant la destruction des familles par la sexualité.
C'est pourquoi entre autres, je cite des auteur-e-s juifs luttant contre les crimes sexuels.
Qu'il soit clair qu'il ne s'agit pas de dire que Jeffrey Epstein a été inventé par les antisémites, simplement il s'agit de dire que Gilles de Ray n'était pas juif, que l'esclavage sexuel existe partout et que les juifs ont lutté contre, comme les autres population.



Raymond Ayas - Colloque sur le cours d'éducation sexuelle du Québec - Montreal Sex Ed Colloquium



1


Judith Reisman - Colloque sur le cours d'éducation sexuelle du Québec - Montreal Sex Ed Colloquium


2

Judith Reisman - Colloque sur le cours d'éducation sexuelle du Québec - Montreal Sex Ed Colloquium 2


M. BERGER - Les dangers de l'éducation à la sexualité pour les enfants et les adolescents


3

Conseil des Rabbins d'Amerique : Résolution sur les " abus sexuels " contre les enfants, 2010 - Rabbinical Council of America : resolution on child abuse, 2010



Alors qu'il est question sans cesse des crimes sexuels dans l'Eglise, dont le Pape se refuse à rendre OBLIGATOIRE le signalement aux autorités, même en restreignant cette obligation éventuellement aux Etats dont le système judiciaire ne contient pas de dispositions bafouant les droits humains élémentaires, 
alors que l'on soutient même chez de prétendus défenseurs des enfants, que la religion islamique est admissible moralement alors que son prophète n'est qu'une ordure pédophile qui a violé à répétition une petite fille depuis ses neufs ans, ce qui est un motif bien suffisant pour rejeter tout ce qui a trait à cet homme, sans lui assimiler bien sur dans cette condamnation les personnes entrainées à sa suite par de multiples évènements et qui se disent aujourd'hui musulmanes ( voir par exemple parmi d'autres, l'organisation marocaine : "touche pas à mon enfant" : https://touchepasamonenfant.com/ )   , alors que tant d'imams assurent toujours qu'il est l'homme parfait et un beau modèle et légitiment mariages avec des enfants et esclavage sexuels des enfants, 
alors que des antisémites en France sautent sur l'occasion pour dire " chez les juifs c'est pire et on vous le cache en plus ", 
je rappelle cette décision du conseil rabbinal d'Amérique, condamnant les actes de crimes sexuels et rappellant que leur signalement sont autorités sont OBLIGATOIRES, qui date de 2010, et fait référence à des décisions antérieures.
La traduction est la mienne. Le texte en anglais est joint.




RESOLUTION DE RCA CONDAMNANT ET COMBATTANT LA VIOLENCE A L'ENFANT
27 avril 2010 - Attendu que nous sommes de plus en plus au courant d'incidents de violence sexuelle et physique sur des enfants dans notre communauté; et

Considérant que des rabbins orthodoxes ont été inculpés ou condamnés pour abus ou mise en danger d'enfants dans plusieurs affaires très médiatisées; et

Considérant que la vie et l'avenir de nombre de ces victimes et de leurs familles sont gravement endommagés: suicide, syndrome de stress post-traumatique, incapacité à établir des relations saines, incapacité à développer des relations intimes saines, etc. et

Considérant que de nombreuses victimes de maltraitance dans notre communauté restent toujours silencieuses et ne se présentent pas pour accuser leurs auteurs ou demander de l'aide par crainte de la stigmatisation, des conséquences personnelles et familiales ou des préoccupations perçues comme telles; et

Considérant que le Conseil rabbinique d’Amérique a résolu, par le biais de résolutions antérieures, sa condamnation des abus et sa censure des agresseurs, et a affirmé, sous la direction et la direction de ses poskim ( décisions rabbiniques), que les interdictions de mesirah (signaler les crimes aux autorités civiles) et d’arka’ot (juger par des tribunaux civils) ne s’appliquent pas en cas d’abus et qu’il est en fait obligatoire, du point de vue de la morale, de faire de tels rapports; et

Considérant que réitérer cette position de longue date peut servir à fournir un leadership pastoral et halakhique, un soutien, une direction et une affirmation aux victimes de la maltraitance, de leurs familles et de leurs défenseurs.

Par conséquent, le Conseil rabbinique de l'Amérique décide que

• Il réaffirme sa condamnation sans réserve de toutes les formes de maltraitance à enfant.

• Il réaffirme sa position halakhique selon laquelle les interdictions de mesirah et arka’ot ne s’appliquent pas en cas d’abus.

• Il publiera régulièrement sur son site web et aux médias des déclarations de condamnation appropriées lorsque l'attention du public sera attirée sur une affaire dans laquelle des Juifs sont soit des victimes, soit des auteurs d'abus.

• Il évaluera régulièrement la compétence de ses membres pour comprendre et traiter les problèmes de maltraitance à l’enfance et initiera chaque année des formations et des possibilités de formation continue pour tous ses membres dans ce domaine.

• Les membres du RCA aborderont la question de la maltraitance d’enfants dans leurs communautés dans au moins un sermon, une conférence ou un article au cours des douze prochains mois, et que les coordonnées des services locaux pour victimes de violence soient affichées dans un lieu public dans toutes les synagogues, écoles, etc. et les institutions communautaires juives desservies par ses membres.

"Les juifs cachent " ... rien

http://www.survivorsforjustice.org/index.php?option=com_content&view=article&id=728&Itemid=192

BOOKS ON ABUSE IN THE RELIGIOUS COMMUNITY

A LISTING OF SOME OF THE BOOKS THAT FOCUS ON THE ISSUE OF SEXUAL ABUSE IN
THE ULTRA-ORTHODOX COMMUNITY.


WHO GAVE YOU PERMISSION? THE MEMOIR OF A CHILD SEXUAL-ABUSE SURVIVOR WHO FOUGHT BACK

By Michael Visontay, Manny Waks
'Who gave you permission to speak to anybody?' Rabbi Telsner, the leader of the Yeshivah Centre, thundered during his regular weekly sermon. It was a question directed to Manny Waks's father, after Manny had finally gone public with his accusations of sexual abuse and its cover-up within the centre. Manny Waks was raised in an ultra-Orthodox Jewish family, the second oldest of 17 children. As an adolescent he was sexually abused at the religious school across the road from where he lived. Betrayed by those he trusted, Manny rebelled against his way of life, though he later went on to become a prominent Jewish community leader. In mid-2011 Manny went public about his experiences to bring justice to the abusers, and those who covered up their crimes. For his courage in speaking out, Manny and his family were intimidated and shunned by their community. Although he has been forced to leave Australia, Manny continues to advocate for survivors and hold those in power to account.
This is the story of a man who shattered a powerful code of silence, the battles he has fought, the vindication he has earned, and the extraordinary toll it has taken on his personal life and that of his loved ones. It is also the raw self-portrait of a man on a mission, trying to live his life. Manny's journey reminds us of the difference one man can make, and the price he has to pay.
rachelelv

SHINE THE LIGHT: SEXUAL ABUSE AND HEALING IN THE JEWISH COMMUNITY

by Rachel Lev
An extraordinary journey into the stories, minds, and hearts of adult Jewish survivors of sexual abuse and incest. Rachel Lev, a therapist and an incest survivor herself, blends her own experiences with those of other survivors, and reflects upon their personal relationships to the Jewish community—a community that can either encourage denial or be a place of healing. Shine the Light emphasizes healing, which Lev believes can come about through self-expression, creativity, and, above all, feeling connected, not isolated. The book offers the rare opportunity for the survivors to speak for themselves through first-hand accounts, poetry, and evocative artwork, some reproduced in color.
The twenty-two contributing authors and artists identify themselves along the spectrum from "just Jewish" to "Hasidic" and represent a wide range of professions and ethnic backgrounds.
tempest

TEMPEST IN THE TEMPLE - JEWISH COMMUNITIES & CHILD SEX ABUSE

by Amy Neustein, Ph.D.
Tempest in the Temple offers an open discussion of some of the most deeply rooted fears in the Jewish community. Its purpose is not to blame or shame Jews but to examine this horrific problem of sexual abuse with as much clarity and precision as possible so that the best remedies can be offered to the community as a whole. Amy Neustein brings together fifteen practicing rabbis, educators, pastoral counselors, sociologists, mental health professionals, and legal advocates for abuse victims, each of whom offer insights into different facets of the problem. 
This book is divided into three sections. The first section, "When the Vow Breaks," describes rabbis who break their "vows" through active pedophilia. The second section, "Sacrificing Victims," illuminates the community dynamics surrounding abuse: how a community unwittingly contributes to the cover-up of abuse; why victims of abuse are all too often ignored or cast off by their religious communities; and the mechanisms by which powerful religious institutions protect their own. The third section, "Let Me Know the Way," addresses how Jewish communities can overcome the ignorance, bias, and corruption associated with clergy sexual abuse. Solutions--some already successful, others yet to be tried--are explored here. 
hush

HUSH

by Aishes Chayil
Inside the closed community of Borough Park, where most Chassidim live, the rules of life are very clear, determined by an ancient script written thousands of years before down to the last detail—and abuse has never been a part of it. But when thirteen-year-old Gittel learns of the abuse her best friend has suffered at the hands of her own family member, the adults in her community try to persuade Gittel, and themselves, that nothing happened. Forced to remain silent, Gittel begins to question everything she was raised to believe.
A richly detailed and nuanced book, one of both humor and depth, understanding and horror, this story explains a complex world that remains an echo of its past, and illuminates the conflict between yesterday's traditions and today's reality.
eidenson

CHILD AND DOMESTIC ABUSE - TORAH, PSYCHOLOGICAL & LEGAL PERSPECTIVES

by Rabbi Daniel Eidensohn
A view of the dynamics of child and domestic abuse in general and in the Orthodox Jewish community in particular. This material is the result of discussions and guidance I have had from Rav Moshe Sternbuch of the Eidah Chareids as well as psychologists, lawyers and other experts. The nature of abuse as well as long term psychological damage are discussed in detail.
A series of 25 articles written by experts in abuse provide a 3 dimensional understanding of this difficult issue. Thus the dynamics of psychology are connected with Jewish law (halacha) as well as the sociological and secular legal concerns. The book contains practical advice as well as a 6 pages summary of the issues that I wrote that was reviewed and commented on by Rav Sternbuch.
mandelcover

BREAKING THE SILENCE - SEXUAL ABUSE IN THE JEWISH COMMUNITY

by David Mandel and Dr. David Pelcovitz, Ph.D.
The reality of sexual abuse in the Jewish community has necessitated a guide for parents, mental health professionals and community leaders outlining practical approaches to prevention and intervention. The focus of this book is on helping parents and professionals understand the distinctive ways that Orthodox Jewish culture, beliefs and practices can result in a unique presentation in child and adolescent sexual abuse victims. Practical approaches to prevention and protection that are culturally sensitive to the unique needs of the Orthodox community include chapters which will serve as a guide to parents, teachers, and community leaders on how to effectively implement prevention efforts in homes, schools and communities.
The book also contains sections describing the impact of abuse in the voices of survivors, a summary of how traditional Jewish law views the responsibility of the community in dealing with sexual abuse, and a section for mental health professionals that details psychotherapeutic approaches in work with victims and perpetrators. This volume should serve as an essential resource for parents, educators, professionals and community leaders interested in learning how to better fulfill our responsibility to protect and nurture the next generation.
salomon

ABUSE IN THE JEWISH COMMUNITY - RELIGIOUS AND COMMUNAL FACTORS THAT UNDERMINE THE APPREHENSION OF OFFENDERS AND THE TREATMENT OF VICTIMS

by Michael J. Salamon, Ph.D.
''Dr. Michael Salamon raises some very important questions about the role of spiritual leaders giving guidance on matters of abuse in the Jewish community. One need not agree with Dr. Salamon on every case he cites to recognize that the issues he addresses must be confronted by the Jewish community and its leadership.'' --Rabbi Hershel Billet
 ''Dr. Michael Salamon combines years of experience in treating victims of sexual abuse and an intimate knowledge of Orthodox Judaism. In his valuable new book he clarifies the trauma resulting from abuse and the particular impact of religious values in creating difficulties in confronting predators and in therapy. Reading this work will help the community make the changes needed to effectively reduce the present threat to many of our youth.'' --Rabbi Yosef Blau
staysafe

 LET'S STAY SAFE

by Rabbi Yakov Horowitz, Tova Leff (Illustrator)
With its delightful pictures and child-friendly rhyming text, Let's Stay Safe helps us give our children essential life lessons in safe and unsafe behavior. 
In language that will empower and educate, we can give our children the tools to stay safe and secure in our increasingly difficult world. Over two years in the making and developed by Project Y.E.S. as part of its Karasick Child Safety Initiative. Let's Stay Safe is a must for all concerned parents - and all of our beautiful children. 
shame

THE SHAME BORNE IN SILENCE: SPOUSE ABUSE IN THE JEWISH COMMUNITY

by Rabbi Abraham J. Twerski, M.D.
The myth that Jews do not abuse their spouses must be shattered! Now for the first time, a direct address to the problem of spouse abuse in the Jewish community! We can no longer permit ourselves to deny the existence of this terrible crime. The time has come to confront the truth and to take definitive steps to end this violation of all that judaism stands for. A leading Rabbi and Psychiatrist, with striking candor, firmness and compassion, reveals what may have been closely kept dark secrets in many Jewish families, and offers urgently needed advice and direction.
breaking

BREAKING THEIR WILL: SHEDDING LIGHT ON RELIGIOUS CHILD MALTREATMENT

by Janet Heimlich
High-profile cases such as the child sexual abuse scandals in the Catholic Church and "faith healing" deaths in certain fundamentalist Christian congregations have made the public aware that religion can sometimes mask deviant and harmful behavior. But the extent of the problem is far greater than most people realize. In this revealing, disturbing, and thoroughly researched book, award-winning journalist Janet Heimlich exposes a dark side of faith that most Americans do not know exists or have ignored for a long time—religious child maltreatment.
After speaking with dozens of victims, perpetrators, and experts, and reviewing a myriad of court cases and studies, Heimlich explains how religious child maltreatment happens. She then takes an in-depth look at the many forms of child maltreatment found in religious contexts, including biblically-prescribed corporal punishment and beliefs about the necessity of "breaking the wills" of children; scaring kids into faith and other types of emotional maltreatment such as spurning, isolating, and exploiting; pedophilic abuse by religious authorities and the failure of religious organizations to support the victims and punish the perpetrators; and religiously-motivated medical neglect in cases of serious health problems. 
justice_denied

JUSTICE DENIED: WHAT AMERICA MUST DO TO PROTECT ITS CHILDREN

By Marci A. Hamilton
Recent events such as the clergy abuse scandal in the Catholic Church have brought the once-taboo subject of childhood sexual abuse to the forefront. But despite increasing awareness of the problem, the United States has not succeeded in establishing effective means of deterring and preventing it, leaving the children of today and tomorrow vulnerable. Hamilton proposes a comprehensive yet simple solution: eliminate the arbitrary statutes of limitation for childhood sexual abuse so that survivors past and present can get into court. Removing this merely procedural barrier permits the millions of survivors to make public the identities of their perpetrators and to receive justice and much-deserved compensation. Standing in the way, however, are formidable opponents such as the insurance industry and the hierarchy of the Roman Catholic Church. In Justice Denied, Hamilton predicts a coming civil rights movement for children and explains why it is in the interest of all Americans to allow victims of childhood sexual abuse this chance to seek justice when they are ready.
beyond_betrayal

BEYOND BETRAYAL: TAKING CHARGE OF YOUR LIFE AFTER BOYHOOD SEXUAL ABUSE

By Richard B. Gartner, Ph.D.
Providing empowering action steps and written specifically for survivors of male sexual abuse as well as their spouses, partners, and loved ones, Beyond Betrayal is based on Richard Gartner's decades of experience as a psychologist, psychoanalyst, and advocate for sexually abused men. Covering both male and female abuse of boys and young men, Dr. Gartner explores the different types of abuse, from sexual abuse with and without touch to covert abuse to trauma, revealing the profound impact of sexual betrayal by such caretakers as clergy, family, teachers, babysitters, and health professionals. Gartner explains how as a child one trusts out of necessity—and how the betrayal of that trust ravages one's self-concept as a man while also wreaking havoc on one's relationships.
better safe

A BETTER SAFE THAN SORRY BOOK: A FAMILY GUIDE FOR SEXUAL ASSAULT PREVENTION

By Sol and Judith Gordon
Written for children as well as for parents and professionals, a traditionally uncomfortable topic is discussed in a manner designed to help children feel good about themselves.

Jewish Community Watch : against child abuse

https://www.jewishcommunitywatch.org/



OUR STORY

Jewish Community Watch (JCW) never set out to be a major organization. In 2006, Meyer Seewald’s best friend died tragically at age 17. The young man’s father set up a youth group in his late son’s honor where young teens gathered for camaraderie and support. In 2011, Seewald, himself a survivor of child sexual abuse (CSA), began receiving reports that the father was molesting boys who attended this program.
Further enquiries revealed that this person had a long history of abuse dating back decades earlier to Israel. As is so often the case, community leaders and rabbis in New York who were aware of his dangerous history preferred to handle it “internally,” never considering how many more lives would be put in jeopardy.
After a website was set up to expose the molester and warn others of the danger he posed, hundreds of reports of abuse began flooding in from Jewish communities around the world. JCW’s scope of services quickly expanded to include victim support services, mass awareness events, staff screening for schools and camps, a website with hundreds of pages of resources, and much more.
The staff grew from a handful of volunteers working out of a 10 x 10 bedroom to over a dozen professional employees. A virtual “safe place” has been created for victims to come forward, tell their stories, and receive the help and support they need.

Since our 2014 relaunch JCW has:
  • Ran 16 major awareness events across the United States, Canada, and Israel; and participated in 7 educational events in the US and Israel. These events were attended by over 5,000 people.
  • jewishcommunitywatch.org has attracted 803,961 unique visitors who viewed 3,269,349 total pages of educational material, articles and help pages.
  • JCW regularly reaches over 9,000 people on our email list with important alerts and updates.
  • Created 52 educational videos that have been viewed a total of 956,816 times to date.
  • Hosted 4 Facebook Live events with experts in relevant fields of cyber safety, camp safety, adolescent offenders, and CSA research.
  • 190 Jewish sex abusers have been added to the Wall of Shame, providing the largest private online updated database of Jewish sexual offenders.
  • Over 20,000 people from around the world follow JCW’s Facebook page. On average, over 30,000 people see our posts each month.
  • Connected with well over 2,000 survivors of CSA, offering them advice, emotional support, and a listening ear.
  • Has supported victims in 15 different countries around the world.
  • Has provided information and worked with local and national law enforcement officials to assist in the apprehension of offenders in 7 different countries.
  • Logged over 1,300 reports of child sexual abuse by over 1,680 abusers, helping to remove predators from our streets, schools, and shuls.
  • From 2015 through 2016, JCW subsidized therapy for 150+ survivors from all over the world, and has coordinated external funding subsidies for therapy for 140 survivors to date.
  • 130+ survivors from 4 continents have taken part in our 3 virtual support groups via Whatsapp, as well as in-person support groups.