Vive la décadence, à bas la guerre ...



La guerre éclate en Angleterre ... contre notre occident décadent .. Vive la décadence !


video




video

Comme du temps de Mahomet et sur son "beau modèle", lorsque ses compagnons cherchaient de mauvais prétextes pour attaquer et razzier d'autres tribus, les problèmes "sociaux", le pourcentage élévé de chomage parmi les immigrés "musulmans" dû principalement au comportement de ces "chomistes", excités par les prêcheurs de haine que nos autorités acceptent ici, servent aujourd'hui de prétexte à la guerre contre les non musulmans.



En 2005, la France a risqué la guerre civile en raison de la
présence d’une mosquée. Ecoutons les témoignages de Xavier Lemoine et de Eric
Raoult .

http://www.dailymotion.com/video/xdyxxa_xavier-lemoine-les-emeutes-de-2005_news

entretien accordé par Xavier Lemoine, maire de Montfermeil, à
Reichman TV


Xavier Lemoine

En 2005
Il y a eu deux émeutes…
Il y a eu la première émeute …sur
Clichy et sur Montfermeil..
Au bout de la troisième nuit, les
choses commençaient à se calmer…l’émotion compréhensible au regard de la mort
de leurs deux camarades commençait à s’estomper..
Et puis il y a eu l’episode de la
grenade lacrymogène, à proxoimité, pas dedans, à proximité, de ce qui s’est
révélé être une mosquée, un lieu de culte musulman, mais qui avait tous les
aspects extérieurs d’un centre commercial, et qui a donné une toute autre
connotation …
Il y avait dans ce lieu de culte
un fidèle qui dès que les évènements se sont produits, en temps réel m’a
prévenu…
Le temps que je sorte de chez moi,
j’avais tous les jeunes musulmans sur le pavillionnaires, c’est à dire non pas circonscrits sur le lieu
habituel du conflit, partout, qui étaient à leur portable, et j’entendais « C’est la guerre, c’est la
guerre, ils
ont attaqué une mosquée ».
Et lorsqu’avant, les pierres
descendaient du dixieme étage, des terrasses des grands immeubles, il fall
ait
que les enfants sortent de logements familiaux, montent sur les terrasses et
canardent les forces de police. Et à partir de ce moment là, c’était les pavés
et les morceaux de pierres qui partaient des fenêtres des appartements.
Et donc on a changé de tonalité,
on a doublé les effectifs en présence et donc les jeunes sont venus de partout,
et on a a donné une motivation et une justification à la révolte, qui passé le
moment d’émotion compréhensible, reprenait une connotation qui on l’a vu après,
a été exploité ensuite, puisqu’on a vu les barbus faire d’un coté des messieurs
bons offices , d’autre coté discuté avec
les autorités, troisièment dire c’est pas vrai, bref un jeu de dupes, la télé
l’a montré et en a été victime
également, Et donc on a redonné de l’intensité, et c’est à partir de ce moment
là qu’il y avait une nouvelle justification, que le mouvement a essaimé à
d’autres villes. »

http://rutube.ru/tracks/4518724.html?v=996e5591bea8c80fec96ed764e2f7558&autoStart=true&bmstart=1000

Ménard Sans Interdit juin 2011
Eric Raoult Député de Seine Saint Denis :
« Quand nous avons eu des émeutes urbaines entre le 27
octobre et le 6 novembre 2005, oui on a eu à un moment peur que le pays
tombe dans la guerre civile, parce qu’il
y avait des gens qui s’armaient, il y avait des policiers qui parfois étaient
exténués. »



Aucun commentaire: