Goulag ? rien à secouer !


Une scène mémorable.

1984, télévision française.

Un homme politique propose une minute de silence à la mémoire des victimes du communisme et en solidarité avec ses prisonniers et victimes actuelles.

Il se lève, se tait.

Le journaliste, avec un petit sourire, répond que lui va continuer à poser ses questions et il parle, devant l'homme politique silencieux et debout.

Un groupe du public se lève, les partisans de l'homme politique apparemment, l'autre partie du public dans un autre coin du plateau, reste assis.

Cette scène est terrible. La terrible indifférence, le sourire narquois, immonde ... alors que le goulag était toujours en place, et que l'on n'avait aucun espoir de changement à l'époque ...

C'est face à des réactions de ce type que j'ai été "anticommuniste primaire", pas parce que j'aurais pensé que tous les communistes étaient animés des pires intentions, mais parce qu'il ne fallait pas transiger, il fallait arrêter "ça", tout de suite, il fallait tous se lever, tous être solidaires ...

Cette scène est à vomir. Et ce qui se passe aujourd'hui en est le reflet. Petit sourire narquois de ceux qui se prétendent intelligents, indifférence crasse, veule, épaisse du public. Enfer islamique, pogromes de chrétiens et de "mauvais musulmans" : rien à cirer, circulez, pauv's cons ...

Accessoirement, l'homme politique qui proposait cette minute de silence, c'était Jean-Marie Le Pen.

http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-sociale/video/CAB8401152301/jean-marie-le-pen.fr.html

Aucun commentaire: