" Unplanned " : film sur une militante prochoice ( planning familial US) devenue prolife (anti-IVG)

Aux USA, avortement rime beaucoup trop avec argent, et avec délais d'avortement très longs. Les récits de médecins ou employés de Planned Parenthood, les montants des rémunérations de dirigeants de ces cliniques, sont explicites.

 Le film " Unplanned" est l'histoire - vraie - de Abby Johnson, une jeune femme dirigeant un centre de Planned Parenthood et ayant changé d'avis après avoir vu un foetus de 13 semaines ( en France le délai est de 12 semaines de grosssesse, 14 semaines d’aménorrhée) se débattre lors d'un avortement par aspiration ( aspiration à ce stade ?).

 Mais la vision des auteurs du film, qui veulent la fin du féminisme, qui veulent des familles, est réductrice et dangereuse, un terrible retour en arrière dans la vision narcissique et l'hubris délirante machiste qui voit la solution dans le pouvoir des hommes sur les femmes. Une solution géniale qui a fait ses preuves en matière de violences en tous genres contre femmes et enfants ...

 Interview des auteurs du film :

 Je pense au contraire que le féminisme n'est pas allé assez loin dans la défense des femmes en tant que femmes avec leurs propres besoins pour éviter justement les avortements, résultat principalement du pouvoir masculin sur les femmes et leur corps.

 L'hypocrisie de tous ces hommes qui excusent l'achat de l'accès au corps de femmes, l'achat de prostitution, tous ces militants anti-IVG qui non seulement se taisent sur ce sujet, mais vilipendent et rejettent les militants anti-porno et abolionnistes même chrétiens, et qui se mobilisent pour réprimer les femmes est odieuse. L'hypocrisie quasi comique des soit disant partisans de la famille qui n'ont de cesse de vilipender les abolitionnistes en les accusant de crime lèse masculinité ou même lèse famille, est écoeurante aussi.

Ces opinions régressives sont largement partagées parmi les opposants à l'avortement. Heureusement, parmi les opposants à l'avortement existent aussi de plus en plus d'opposants à la répression des femmes. Ainsi que des personnes qui remettent en cause des méthodes de certains prolife / anti-ivg:

 Mais je pense aussi, et là le féminisme, comme le mouvement lesbien et gay, doivent aussi s'interroger sur sa façon dont il prend en compte le fait, que nous, adultes, femmes comprises, devons assumer nos responsabilités envers les plus faibles que nous, les enfants.


 Témoignages de médecins qui refusent de pratiquer des avortements :

 Dr Levantino,

Dr Johnson


En France, la double clause de conscience est sans doute superflue, mais la clause de conscience me parait indispensable, et la gratuité d'un geste aussi grave, également. La situation n est pas similaire en France.

Aucun commentaire: