8 mars, Paris : Annie, Anna, Shoukria contre le voile

Reportage de Jean Robin, Tatamis blog

Annie Sugier (Ligue internationale du droit des femmes : http://www.ldif.asso.fr/ voir son article dans Riposte laique sur les dérives de la gauche sur le voile : http://www.ripostelaique.com/Les-derapages-de-la-gauche-sur-le.html ) ,
Shoukria Haidar ( Negar : http://www.negar-afghanwomen.org/),
Anna,
Pascal Hilout ( Riposte laïque)
ont manifesté ce lundi 8 mars au pont de Grenelle sous la statue de la Liberté, leur opposition au voile islamique. Jean Robin des éditions Tatamis ( a publié "La mosquée Notre Dame de Paris" de Elena Tchoudinova ) filmait.
" Le voile insulte notre liberté"





http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/03/07/liliane-kandel-dans-un-monde-qui-a-change-de-nouvelles-resistances-a-inventer_1164904_3224.html
7.03.09 Liliane Kandel
Le féminisme aujourd'hui ? Non seulement il n'est pas mort mais on peut dire que, d'une certaine manière, il a gagné. (...) il a induit des changements profonds, peut-être irréversibles de la société, ( ...) plus personne n'oserait se revendiquer "sexiste" ou "misogyne".
(...) Dire "on a gagné" ne signifie pas évidemment pas que l'on a tout gagné (....) . Des femmes meurent sous les coups de leur compagnon, la pauvreté, le chômage sont majoritairement féminins, les salaires restent inégaux, ( ....) : tout cela est connu, dénoncé, combattu par les groupes féministes, (...) et justifie que nombre d'entre les militantes se définissent comme "toujours féministes".
Est-ce suffisant ? ( ...) il me semble que, s'il y a aujourd'hui du féminisme (ou du pseudo-féminisme) partout, on peut se demander s'il y a encore un mouvement - au sens du mouvement des années 1970. On oublie trop souvent que celui-ci n'a pas été seulement un mouvement social : de colère, de révolte, de solidarité retrouvée des femmes entre elles, mais aussi, et indissociablement, un mouvement de découverte permanente, de dévoilement, c'est-à-dire de subversion et de renversement des paradigmes de pensée dominants.
(...)
L'offensive aujourd'hui n'est plus de notre fait. (...) dans nos cités, où il est recommandé encore souvent de sortir voilée ou en jogging pour éviter harcèlements, insultes - ou agressions (...). Mais aussi au niveau le plus élevé de la gouvernance internationale, à l'ONU, où sous prétexte de lutte contre la "diffamation des religions", contre le blasphème, et au nom d'une incertaine "alliance des civilisations", l'on est en train d'imposer peu à peu les motions les plus obscurantistes, les plus rétrogrades, les plus attentatoires aux libertés (et d'abord, à celles des femmes). (...)

Aucun commentaire: