Ce que je crois

Je suis militante de la défense des droits humains, féministe, anti-communiste primaire d’antan, et contre tous les totalitarismes ( pour le nazisme j’arrivais heureusement trop tard, à vrai dire, s’il n’avait pas été vaincue, je suis serais pas là ).

Il est de plus en plus évident, que quasiment toutes, je dis bien toutes, les organisations qui s’affichent aujourd’hui de l’anti-racisme, du féminisme, de la lutte contre les discriminations, sont aujourd’hui les instruments de la loi islamique et du racisme anti-blanc alliés, et sont aux mains, soit des militants de l’islam, soit de leurs idiots utiles.

Il est caractéristique que ces mouvements se réclament de moins en moins des droits humains, car les droits humains sont largement un héritage des valeurs hellènes, juives et chrétiennes, et sont pour l’essentiel contraires aux lois de l’islam; même si dans l’islam, qu’il ne s’agit pas de caricaturer, se trouve aussi certaines de ces valeurs, ce qui laisse un espoir pour l’abandon par les musulmans actuels de cette idéologie.

Toute idéologie, religieuse ou pas, doit pour moi être jugée selon les mêmes critères, en fonction des critères du souci de la vie et de la liberté humaines, des valeurs d’amour et de liberté, pour toutes les personnes ou êtres humains sans distinction. A cet égard, les idéologies fondatrices des civilisations européenne (hellène, juive et chrétienne), chinoise et indienne, sont sans conteste supérieures aux autres.

L’Europe et tout le monde libre se trouve aujourd’hui menacé par l’invasion islamique, la oumma est poussée à l’agression par sa richesse énergétique, sa force démographique et la pauvreté des actuels pays musulmans. Si nous ne résistons pas à cette agression, notre civilisation sera détruite.

Certains à gauche estiment que ce ne sera que justice : je leur réponds qu’à moyen terme, leur suicide ne servira même pas les pauvres des pays pauvres, mais uniquement les plus riches des pays pauvres. En réalité, ces pseudos vertueux de gauche et ces pseudos croyants musulmans ont uniquement une logique de pilleurs et de razzieurs, tout comme les pseudos libéraux qui ne défendent que la liberté de faire leurs profits particuliers.

Militer c’est d’abord s’informer, c’est ensuite se manifester et montrer que l’on n’est pas indifférent : « Cain qu’as-tu fais de ton frère ?! ». Il n’est pas un gouvernement, qui puisse ne pas tenir compte de l’opinion publique, dans toute l’histoire cela ne s’est jamais vu, les totalitarismes ne sont advenus qu’avec le soutien de l’opinion, revancharde ou impérialiste …
Nous sommes tous et toutes responsables.

En résumé :


je combat D'ABORD tous les fascismes, qu'ils se donnent un masque religieux ou pas :

l'islam a les memes caracteristiques fondamentales que le nazisme
( volonte de soumettre le monde "l'islam domine et n'est pas dominé",
supériorite de la oumma sur les non musulmans " vous etes la meilleure des communautes" "combattez les jusqu'à ce qu'ils payent le tribut en s'humiliant",
projet genocidaire contre les juifs " le jour du jugement ne viendra pas avant que le dernier juif n'est été tué"),
il y eu une autre religion aussi abominable et qui fut celle des incas et mayas sacrificateurs d'êtres humains et d'enfant en quantité, et aussi le culte de baal dénoncé pour ses sacrifices d'enfant par ... la bible.
Je combat le sexisme dans toutes les doctrines, peu importe qu'elles soient "religieuses" ou athées comme dans le proxénétisme libéral ou "libertin",
je dénonce d'abord les collabos des fascistes, telles les féministes "qui dénoncent les feministes intégristes qui s'en prennent à une religion" :

8 commentaires:

Pierre Meur a dit…

Moi, je ne suis qu'humaniste et libre-penseur, et je serais désireux d'entreprendre un dialogue avec quelqu'un qui parle de militer en faveur des droits humains, mais qui fait également des restrictions assez fâcheuses.

Votre propos présente des contradictions flagrantes. Je vous propose que nous en discutions au nom de l'esprit des "lumières" qui consacrait la libération du débat d'idées. Ce n'est donc pas un combat que je vous propose, mais un débat. La nuance est importante.

elisseievna@gmail.com a dit…

restrictions, contradictions : lesquelles ?

Pierre Meur a dit…

Par exemple : « Il est de plus en plus évident, que quasiment toutes, je dis bien toutes, les organisations qui s’affichent aujourd’hui de l’anti-racisme, du féminisme, de la lutte contre les discriminations, sont aujourd’hui les instruments de la loi islamique et du racisme anti-blanc alliés, et sont aux mains, soit des militants de l’islam, soit de leurs idiots utiles ».

Dire cela, n'est-ce pas favoriser le procès d'intention à l'encontre de la réflexion sur le fond ? C'est comme si on affirmait qu'il y a des êtres humains plus humains que d'autres, donc des êtres humains qui ne sont pas vraiment des êtres humains.

Vous êtes juive, apparemment, et c'est tout à votre honneur. Ne voyez-vous pas des similitudes entre les slogans anti-juifs, qui ont menés à la Shoah, et les slogans anti-islam qui ont court dans les sociétés occidentales ?

L'Islam traverse effectivement une crise d'identité où toutes les dérives ont court, mais est-ce bien l'Islam qui est en crise ou bien les musulmans ? Si l'Islam vit, aujourd'hui, sont "pire", oseriez-vous prétendre que le "meilleur" n'a pas existé ? Oseriez-vous prétendre que ce meilleur serait, aujourd'hui, un anachronisme qui ne pourrait avoir aucun avenir ?

Vous parlez des valeurs hellènes, mais qui dont a sorti des caves les textes grecs pour le bien commun de toute l'humanité (voir Bagdad l'ancienne, et la "Maison de la Sagesse") ? N'y aurait-il donc pas eu de civilisation musulmane ? Il fut un temps où la Science parlait arabe.

Vous ne pouvez pas dire "le mal de ..." sans dire également "le bien de ...". Ce serait comme si l'on parlait de la pensée occidentale on ne l'assimilant qu'au nazisme.

Il n'y a pas d'invasion islamique, il n'y a que le débat d'idées. Lorsqu'on lance des anathèmes, on est plus dans le débat d'idées. Il n'y a pas de civilisation figée, parce que justement c'est lorsque le débat d'idées est figé qu'il n'a plus d'existence. La civilisation, c'est le débat d'idées.

Le débat d'idées, ce sont des équations dont il faut résoudre les inconnues. Tomber dans le manichéisme, ce n'est pas résoudre les équations. C'est prendre parti "contre" l'humanité, et non "pour" l'humanité. Pensez-vous que l'on soit juif, chrétien, musulman, athée, de gauche, ou de droite, avant d'être humain ?

On ne peut revendiquez le meilleur de l'humanité, sans également assumez collectivement son pire. L'objectif de l'humanité, c'est la promotion du meilleur. Ça ne peut se faire quand affirmant la potentialité du meilleur, et non en affirmant qu'il n'y a que le pire. C'est la rencontre et le dialogue qui doit être la normalité, et non pas la suspicion qui enferme dans le monologue.

à suivre pour limitation du nombre de caractères ...

Pierre Meur a dit…

Suite de mon commentaire interrompu ...

Quand on définit l'autre comme l'ennemi, on se déclare aussi son ennemi, et la suite est connue, elle est normale et attendue.

L'Histoire se répète quand on en tire pas les leçons. Regardez le conflit israélo-palestinien. Avec soixante ans d'existence, il vise le Guiness Book des records. On voudrait nous faire croire que juifs et musulmans sont des ennemis millénaire, alors qu'ils ont majoritairement toujours été des alliés. Ce qui est aberrant dans ce conflit, c'est que ce sont des êtres humains qui s'affrontent.

La Justice a une autre finalité que la vengeance. La vérité, c'est ce qui fait consensus dans le débat d'idées. Quand le champ du consensus se rétrécit, c'est l'affrontement qui devient la vérité, alors la fin justifie les moyens et l'extermination devient la raison.

La Shoah a existé, c'est donc qu'elle s'est justifiée par la "raison". Les allemands sous le régime nazi étaient-ils tous devenus "décérébrés" ? Ce que les allemands ont fait sous le régime nazi, d'autres peuples peuvent le refaire aujourd'hui. Il suffit d'allumer les feux et d'y jeter les nouveaux boucs émissaires. Les bons slogans, on les trouve toujours. Si la publicité existe, c'est parce qu'elle fonctionne très bien et que "les produits se consomment".

Questions :

- Les allemands d'aujourd'hui sont-ils les nazis d'hier ?

- Les juifs d'aujourd'hui sont-ils les victimes d'hier ?

- Est-ce que les musulmans seront les bourreaux ou les victimes de demain ?

- Est-ce que les procès ont lieu avant les crimes ou après les crimes ?

- Est-ce que le principe de précaution peut justifier la peine de mort pour le non-encore-assassin ?

Je pourrais continuer comme cela pendant des heures. Ce qui est important ce n'est pas de définir l'ennemi. Il y a aura toujours des êtres malveillants parce que l'être humain est faillible. Le plus difficile c'est d'aller vers l'autre et de lui faire confiance, de le découvrir dans sa différence. Nous sommes des êtres humains, pas des machines.

Si les êtres humains se font l'amour, c'est parce qu'ils sont attirés par leurs différences. L'amour, ce n'est pas le viol, c'est le don de soi dans l'acceptation de l'autre. L'amour, c'est se proposer sans jamais s'imposer. L'amour, c'est aussi, et surtout, apprendre à accepter l'autre.

Pourtant le viol existe parce que nous sommes tous enfermé dans notre tête, et que l'autre ce n'est pas nous, et que donc nous avons tout à craindre de l'autre. C'est vrai ! Mais toute proposition affirme également son contraire, c'est-à-dire : "nous avons tout à espérer de l'autre" aussi.

L'autre, ce n'est qu'un autre "moi".

Pierre Meur

elisseievna@gmail.com a dit…

Quand je lis votre "reformulation" de ce que je dirais sous une forme aussi fausse : "C'est comme si on affirmait qu'il y a des êtres humains plus humains que d'autres, donc des êtres humains qui ne sont pas vraiment des êtres humains." je ne peux en effet qu'en déduire de la mauvaise foi de votre part, et une volonté de faire passer mes écrits pour le contraire de ce qu'ils sont. Je suis antiracisme, antitotalitaire et féministe, c'est à dire tout le contraire de ceux qui disent que certains humains sont plus humains que d'autres.

elisseievna@gmail.com a dit…

Quand je lis votre "reformulation" de ce que je dirais sous une forme aussi fausse : "C'est comme si on affirmait qu'il y a des êtres humains plus humains que d'autres, donc des êtres humains qui ne sont pas vraiment des êtres humains." je ne peux en effet qu'en déduire de la mauvaise foi de votre part, et une volonté de faire passer mes écrits pour le contraire de ce qu'ils sont.
Je suis antiraciste, antitotalitaire et féministe, c'est à dire tout le contraire de ceux qui disent que certains humains sont plus humains que d'autres.

Anonyme a dit…

Bonjour
Bravo pour votre blog.
Tout à fait d'accord avec vous.
Un danger menace nos libertés : cette idéologie dure, violente et stérile, qui n'est qu'une théorisation de la conquête et du pillage des avoirs de civilisations plus développées, qu'elle étouffe, fige, puis fais régresser quand elle les absorbe (histoire de toutes les conquêtes de l'islam).

Nous ne devons accepter que les 5 piliers, le reste devrait être explicitement rappelé comme interdit par la loi.
Cette dernière ne devrait d'ailleurs pas seulement nous protéger de la vue (qui me donne personnellement physiquement la nausée) de la burqa, mais du voile en général.
Les sectataires du Coran sont nos frères, quelle que soit leur race...ou plutôt peuvent le redevenir s'ils abandonnent (ne rêvons pas) ou font évoluer leur idéologie meurtrière.

elisseievna@gmail.com a dit…

Tous les humains sont "freres" et "soeurs", mais si votre frere se met à avoir un comportement agressif, il faut l'en empêcher, voilà tout.