Le seul contre-pouvoir est la mobilisation citoyenne

 John Perkins témoigne :

Le témoignage de cet homme me laisse d'abord plus que dubitative : il décrit des mécanismes et actes pernicieux, mais qu'a -t-il fait ? Il a d'abord vécu de ce système et maintenant il vit non seulement de sa dénonciation, mais de la construction d'une vision largement " complotiste ", accusant ceux qu'il qualifie d'" empereurs", ce qu'il nomme " corporatocratie " tout en précisant cependant qu'il n'y a pas de conspiration entre ses membres mais juste une attitude commune. Pourquoi alors utiliser des termes aussi ambigües que ceux d'empire et de corporatocratie ...

Une telle manière de présenter les problèmes de rapport de force économiques et politique laisse les citoyen-nes désemparés, légitime la paresse de ceux qui pensent ou préfèrent penser qu'ils ne peuvent rien faire, ou excite la " rage " de ceux qui veulent chercher des " coupables " à punir.

Il faut refuser ce type de langage du découragement, de la désespérance ou de la revanche et de la répression.

Heureusement dans ces conférences il précise : " Who call the shot on the company ? You !"

" They depend on us. The market place is a democracy, Ladies and Gentlemen, if you would just make it that, it is a democracy. When you buy something, you are casting a vote. And I dare say, it is a most important vote than the one that you are castin one or two or .. x year ago. Because you are casting this vote every week, every day ..."

Nous avons le pouvoir. Nous, consommateurs, pouvons choisir et orienter les entreprises commerciales et de production.

Nous avons le pouvoir. Nous citoyens pouvons choisir de lire et de discuter ensemble au lieu de nous abrutir de distractions ou de jouer aux jeux malsains de pseudo politique proposés par la grande presse, des jeux du type : " chasse le facho opposé à la politique d'immigration, tu seras un héros antinazi, dénonce les anti-islam publiquement, balance leur nom sur le net pour qu'un apprenti jihadiste puisse les tuer, et, non tu ne seras un collaborateur des pouvoirs pro-charia, tu seras un Résistant ... ".

Aucune loi, aucune constitution ne peut faire obstacle à la corruption, aux abus de pouvoir économiques en tous genres. Il faut combattre les textes de lois et les traités donnant tous pouvoirs au privé contre les Etats démocratiques, empêchant la véritable démocratie : la démocratie directe. Mais ces textes ne peuvent suffire.

Le seul obstacle aux abus est la conscience de chacun et la mobilisation générale de chacun, chacun en fonction de son champs de compétence.

Nous tous devons privilégier l'utilisation des biens pour les besoins les plus impérieux : bonne nourriture, soins médicaux, préservation des équilibres écologiques. Nous tous devons nous mobiliser contre les aberrations économiques que nous constatons dans notre activité.

Réagir, parler, expliquer, ne pas se contenter des articles de vulgarisation de la grande presse pour s'informer, quelque soit le problème technique ou culturel : OGM, islam, climat, médecine, IVG, banque, monnaie ... Les citoyens ne doivent pas se contenter de l'information prédigérée, par les outils de manipulation par excellence que sont les publications du quatrième pouvoir.

Le quatrième pouvoir n'est pas un contre pouvoir. Le quatrième pouvoir est dominé par le principe de Peter, le principe d'incompétence. Les journalistes ont normalement pour métier l'investigation l'enquête, ils devraient se contenter du journalisme d'investigation, la recherche des faits, non pas leur interprétation ou leur analyse. Car pour analyser des faits, les enquêtes ne suffisent pas, il faut un savoir de type universitaire dans chaque domaine. Il faut réunir les données de nombreuses enquêtes ou observations. Mais les journalistes qui ont de chaque problème une vue superficielle  : ils ne sont pas des universitaires ou des érudits concernant les sujets qu'ils traitent. Mais comme ils n'ont plus les moyens de faire réellement des travaux d'investigation, pour pondre de la copie, ils se font doctrinaires, se prétendre essayistes. En fait ils sont pour la plupart des bavards, des perroquets de préjugés démagogiques, utilisés par les politiques pour se faire élire.

Le seul contre- pouvoir est l'assemblée des citoyens " en alerte ", qui se préoccupent et étudient eux-mêmes les questions qui les concernent, en lisant et avec l'aide des spécialistes et savants réels de chaque question, avec leur expertise personnelle,  et en informent les autres citoyens et en débattent.


 



Aucun commentaire: