Radicales ...


Radicales ...


Radicalisme de dire non jusqu'au bout ...




Radicalisme de vouloir l'arrêt du mal tout de suite et partout ...

Radicale, je suis du côté des droits humains fondamentaux ( ne pas être tué, torturé, emprisonné pour ses opinons, et le viol est une forme de torture, le viol avec pseudo consentement en étant une forme raffinée ) contre les supposés raisons d'Etat purement commerciales ...

Radicale, je ne comprenais pas pourquoi le génocide du Cambodge était nié par les intellectuels d'ici au nom de la révolution, pourquoi les camps de Sibérie et internements psychiatriques répressifs, pourquoi les exécutions au garot, ne s'arrêtaient pas tout de suite ...

Radicale, je considère que les vrais prostitués sont par exemple tous ceux qui vendent leur honneur, leur silence face à la doctrine monstrueuse de Mahomet, pour des bénéfices économiques ... soit actuellement la majorité des occidentaux, verseurs de larmes de crocodiles sur les victimes des "terroristes" mais qui refusent de prendre connaissance de l'islam parce qu'ils craignent que les retraites ne soient pas payées faute d'immigration.


Radicales, les petites saintes qui ont préféré dire jusqu'au bout de leurs forces et en risquant la mort leur "non", leur refus de consentir au mal en quoi que ce soit ...






Radicale, je ne vois pas d'excuses aux hommes qui ont tous les gadgets même en cas de handicap pour leurs problèmes de circulation sanguine, mais qui en vérité veulent jouir de tout autre chose, jouir de s'approprier l'autre ( avec il est vrai toute la déclinaison depuis l'esseulé déboussolé incapable de savoir comment sortir de sa solitude, jusqu'au sadique)

Etant radicale, je comprends les gens "radicaux" qui se demandent, puisque le docteur Israel Nisand dit que le seul avortement qui est réussi est celui qui n'a pas eu lieu, pourquoi n'arrivons nous pas à ce qu'il n'y en ait plus, plus de morts  ...



Radicale, je vous invite à lire l'article d'Anna Zobnina, sur la prostitution et la migration, et l'immonde connivence entre de (pseudos maintenant !) organisations défenseuses des droits humains et les maquereaux :
 http://digitalcommons.uri.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1015&context=dignity
article en anglais traduit ici en français :
https://ressourcesprostitution.wordpress.com/2017/08/17/femmes-migration-et-prostitution-en-europe-il-nest-pas-question-de-travail-du-sexe/

Esclavage et prostitution ont toujours été synonymes, et la politique de déplacement des populations n'est qu'un néo-esclavagisme ( " pour nos retraites " selon les proxénètes des deux côtés des mers ...)

J'extraie de ce texte cette citation immonde d'un responsable d'Human Right Watch :

" Kenneth Roth, le Directeur de Human Rights Watch, en 2015, a déclaré que, « A tous ceux qui veulent mettre fin à la pauvreté dans le monde, pourquoi refuser aux femmes pauvres l’option du travail du sexe volontaire ? »





Le marché propose techniquement tout ce qu'il faut ... sauf pour avoir le plaisir de faire souffrir une personne vivante ....




Memo : 68 dans sa version " jouir sans entrave " n'a pas commencé en 68, en vérité, 68 dans cette version existe depuis Abraham usant de Agar comme mère porteuse, depuis le lupanar monstrueux de Corinthe, depuis les seigneurs féodaux Gilles de Rais http://www.heresie.com/rais/crimes.htm et les libertins décrits par Choderlos de Laclos ...https://www.humanite.fr/node/422483

La prostitution dans l'Antiquité par Catherine Salles :


(attention, l'information concernant Saint Augustin est erronée car partielle. Une fois évèque Saint Augustin s'est fortement opposé à la prostitution) 





Aucun commentaire: