"Avortement post-natal" ...


Extrait de l'article de deux jeunes universitaires.

Je rappelle que la revendication des féministes du droit à l'avortement se base essentiellement sur le fait que le foetus est dans leur corps ...  J'espère une interview de Francesca Minerva pour mieux comprendre son point de vue. En attendant, déjà horrifiée par les avortements au delà d'un certain stade de développement, je ne sais même pas quels mots trouver devant ces raisonnements ...
enfin si ... quand on regarde un nouveau né : il est difficile de croire qu'il n'a pas d'intentionalité pour lui-même, non seulement une intention, mais des interrogations, des réflexions : voilà ce qu'il est difficile de croire.

«Le fœtus et le nouveau-né sont certainement des êtres humains et des personnes potentielles, mais aucun n’est une « personne » dans le sens d’avoir un droit subjectif à vivre. Nous prenons « personne » comme signifiant qui est capable d’attribuer à sa propre existence au moins une valeur de base telle qu’être privé de cette existence représente une perte pour elle. Cela signifie que beaucoup d’animaux non humains et d’individus mentalement retardés sont des personnes, mais que tous les individus qui ne sont pas en condition d’attribuer une valeur quelconque à leur existence ne sont pas des personnes. Le seul fait d’être humain n’est pas en soi une raison pour inscrire le droit de quelqu’un de vivre. »
«  Si une personne potentielle, comme un fœtus ou un nouveau-né, ne devient pas une personne réelle, comme vous et moi, alors il n’y a aucune personne ni présente ni future qui peut pâtir, ce qui signifie qu’il n’y a pas de mal du tout. »
« Le droit allégué, que certains défendent,  d’individus (comme les fœtus et les nouveaux-nés) de développer leur potentialité, est dépassé par les intérêts des personnes réelles (parents, famille, société) de rechercher leur propre bien-être, parce que, comme nous l’avons expliquée, de simples personnes potentielles ne peuvent pas souffrir de ne pas être amenées dans l’existence. Le bien-être des gens réels peut être menacé par le nouvel enfant (même bien portant) requérant énergie, argent et soin que la famille peut avoir du mal à apporter. .. Dans ces cas, comme les non-personnes n’ont pas de droit moral à la vie, il n’y a pas de raison de banir l’avortement post-natal. »
« Si des critères comme le coût (social, psychologique, économique) pour des parents potentiels sont des raisons suffisantes pour avoir un avortement même quand le fœtus est en bonne santé, si le statut moral du nouveau-né est le même que le fœtus et si ni l’un ni l’autre n’ont de valeur morale parce qu’ils sont des personnes virtuelles, alors les mêmes raisons qui justifient l’avortement  devraient justifier la mise à mort d’une personne potentielle quand elle est au stade de nouveau-né. »
Alberto Giubilini,
Université de Milan
Francesca Minerva
Université de Melbourne

BMJ Publishing Group 2012



Eva Joly répond à ELLE : ses mesures en faveur des femmes

"Faire respecter la loi sur l’égalité entre hommes et femmes, c’est l’objectif de cette ex-magistrate. Sa mesure phare? « Créer un  ministère du droit des femmes », répond-elle sans hésitation. Mais aussi, de mettre en place un médiateur pour régler toutes les formes de discrimination dans le travail. La candidate d’Europe Ecologie estime que le congé maternité  est « trop court ». Elle préconise un congé parental partagé, d’une durée d’un  an, « avec 1/3 pris par le père ». Comment faire appliquer la parité ? Une  solution aussi efficace que radicale est dans le programme d’Eva Joly : « Si une  liste électorale ne répond pas aux critères de la parité, elle ne sera pas valable », nous dit-elle. En cas d’inégalité salariale, « une entreprise sera privée de financements publics, explique-t-elle, si elle ne respecte pas cette loi ». En matière d’IVG, Eva Joly souhaite la réouverture des centres et va plus  loin : « Je veux revenir sur la clause de conscience des médecins », rappelant que « le recours à l’IVG est un droit. Et d’ailleurs beaucoup de médecins refusent de le pratiquer pour des raisons financières et non morales ! »"

Eva Joly fait un procès d'intention aux médecins ... mais qui définira les critères moraux ? Des philosophes qui n'ont jamais vu le regard d'un nouveau-né , ni tenu dans leurs main un foetus de dix semaines ... ?


Aucun commentaire: