Faites des crêches pas des casernes !



On juge une société sur ses choix.


Paris préfère financer pour 20 millions des "centres culturels" et autres casernes de l'islam, fermer le musée de Montmartre, ... pendant les parents de jeunes enfants doivent fuir Paris faute de place en crèches entre autres et que les femmes sont poussées à avorter par crainte panique de ne pouvoir élever convenablement leur enfant.
Deux tiers des enfants de moins de 3 n'ont pas de place en crèche dans la capitale ! Comment ne pas paniquer à l'idée d'avoir un enfant, à moins d'avoir une nombreuse famille autour de vous qui peut vous aider ou des moyens financiers élevés et surs ? Et que l'on ne réponde pas que toutes les familles ne veulent pas de la crèche, car même des mères qui gardent elles mêmes leurs enfants ont besoin une partie de la journée au moins de pouvoir faire garder leur(s) enfant(s) ou un de leurs enfants par d'autres personnes.


David ALPHAND - 07 juillet 2009

Conseil de Paris : Bertrand DELANOE rate son "crèche-test"

Voici le texte de mon intervention ce matin dans le débat organisé au Conseil de Paris sur la politique de la Petite Enfance :
"Monsieur le maire,
Mes chers collègues,
(...) Dans le secteur automobile, pour tester la solidité d’un véhicule, on procède à un crash test. Pardon de vous le dire, Monsieur le maire, mais VOUS vous avez raté votre CRECHE TEST !
(...) Les chiffres, validés à l’unanimité par la mission, sont accablants. 76.240 enfants de moins de 3 ans à Paris… pour 28.274 places d’accueil disponibles. Près de 2 enfants sur 3 ans sont donc, dès le départ, laissés sur le bord du chemin de l’offre d’accueil.
(...) Ajoutez à cela une gestion terriblement défaillante. Un système informatique, baptisé LUCI, qui plante régulièrement, au point que les directrices de crèches en sont condamnées à ressortir leur bon vieux cahier à spirales pour prendre les inscriptions. Un calvaire ! LUCI s’est transformé en Lucifer !
Désemparé devant les innovations technologiques, l’Exécutif parisien ne parvient pas plus à coordonner les initiatives sur le terrain. (...)
Les enfants sont une chance merveilleuse pour Paris, une richesse inestimable. Ne laissons donc pas leurs parents abandonnés à eux mêmes ! Ne laissons pas les familles dans la galère ! Ne laissons pas les jeunes couples fuir Paris faute d’une place en crèche !"

1 commentaire:

Marine a dit…

On ne peut qu'être totalement d'accord avec cette revendication, il me semble. Surtout quand on pense aux sommes dégagées pour la banlieue, en pure perte (pas pour tout le monde, je sais)