Délateurs de tous horizons : cessez ou crevez de honte.



Il  y  a aujourd'hui, dans tous les camps, de tous bords, de toutes origines, des délateurs de personnes écrivant sur l'islam, et des personnes complices de ces ordures, de ces complices d'assassinats potentiels :  ils doivent cesser, quand leurs délations sont faites publiquement, les retirer de tout support de publication sans délai, ils doivent demander pardon et tenter de réparer le mal fait, un mal terrible à chaque fois, un mal de mise en danger de mort, un mal de torture par l'angoisse, pour les personnes dénoncées et tous ceux qui les aiment;  ou bien, qu'ils crèvent de honte.

Qu'ils se repentent publiquement, qu'ils annoncent publiquement leur opposition à de telles pratiques, qu'ils appellent publiquement ceux qui les admirent, à ne jamais dénoncer ou révéler d'informations diverses sur les personnes qui aujourd'hui écrivent des propos susceptibles d'être qualifiés de blasphème ou d'opposition à l'appel à l'islam, par ceux des musulmans qui sont ultra observants violents.

Il n'y a que les demeurés qui ne changent jamais d'avis. Il n'est jamais trop tard pour s'apercevoir d'une erreur de jugement. Mais s'ils persistent, qu'ils sachent que leurs actes seront dénoncés dans le principe ou en particulier, comme l'ignominie qu'ils représentent et que le public jugera.

Que l'on estime des propos sur l'islam dangereux est une chose, que l'on estime que certains propos sur l'islam peuvent entrainer à des idées discriminatoires ou racistes est une chose, une crainte légitime, une thèse défendable, des discussions utiles doivent avoir lieu, elles devraient avoir lieu en dehors des tribunaux.  Ces discussions même si elles sont blessantes et énervantes sont des plus utiles parce qu'elles permettent des mises aux points, des précisions, de sortir de craintes infondées etc.

Là aussi des propos qui peuvent effectivement être mal lus, peuvent être rerédigés, ou retirés, et tout le monde y gagnera en compréhension mutuelle.

Mais que des personnages sinistres et odieux s'amusent à pratiquer la délation alors que l'on sait maintenant quelle est la mentalité des personnes - rendues monstrueuses par la doctrine islamique et en vérité à plaindre, comme le furent les Hitlerjugend - qui tuent au nom de l'islam, en particulier leur haine des juifs et leur sadisme général envers les ennemis à terroriser, sur le modèle de Mahomet, est intolérable, injustifiable, inexcusable, abject et répugnant.

Ces personnages doivent, sur le champ, cesser leurs actes de délations sous toutes formes, ou bien qu'ils crèvent de honte.







Quand les vrais "antifachos" se laissaient tuer pour ne pas risquer de dénoncer sous la torture ou sous le chantage :



Aucun commentaire: