Morale juive : manuel


MANUEL D'INSTRUCTION
RELIGIEUSE
ISRAELITE
PAR A. DEUTSCH
GRAND RABBIN
________________________________________________________________

SIXIEME PARTIE

1. LA MORALE JUIVE

1. L'amour du prochain
« Aime ton prochain comme toi-même ! » 1) C'est ainsi que s'exprime la Tora qui, à la base des relations entre les hommes, a proclamé la grande et immuable loi de l'Amour
Cette recommandation sublime ne s'adresse pas unique-ment à ceux qui sont proches par la parenté et la religion; elle a un caractère universel. « Si un étranger vient séjourner avec toi, dans votre pays, ne le molestez pas. Il sera pour vous comme un de vos compatriotes, l'étranger qui séjourne avec vous, et tu l'aimeras comme toi-même, car vous avez été étrangers dans le pays d'Egypte » 2).
Tous les hommes sont créés à l'image de Dieu. Puisque Dieu est le Père de toutes les créatures, les hommes sont frères et soeurs. « Car le Seigneur, votre Dieu, c'est le Dieu des dieux et le Maître des maîtres... qui ne fait pas considération de personne... qui témoigne son amour à l'étranger, en lui assurant le pain et le vêtement. Vous aimerez l'étranger, vous qui fûtes étrangers dans le pays d'Egypte ». 3) L'amour du prochain fait disparaître les barrières entre les hommes qui sont égaux devant Dieu. « N'avons-nous pas tous un seul Père ? N'est-ce pas un seul Dieu qui nous a créés » ? 4)
Un jour, raconte-t-on dans le Talmud 5), un païen se présenta devant Hillel en lui disant : « Je veux devenir israélite à la condition que tu m'enseignes toute la Tora pendant que je me tiendrai sur un pied. » Hillel lui répondit : « Ce que tu ne veux pas qu'on te fasse, ne le fais pas à autrui; voilà toute la Tora, le reste n'en est que le commentaire ! » C'est

(1) Lévitique XIX,,.
(2) Ibid. XIX23-u.
(3) Deutéronome X17_1,.
(4) Malachie II10.
Traité Sabbat 31a.
________________________________________________________________

l'expression la plus élémentaire de l'amour du prochain. Celui-ci, en effet, se heurte le plus souvent à l'égoïsme, à l'amour de soi. Pour amener les hommes à cette loi dont la réalisation est identique avec celle de la perfection, il faut partir en guerre contre l'égoïsme qui demande au prochain des marques d'amour sans le payer de retour.
La loi de l'amour du prochain est un idéal que nous devons atteindre par un constant effort sur nous-mêmes afin de contribuer à la réalisation de la promesse que Dieu a faite à Abraham : « Par toi seront bénies toutes les familles de la terre. » 1)

2. Respect de la vie d'autrui

Le plus horrible forfait que puisse commettre l'homme, c'est l'assassinat. Ce crime est une injure à la divinité qui a créé l'homme à son image.
« Tu ne tueras pas » dit le sixième commandement 2) avec une brièveté saisissante. Mais à plusieurs reprises cette loi est répétée dans la Tora comme pour insister sur l'extrême gravité de ce méfait que la conscience humaine abhorre.
« Celui qui verse le sang de l'homme, par l'homme son sang sera versé; car l'homme a été fait à l'image de Dieu » 3). L'assassin a compromis sa dignité d'homme en accomplissant son crime; le méfait n'est expié que par la suppression de son auteur.
Cependant, il y a des situations où le meurtre est commandé. C'est l'état de légitime défense. « Si un voleur est pris sur le fait d'effraction, si on le frappe et qu'il meure, son sang ne sera point vengé » 4). « Celui qui vient pour (te) tuer, tue-le le premier ! »
Il est également défendu d'infliger un mauvais traitement au prochain de façon à abréger sa vie ou de mettre sa vie en danger. « Maudit, qui frappe son prochain en secret... ! » 5) « Ne place pas d'obstacle sur le chemin d'un aveugle ! » 1.

(1) Genèse XII..
(2) Exode XXu.
(3) Genèse IXe.
(4) Exode XXII..
(5) Deutéronome XXVII24.
Lévitique XIX,,.
________________________________________________________________

« Quand tu bâtiras une maison neuve, tu établiras un appui autour du toit, pour éviter que ta maison soit cause d'une mort, si quelqu'un venait à en tomber. » 1)
Il faut nourrir l'indigent qui manque du plus nécessaire; on n'a pas le droit de se dérober au devoir de respecter la vie d'autrui sous prétexte que c'est sabbat. Il est défendu d'abréger la vie d'un mourant par quelque moyen que ce soit; lorsqu'on possède des armes à feu ou tout objet semblable, il faut les mettre en lieu sûr pour éviter des accidents.
« Quiconque soutient la vie d'autrui a, en quelque sorte, aidé le monde entier; celui au contraire qui a tué, a tué l'univers entier, car le monde a commencé avec un seul
homme. » 2)


3. Respect de l'honneur d'autrui

« Que l'honneur de ton prochain te soit aussi précieux que le tien » 3) Nombreuses sont les défenses qui mettent le prochain à l'abri d'une atteinte à son honneur. Nos Sages vont jusqu'à dire : « Quiconque humilie son prochain en public n'a pas part au monde futur 4) ou est comme un assassin; car sa victime blêmit 5) (littéralement : le sang quitte son visage).
Un autre défaut grave, c'est la calomnie. « Ne va point colportant la médisance parmi les tiens. » 6) Même si ce qu'on raconte est vrai, c'est défendu. Rien ne peut compromettre davantage la bonne entente entre les hommes que ces calomnies qui volent de bouche en bouche.

_________________

(1) Deutéronome XXIIR.
(2) Traité Sanhédrin IVe.
(3) Traité des principes II,e.
(4) Sanhédrin 107 a.
(5) Baba Metsia 58 b.
Lévitique XIXae.


Il y a trois péchés qui sont punis dans ce monde et dans le monde futur : l'idolâtrie, l'adultère et l'assassinat; la calomnie cependant, connaîtra une sentence plus sévère encore, car elle tue triplement : le calomniateur, celui qui l'écoute (avec satisfaction) et le calomnié. C'est à eux que s'appliquent les versets : « Que le Seigneur supprime toutes les langues mielleuses, les lèvres qui s'expriment avec arrogance, ceux qui disent : Par notre langue nous triomphons, nos lèvres sont notre force : qui serait notre maître ? »

1)Lévitique XIXae.
) Psaume XII.-s citation tirée de Maimonide, Déôt chap. 7..

6. Devoirs envers nous-mêmes

La nature porte l'homme à s'aimer lui-même. Chacun s'applique de toute ses forces à devenir heureux. Ce senti-ment est humain, puisque la Tora proclame : « Aime ton prochain comme (tu t'aimes) toi-même ! »
Il est évident que cet amour de soi doit se mouvoir dans certaines limites dont les extrêmes sont l'égoïsme et le mépris de soi-même.
L'égoïsme est une disposition qui porte l'individu à ne songer qu'à lui-même, à sa conservation, à son développe-ment sans tenir compte des intérêts d'autrui. Il faut s'en tenir éloigné autant que du sentiment contraire, le mépris de soi-même. « Prenez garde à vous-mêmes » 4). Le mépris de soi-même est contraire à la nature de l'homme qui est créé à l'image de Dieu. Il importe donc de choisir le juste milieu. Les devoirs que nous devons observér sont de deux ordres : ceux qui ont pour but le bien-être corporel, et ceux

(1) Lévitique XXIIaa.
(2) Céphania Mn.
(3) 'Hôchen-Michpat 369.
Deutéronome W,s.

qui poursuivent le bien-être spirituel. Les premiers consistent à avoir soin de notre vie et de notre santé par la modération et. la propreté. Les seconds, à nous corriger de nos défauts par une discipline sur nous-mêmes.
Un amour de soi bien compris engendre la dignité. Elle consiste à se surveiller constamment avec un soin jaloux afin que les pensées mêmes intimes et les actes se meuvent dans le cadre de la convenance. Celui qui néglige ce devoir élémentaire s'abaisse à ses propres yeux et devient un objet de mépris aux yeux de ses semblables.

Dans cet ordre d'idées c'est à l'amour de la vérité qu'il faut faire la première place. Les relations entre les hommes se font au moyen de la parole. Que l'on s'imagine les tristes conséquences que peut engendrer une parole mensongère ! C'est pourquoi la Tora proclame ° « Eloigne-toi de la parole mensongère ! » 1) Que ton non » soit « non » — que ton « oui » soit « oui » ! Que les paroles de tes lèvres soient l'écho de ton coeur ! »
(2)
Une autre forme du mensonge, c'est l'hypocrisie
Quoi de plus méprisable que de vouloir paraître meilleur qu'on ne l'est en réalité ! « Que tes yeux regardent bien en face, que tes paupières s'ouvrent droit devant toi ! 3) Le Talmud regorge de sentences qui dirigent leurs flèches acérées contre les hypocrites. Bornons-nous à citer la, suivante
L'hypocrite dit : « Dites-moi quels sont encore mes devoirs afin que je les accomplisse ! » 4)
L'usage et les bonnes moeurs demandent que nous nous servions parfois de formules, dites de politesse, qui, si elles sont exagérées, relèvent du mensonge. C'est pourquoi il faut en user avec modération et surtout éviter celles qui pour-raient tromper nos prochains sur nos véritables sentiments à leur égard. Gardons-nous, par exemple, de combler de témoignages d'affection ou d'amitié quelqu'un qui nous est indifférent au fond de notre coeur.
Il y a des situations où le mensonge cesse d'être un men-songe et où il devient un véritable devoir. Il est permis de tromper un malade sur la nature de son mal; ce mensonge

{1) Exode XX11Ia.
(2) Cf. Baba Metsia 49 a.
(3) Proverbes IVE.
Soto 22b.

est un réel bienfait puisqu'il lui inspire courage et patience. Qui sa ferait scrupule de mentir, si par cet expédient il arrive à éviter un malheur ? Certes, il vaut mieux cacher la vérité si c'est possible, que de dire un mensonge. Il appartient à l'éducateur de veiller avec un soin jaloux sur l'emploi judicieux de cette tolérance

7. L'effort pour arriver à une vie vertueuse

Ce n'est pas tout d'éviter le mal; il faut aussi rechercher le bien : « Ecarte-toi du mal et fais le bien ! 1) Après avoir remporté une victoire sur ses fautes, il faut entrer dans la voie du bien. La première règle à observer : « Et tu aimeras le Soigneur, ton Dieu, de tout ton coeur ! » L'amour de Dieu engendre la crainte du mal et encourage au bien, même si celui-ci est mal récompensé.
« Mais il n'est pas d'homme juste sur terre qui ne fasse que le bien et ne pèche jamais » 2). L'homme est faible par nature. Il succombe parfois aux tentations de ses sens. Fort heureusement, il peut s'arracher à cet état de péché par la Techouba (;1 110'11), littéralement : le retour, la pénitence. r Par ma vie, dit le Seigneur Dieu, je ne souhaite pas que le méchant meure, mais qu'il renonce à sa voie et qû il vive ! » 3) Le Techouba consiste à faire honnêtement, sincèrement, le procès de ses propres fautes, à se les représenter une à une e à se promettre, même à se jurer, de ne plus y retomber. C'est la seule voie qui conduise à la vie vertueuse. Pour le reste, confions-nous en toute sécurité en Dieu et disons : « Que la bienveillance du Seigneur, notre Dieu, soit avec nous ! 4)

(1) Psaume XX XIV,o.
(2) Ecclésiaste VII20.
(3) Ezéchiel XXXIII,,.
(4) Psaumes XCrr.

Aucun commentaire: