" Le mal était en moi " ... dit le violeur se disant "en colère " contre des blancs



" Le mal était en moi " dit le violeur en série, " j'étais en colère, j'étais un monstre, j'étais en colère contre les blancs  "
" ma maman était sans papier, elle a du épouser un blanc, il l'a violée devant moi , j'avais six ans "
" c'était une vengeance, je voulais humilier les blancs "
racontant les viols d'enfant dont il a entendu ou vu parler dans son enfance en Afrique par des blancs...
Il raconte aussi qu'il regarde un film montrant un viol encore et encore. Le plaisir de regarder lui donna vraisemblablement encore d'avoir le plaisir de faire soi-même en vrai.
On l'entend "réciter" un thème "psy" de la "reproduction" sans aucune cohérence, et comme extérieurement. Alors que sa sincérité apparait bien plus quande il dit " le Mal était en moi".
Manifestement la cause réelle de son acte n'est pas dans agressions qu'il a vécues enfant, mais dans le plaisir qu'il a pris à regarder et reproduire ce film joint à celui d'humilier des blancs.
C'est ce mal, cette jouissance à utiliser sa force pour humilier et faire souffrir, qui était bien en lui.
La violence fait souffrir, elle ne fait pas devenir mauvais.
La complaisance à "distraire" en montrant la perversité, c'est à dire le plaisir de faire souffrir, engendre elle par contre le passage à l'acte en légitimant le spectacle et le plaisir pervers.

Aucun commentaire: