Groupes et liberté


Il y a une grave confusion entre l'idée qu'il importe de constater l'existence de phénomenes de groupes - ce que fait le féminisme par exemple en constatant la domination masculine - et l'idée appelée par Taguieff " essentialisation" qui consiste à lier indissolublement les personnes de ces groupes à des idées déterminées. 
L'être humain fait partie de groupes, irrévocablement, chacun a son histoire, chaque personne a son code genetique, son histoire familiale, son peuple historiquement, et vouloir le dépouiller de ces identités là, effacer l'histoire, les histoires, est destructeur. Simplement, il n'appartient à personne, et il n'est pas réductible à ces appartenances de son histoire.
Ceux qui veulent interdire la critique de religion au nom de "derriere telle religion il y a ses adeptes", commettent la bêtise monstre de valider la vision hitlérienne de l'être humain.
Il est indispensable d'analyser les doctrines, leur impact sur les personnes, et de tenir compte de cet impact. 
Faire des lois antiracistes - basées sur l'idée de l'impact des idées sur les conduites des personnes - et ensuite venir reprocher aux critiques d'idées d'accuser des groupes d'être identifiables à ces idées, est la contradiction la plus ridicule qui soit. 
Oui il y a un impact; oui il faut le contrer lorsque ces idées sont moralement condamnables, mais non cela ne signifie aucunement la négation de la liberté de chacun et chacune, la méconnaissance de l'attitude effective de chacun et chacune distinctement, et non cela n'entraine aucune condamnation globale du groupe ou elles ont un impact.
L'être humain est libre, mentalement, intellectuellement. Il est libre d'examiner toutes les idées, de les adopter ou de les rejeter. 
Hitler n'a rien dit contre le judaisme dans Mein Kampf. Il a juste décrit les juifs comme des êtres globalement nuisibles, corps et âme. Indissociablement. 
Vouloir le combattre en validant sa conception de l'être humain indissolublement lié à des conduites-idées-par son origine, est une connerie, que font nombre de gens croyant lutter contre le retour de ses idées. 
Il faut s'en tenir à la description de l'être humain LIBRE car doué de conscience et de raison, donnée par la déclaration de 1948 et par la bible.
L'être humain est aussi un être social et participe à des phénomènes de groupe. A des communautés diverses donc. Et l'un n'empêche pas l'autre. La vie sociale, les alliances, les oppositions d'intérêt s et les rapports de force, à un moment donné, 'n'ont jamais empêché la conscience, et la possbilité d'agir envers les autres avec "fraternité", comme qui est la dignité de l'être humain, comme le dit la déclaration de 1948.
L'église a contesté et conteste le judaisme, même si c'et de maniere atténuée aujourd'hui, mais toujours condamné les pogroms, et toujours considéré les juifs comme des êtres humains libres, à l'opposé de la vision d'Hitler. 
Je dis que nous juifs, qui avons beaucoup commis cette connerie par souci de "désherber large", et accusé tous les critiques du judaisme ou d'israel, sommes victimes aujourd'hui de cette confusion, qui interdit de regarder les racines idéologiques de l'antisémitisme virulent de certaines musulmans, voilà ce que je dis précisément. C'est du "communautarisme" en ce sens que je considere moi la distinction des impacts "probables" des idées selon le groupe dont on fait partie, et la pression sociale qui est exercée sur les uns et les autres pour imposer ces idées, et controler les conduites, et ce n'est pas du communautarisme, en ce sens que pour moi, chacun reste parfaitement intérieurement libre et responsables de ses choix par rapport à ces idées.
On nait issu d'un groupe ou plusieurs, il n'y a pas de "citoyen abstrait", mais on "n'est pas" lié aux idées répandues dans ce groupe, on nait aussi libre de s'abstraire sinon physiquement, mais par les idées et la pensée et les actes.

L'insupportable, l'imbuvable arrogance des persécuteurs idéologiques, des terroristes intellectuels, qui vivent de l'accusation de racisme, et la plaque de manière parfaitement diffamatoire sur des personnes bien plus savantes qu'eux sur des doctrines qu'ils ne connaissent pas en réalité, des persécuteurs tueurs de débats, qui agissent eux mêmes avec un réflexion d'un niveau de poisson rouge, qui proclament avec une furie débordante des arguments validant totalement l'idéologie qu'ils veulent détruire, doit être désignée pour ce qu'elle est, une imbécilité crasse. 
Si aucune personne venue du monde islamique et connaissant la doctrine de l'islam n'avait critiqué cette doctrine, on pourrait, on devrait même, mettre en doute les critiques issues d'autres horizons, et on devrait se demander si elles n'émanent pas d'esprits sans bienveillance. Mais les personnes connaissant l'islam, de l'intérieur, pour l'avoir étudié, pour avoir vécu dans des sociétés appliquant ses normes, sont nombreuses. Et tous ces gens si plein de morgue que d'ignorance, qui n'ont qu'injures sans fond à la bouche, se permettent de les ignorer, et quand ils ne les ignorent pas, de les taxer de déficience intellectuelle, et même de les trainer devant les tribunaux ... sans répondre le moins du monde à leurs critiques étayées, détaillées ...  Un tel manque de sérieux est inadmissible, la confusion découle du manque d 'étude réelle du sujet, je suis gentille en parlant seulement de bêtise épaisse, en réalité il y a une épaisse couche de mépris pour les orientaux qui confine, elle, bel et bien au RACISME.


Aucun commentaire: