Pourquoi les modérés ne s'opposent pas aux extrémistes ? Ma réponse

Un certain François Amsallem écrit ce qui suit ci dessous : 

voici ma réponse : 

Ma réponse :

Il y a d'autres raisons que la duplicité, à commencer par le fait que la masse des gens subissent TOUS un discours de "specialistes" leur affirmant que " c'est pas ça l'islam " : pourquoi les musulmans d'ici en douteraient ils plus que les autres, à moins d'avoir vérifié eux mêmes ? Pourquoi s'exposeraient plus que les autres aux représailles contre les opposants à l'islam ? L'occident a fait venir l'islam chez lui, tout l'occident doit s'en dépatouiller, pas seulement les résidents musulmans.

La duplicité est dans une certaine forme de discours geignard ici : non nous ne sommes pas envahis, nous avons voulu l'etre. Personne n'est venu ici par les armes. C'est nous qui avons fait venir des gens pour les exploiter, pour "profiter de l'immigration". 
Arretons de nous raconter des histoires de républicanisme etc. Nous avons fait un calcul : enrichissement, contre quelques troubles sociaux pour les plus pauvres. Et les plus pauvres, tout le monde s'en fiche. On me réponds : le terrorisme : moins de morts que la Route ...


François Amsallem
"Je ne prends pas la partie pour le tout, je sais bien que l'immense majorité des musulmans en France, en Europe et dans le monde n'est pas directement liée au terrorisme, je sais bien qu'une grande partie des musulmans n'est pas non plus pleinement d'accord avec la manière extrêmement rigoureuse et férocement austère de pratiquer cette religion et d'interpréter le Coran, des salafistes, des takbir, bref de tout ceux qu'on définit volontiers comme des extrémistes.
Je ne peux néanmoins m'empêcher de trouver à tout le moins suspect le manque de clarté, de conviction et d'enthousiasme que les modérés, les raisonnables, les musulmans dits du quotidien mettent à condamner les actes et les positions des autres, voire à soutenir ceux qui les combattent ou encore à les combattre eux-mêmes
Je les vois plutôt combattre ceux qui cherchent à endiguer précisément ce phénomène dit de radicalisation, au prétexte - spécieux à ce stade - de la lutte contre l'amalgame. Il me semble insuffisant de ne dénoncer que du bout des lèvres et encore sous la contrainte, avec un soupçon de taqiya, les brebis galeuses. Je ne vois pas de mobilisation de masse pour une guerre objectivement mentalement saine à défaut d'être sainte contre la guerre prétendument sainte, appelée djihad islamiste.
Peu m'importe de savoir si la faiblesse de leur condamnation est liée à la peur ou à une solidarité qui ne dit pas son nom, je trouve là le prétexte suffisant à condamner les musulmans dans leur ensemble en totalité, à l'exception évidemment de ceux s'il y en a, qui donnent des gages de lutte contre ces excès.
En d'autres termes si l'on me dit que les extrémistes sont les ennemis des autres, les fameux modérés du quotidien, par détournement de la religion véritable et que l'on m'interdit d'assimiler les uns aux autres, le minimum que j'attends des prétendus modérés est qu'ils soient au premier rang de ceux qui combattent les prétendus extrémistes.
Le fait qu'ils soient surtout occupés à se défendre du fait qu'ils aient à se défendre, en affirmant qu'ils n'ont pas à se justifier me semble constituer une forme d'aveu d'une certaine duplicité."


Aucun commentaire: